Souffrance fœtale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souffrance (homonymie).
Souffrance fœtale
Classification et ressources externes
CIM-10 O68
CIM-9 768.2-768.4
DiseasesDB 4882
MeSH D005316
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La souffrance fœtale n'est pas, comme le laisse croire l'expression, une douleur du fœtus mais une diminution de son oxygénation ou hypoxie.

L'existence d'une hypoxie est faite en évaluant le bien-être fœtal.

L'évaluation de l'oxygénation fœtale est différente au cours de la grossesse et de l'accouchement.

Durant la grossesse, l'hypoxie fœtale est le plus souvent chronique, et évolue sur plusieurs semaines ou mois. On parle de souffrance fœtale chronique. L'appréciation de la gravité de cet état repose sur un certain nombre d'examens médicaux :

  • l'enregistrement du rythme cardiaque fœtal (surveillance fœtale), sur lequel on apprécie la survenue ou l'existence de troubles du rythme ;
  • l'échographie fœtale, qui apprécie non seulement les mensurations de l'enfant (une souffrance fœtale chronique entraine habituellement un déficit de croissance), mais également les échanges circulatoires entre fœtus et placenta, et entre placenta et circulation maternelle (echo doppler) ;
  • le test de Manning, qui est une appréciation combinée des deux éléments précédents, aboutissant à un score de gravité.

La constatation d'une souffrance fœtale chronique, particulièrement si elle s'aggrave, peut indiquer l'arrêt de la grossesse, au prix quelquefois d'une prématurité.

Durant l'accouchement, la souffrance fœtale chronique passe au second plan. C'est le risque ou la survenue d'une hypoxie aiguë, mettant en danger la vie de l'enfant dans les minutes qui suivent, qui monopolise l'attention des sages femmes et obstétriciens. Le diagnostic de souffrance fœtale aiguë se fait sur divers éléments de surveillance :

  • surveillance cardiaque fœtale en continu pendant toute la phase active du travail ;
  • oxymétrie transcutanée par voie vaginale en plaçant un capteur sur le scalp de l'enfant à naître ;
  • mesure du taux d'acidité du sang fœtal (pH) par microprélèvements sur le scalp fœtal.

La constatation d'une souffrance fœtale aiguë en cours d'accouchement indique l'intervention césarienne si la naissance par les voies naturelles n'est pas possible dans les minutes qui suivent.

Actuellement et depuis 2005 le collège américain de gynécologie obstétrique recommande de remplacer le terme de souffrance fœtale aiguë par l’expression état fœtal non rassurant.