Henri Chevreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevreau (homonymie).
Henri Chevreau
Portrait par Paul Delaroche (château de Compiègne).
Portrait par Paul Delaroche (château de Compiègne).
Fonctions
Député de l'Ardèche
Ministre de l'Intérieur
Monarque Napoléon III
Gouvernement Charles Cousin-Montauban
Prédécesseur Eugène Chevandier de Valdrome
Successeur Léon Gambetta
Préfet de la Seine
Prédécesseur Georges Eugène Haussmann
Successeur Jules Ferry
Sénateur du Second Empire
Préfet du Rhône
18641870
Préfet de Loire-Inférieure
mars 1864
Préfet de l'Ardèche
1852
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès
Lieu de décès Yerres
Nationalité Drapeau de la France Française

Julien-Théophile-Henri Chevreau est un haut fonctionnaire et homme politique français, né à Paris (Seine) le et mort à Yerres (Seine-et-Oise) le .

Il est le fils de Jean-Henri Chevreau, député de l'Ardèche, et le frère de Théophile-Léon Chevreau, député et préfet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un début en littérature, où il publia avec Léon Laurent-Pichat, en 1814, des vers : les Voyageurs. Il tenta, sans succès, d'entrer dans la politique en 1848, mais échoua aux élections pour l'Assemblée constituante, et s'attacha à la fortune de Louis Napoléon Bonaparte, qui, un mois après son élection à la présidence de la République, le nomma Préfet de l'Ardèche ().

Après le Coup d'État du 2 décembre 1851, il devint secrétaire général et chef du personnel au ministère de l'Intérieur, membre du conseil général de l'Ardèche, et, la même année, Conseiller d'État en service extraordinaire.

Ayant été appelé à défendre le budget de l'intérieur devant le Corps législatif (1853), il ne s'acquitta pas de sa tâche au gré de son ministre, Victor de Persigny, fut envoyé comme préfet à Nantes, puis préfet du Rhône; l'empereur l'appela au Sénat le 15 mars 1865.

Le , le ministère Emile Ollivier ayant exigé la démission de Haussmann comme Préfet de la Seine, la mit à sa place; la guerre survint, et lorsque ce même ministère tomba sous le vote d' « incapacité » de la Chambre, Chevreau reçut, dans le nouveau cabinet présidé par le comte de Palikao, fut nommé Ministre de l'Intérieur.

Il s'occupa activement de l'organisation de la garde nationale mobile, mais la révolution du 4 septembre l'obligea à quitter Paris ; il se rendit en Belgique, puis en Angleterre, auprès de l'Impératrice Eugénie.

De retour en France, il tenta de rentrer dans la vie politique, aux élections du , et il se présenta comme candidat conservateur dans la 1re circonscription de Privas (Ardèche), où il échoua.

Les élections du lui furent plus favorables; il fut élu et siégea à droite, dans le groupe de l'Appel au peuple. Mais tous les élus de l'Ardèche furent invalidés et les électeurs, convoqués à nouveau le , donnèrent la majorité à la liste républicaine.

Il fut fait Grand officier de la Légion d'honneur le .

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Il épousa Elise Micart, d'où il eut deux enfants :

  • Comte Urbain Chevreau d'Antraigues (1855-1934), marié à Madeleine de Cholet, fille de Henry de Cholet, officier de cavalerie (lui-même fils du comte Jules de Cholet) et de Marie-Charlotte-Armande-Lucie du Pouget de Nadaillac. Il obtient à la cour de Rome de la part du pape Pie IX le titre de comte romain d'Antraigues.
  • Henriette Chevreau (1857-1940), mariée au baron Napoléon Gourgaud (1857-1918), fils du député Napoléon Gourgaud et petit-fils du général-baron Gaspard Gourgaud. Ils sont les parents de Napoléon Gourgaud (1881-1944), collectionneur et mécène.

Sources[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]