Edmond Gressier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gressier (homonymie).
Edmond Gressier
Edmond Gressier
Edmond Gressier
Fonctions
Conseiller général du canton de Corbie
Député de la Somme
Ministre de l'Agriculture du Commerce et des Travaux publics (1868-1869)
Ministre des Travaux publics (1869-1870)
Biographie
Date de naissance 21 décembre 1813
Lieu de naissance Corbie
Date de décès 1er novembre 1892 (à 78 ans)
Lieu de décès Corbie
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique courant : bonapartiste
Enfant(s) père : maire de Corbie
Profession avocat

Edmond Vallery Gressier, né à Corbie (Somme) le 21 décembre 1813, mort à Corbie (Somme) le 1er novembre 1892 (à 78 ans) était un avocat et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edmond Gressier est fils et petit-fils de notables. Son grand-père, vice-président du tribunal d'Amiens, signa une protestation contre l'arrestation de Louis XVI en 1791. Son père, riche propriétaire terrien, fut adjoint au maire puis maire de Corbie. Edmond Gressier fut élève du lycée d'Amiens puis de l'École polytechnique avant d'étudier le droit. Il devint avocat au barreau de Paris et se spécialisa dans les affaires économiques et financières. Il fut l'avocat du ministère des Finances, de la Ville de Paris et de l'Administration des domaines. Il épousa, en 1847, la fille du vice-président du Conseil d'État Gustave Louis Chaix d'Est-Ange. Il devint ainsi le beau-frère de Gustave Gaspard Chaix d'Est-Ange, avocat de la Maison de l'Empereur, député et père du généalogiste Gustave Chaix d'Est-Ange.

Il reçut plusieurs décorations, dont celles de commandeur de la Légion d'honneur et d'officier de l'Instruction publique.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Élu local et national[modifier | modifier le code]

  • En 1861, il devient membre du conseil général de la Somme et, à la fin du Second Empire, son président
  • En 1863, il est élu député bonapartiste de la Somme
  • En 1867, il est secrétaire de la commission sur l'armée et la garde nationale mobile.
  • En 1868, il est secrétaire de la commission du budget
  • En décembre 1869, il devient sénateur
  • Après le 4 septembre 1870, il se retire de la vie politique et reprend sa place au barreau.

Carrière ministérielle[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

  • une rue de Corbie porte son nom.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Eric Anceau, Dictionnaire des députés du Second Empire, 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]