Édouard Drouyn de Lhuys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Édouard Drouyn de Lhuys

Édouard Drouyn[1] de Lhuys, né le 19 novembre 1805 et mort le 1er mars 1881 à Paris, est un diplomate et homme politique français, député sous la Monarchie de Juillet, plusieurs fois ministre des Affaires étrangères sous la Deuxième République et le Second Empire, sénateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études secondaires au lycée Louis-le-Grand, puis, après des études de droit, choisit la carrière diplomatique.

Monarchie de Juillet (1830-1848)[modifier | modifier le code]

Il est d'abord attaché d'ambassade à Madrid (1830), à La Haye (1833), de nouveau à Madrid où il devient secrétaire d'ambassade ; en 1840, à la demande d'Adolphe Thiers, il devient directeur des affaires commerciales au ministère des Affaires étrangères.

Élu député en 1842, il combat la politique menée par François Guizot, ministre Affaires étrangères de 1840 à 1848, et participe au mouvement pour la réforme dans les années 1846-1847.

Seconde République (1848-1851)[modifier | modifier le code]

Il est élu député à la Constituante issue de la Révolution de février 1848. Louis-Napoléon Bonaparte, élu président de la République u 10 décembre 1848, le nomme ministre des Affaires étrangères alors que se déroule la crise suscitée par le départ de Pie IX du Vatican et l'envoi d'un corps d'armée français à Civitavecchia. Il cherche alors à éviter que l'Autriche ne décide seule le retour du pape à Rome et que soit instaurée une république sous la direction de Giuseppe Mazzini. Des divergences de vue avec le reste du gouvernement le conduisent à la démission.

Peu après, il est nommé ambassadeur à Londres où il permet de résoudre l'incident Don Pacifico. Une crise ministérielle est l'occasion d'un éphémère retour au ministère des Affaires étrangères du 10 au 24 janvier 1851.

Second Empire (1852-1870)[modifier | modifier le code]

Après le coup d'État, il est nommé ministre des Affaires étrangères le 28 juillet 1852. Il dirige donc la diplomatie pendant la guerre de Crimée et participe aux conférences de Vienne de 1854 et 1855. En désaccord avec Napoléon III sur l'alliance avec l'Autriche, qu'il juge nécessaire, il démissionne le 7 mai 1855.

Nommé une quatrième fois ministre des Affaires étrangères en 1862, il démissionne en 1866 car il est partisan d'une intervention militaire pour contrer l'activisme de la Prusse, option qui est refusée par l'Empereur. Il quitte alors définitivement la scène politique.

La retraite (1866-1881)[modifier | modifier le code]

Il se consacre à l’Académie des sciences morales et politiques.

En 1868, il est le premier président de la Société des agriculteurs de France[2], association de propriétaires fonciers et d'agriculteurs fondée à l'initiative d'Edouard Lecouteux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notice biographique sur lesite de l'Assemblée nationale
  • Bernard d'Harcourt, Les Quatre Ministères de M. Drouyn de Lhuys, Plon, 1882

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Drouyn » et non « Drouin », « Édouard » et non « Edmond », comme on trouve parfois. Cf. Philippe Dayre de Mailhol, Dictionnaire historique et héraldique de la noblesse française, 2001, p. 1072.
  2. Pierre Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Armand Colin, coll. « Cahiers de la fondation nationale des sciences politiques », 1968, p. 79


Précédé par Édouard Drouyn de Lhuys Suivi par
Jules Bastide (homme politique, 1800-1879)
Ministre français des Affaires étrangères
1848-1849
Alexis de Tocqueville
Jean Ernest Ducos de Lahitte
Ministre français des Affaires étrangères
1851-1851
Anatole Brénier de Renaudière
Louis Félix Étienne, marquis de Turgot
Ministre français des Affaires étrangères
1852-1855
Alexandre Florian Joseph Colonna Walewski
Édouard Thouvenel
Ministre français des Affaires étrangères
1862-1866
Charles de La Valette