Courçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courçon
La mairie de Courçon
La mairie de Courçon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement La Rochelle
Canton Courçon
(Chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Aunis Atlantique
Maire
Mandat
Nadia Boireau
2014-2020
Code postal 17170
Code commune 17127
Démographie
Gentilé Courçonnais
Population
municipale
1 681 hab. (2011)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 41″ N 0° 48′ 38″ O / 46.2447, -0.810646° 14′ 41″ Nord 0° 48′ 38″ Ouest / 46.2447, -0.8106  
Altitude Min. 1 m – Max. 43 m
Superficie 19,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Courçon

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Courçon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courçon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courçon

Courçon est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les Courçonnais et les Courçonnaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Courçon [2]
La Ronde
Saint-Cyr-du-Doret Courçon [2] La Grève-sur-Mignon
Ferrières Benon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Son prend sa source au fond de l'impasse de la Fontaine, au nord du bourg. Il est constitué en partie par les eaux de pluie du village quand la météo est pluvieuse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village tire son nom du petit ruisseau du Son (ou Çon). La phrase : « le village où 'court le son' » donnera le nom « Courçon » au village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de Courçon
  • L'église : la particularité de ce monument est que le clocher est orné de créneaux ; il y a longtemps de cela, l'un des anciens maires (médecin de profession), de retour d'un voyage à Carcassonne, a décidé de mettre des créneaux sur le clocher de l'église pour que cette tour lui rappelle celles de Carcassonne - note : ce maire résidait en face de l'église, ce qui lui permettait grâce aux créneaux, de "revoir" les tours de Carcassonne
  • En 1979, cinq nécropoles ont été découverts dans la forêt de Benon, ce sont les tumulus de champ Châlons.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Bernard Drappeau DVD Ancien conseiller général
2014 en cours Nadia Boireau DVD Ancien conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Circonscription électorale[modifier | modifier le code]

Depuis le découpage électoral de novembre 1986 (loi Pasqua), Courçon et son canton appartiennent à la Deuxième circonscription législative[Note 1] de la Charente-Maritime, également dénommée Circonscription de Rochefort-Pays d'Aunis.

Depuis le 17 juin 2012, le député est Suzanne Tallard, par ailleurs maire d'Aytré, qui succède à Jean-Louis Léonard.

Démographie[modifier | modifier le code]


En 2011, la commune comptait 1 681 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
736 799 703 955 1 049 1 079 1 084 1 171 1 189
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 195 1 279 1 263 1 217 1 294 1 335 1 249 1 120 1 093
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 096 1 043 1 138 1 035 1 016 992 923 902 856
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
947 946 956 991 990 1 097 1 456 1 681 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Équipements et services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le groupe scolaire

Courçon dispose d'un groupe scolaire situé rue du Stade rassemblant une école maternelle publique et une école primaire publique.

  • Le collège

Le collège Jean-Monnet a reçu 595 élèves issus de l'ensemble du canton de Courçon à la rentrée scolaire 2010 qui sont encadrés par 38 professeurs[5],

Services de la santé[modifier | modifier le code]

Courçon dispose d'un certain nombre de services dans les secteurs médical, paramédical et médico-social[6] qui en font un chef-lieu de canton assez bien équipé dans ce domaine en Charente-Maritime.

  • Les services médicaux

Courçon dispose d'un cabinet médical rassemblant trois médecins généralistes et d'un cabinet dentaire, tous situés dans le centre-bourg.

Courçon ne dispose d'aucuns médecins spécialistes, les habitants vont habituellement consulter ceux installés à Surgères et principalement à La Rochelle.

De même, Courçon n'est pas équipée d'un centre de radiologie médicale ou IRM, le chef-lieu de canton dépend de Surgères et de La Rochelle pour ce type de prestation[Note 4].

Le centre hospitalier le plus proche est celui de La Rochelle, situé à une trentaine de kilomètres à l'ouest, offrant une palette extrêmement étendue de soins, étant le plus grand hôpital du département de la Charente-Maritime.

  • Les services paramédicaux

Dans ce domaine, Courçon dispose de deux centres en soins infirmiers, de deux cabinets de kinésithérapie, d'un cabinet de pédicure-podologue ainsi que d'un orthophoniste. Le bourg ne dispose pas d'un laboratoire d'analyses médicales, le plus proche étant situé à Surgères[Note 5].

À cela s'ajoute une pharmacie.

Les services d’ambulanciers sont absents du chef-lieu de canton mais la prestation est assurée par une société agréée dans ce domaine qui est située dans la commune voisine de Saint-Jean-de-Liversay. Son rayon d'intervention s'étend aux cantons de Courçon et de Marans.

Cependant, Courçon est équipée d'un centre de secours où les pompiers sont habilités à intervenir dans les situations d'urgence. Ce centre, qui relève du SDIS de la Charente-Maritime, dépend plus précisément du Centre de secours principal de La Rochelle.

Une clinique vétérinaire y est en activité et exerce ses services sur l'ensemble du canton de Courçon, étant l'unique prestataire dans ce domaine.

  • Les services médico-sociaux

Une résidence privée pour l'accueil de personnes retraitées est implantée dans le bourg de Couurçon. La MDR Beauséjour dispose de 29 lits, permettant l'accueil des personnes valides et semi-valides et une unité spécifique pour les personnes atteintes de maladies dégénératives telles que la maladie d'Alzheimer y est en service. La maison de retraite a également le statut d'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La deuxième circonscription électorale regroupe du nord au sud les cantons suivants : Marans, Courçon, La Jarrie, Aytré, Aigrefeuille d'Aunis, Surgères, Rochefort-Centre, Rochefort-Nord et Rochefort-Sud
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  4. Les onze villes de la Charente-Maritime à être équipées au moins d'un centre de radiologie médicale sont par ordre alphabétique les suivantes : Jonzac, Marennes, Rochefort, La Rochelle, Royan, Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Pierre-d'Oléron, Saujon et Surgères
  5. Liste des villes de la Charente-Maritime équipées au moins d'un laboratoire d'analyses de biologie médicale (par ordre alphabétique) : Aytré, Châtelaillon-Plage, Jonzac, Marans, Marennes, Montendre, Pons, Puilboreau, Rochefort, La Rochelle, Royan, Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Pierre-d'Oléron, Saujon, Surgères, Tonnay-Charente et La Tremblade. À cette liste de 19 villes s'ajoute le centre rural de Montguyon dans la Double Saintongeaise.

Références[modifier | modifier le code]