Le Crime de Napoléon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Crime de Napoléon est un ouvrage littéraire et historique écrit par Claude Ribbe qui est devenu un classique de la littérature anti-napoléonienne[réf. souhaitée]. Paru le 1er décembre 2005 aux éditions Privé[1] et édité par Guy Birenbaum il évoque, sous forme de pamphlet, le rétablissement de l'esclavage par Napoléon Bonaparte en 1802 et la répression de la résistance à ce rétablissement tant en Guadeloupe qu'à Saint-Domingue.

L'ouvrage, dont la première édition était de 35 000 exemplaires, a été traduit au Brésil, en Chine et en Corée. La première édition ayant été épuisée dès 2006, Le Crime de Napoléon a été réédité par Le Cherche midi sous la direction de Pierre Drachline en 2013 [2]. Il a été vivement critiqué par la plupart des historiens spécialistes de la période qui considèrent que le livre tient davantage du pamphlet que du livre d'histoire.

Résumé[modifier | modifier le code]

Selon Claude Ribbe, face à la résistance des citoyens français qu'on voulait mettre en esclavage au motif qu'ils étaient dans cette situation avant le soulèvement d'août 1791, Leclerc décida d'exterminer la population de Saint-Domingue au-dessus de douze ans selon un critère « racial », utilisant notamment le gazage au dioxyde de soufre, les noyades et l'usage de chiens dressés. L'auteur estime le nombre de victimes à plusieurs dizaines de milliers.

Claude Ribbe, s'appuyant sur de nombreux témoignages inédits[3], met également en évidence les déportations en Corse et à l'île d'Elbe qui accompagnèrent ces massacres et la mise en œuvre, sur le territoire français métropolitain, d'une législation raciale qu'il met en comparaison avec les lois de Nuremberg. L'armée fut épurée de ses officiers de « couleur » et les mariages « mixtes » furent interdits, en contradiction avec les dispositions du code civil. Claude Ribbe souligne que Claude Ambroise Régnier, ministre de la Justice et auteur de cette initiative, dictée par Napoléon, est au Panthéon.

Réactions et réception critique[modifier | modifier le code]

La publication de cet ouvrage, qui mettait indirectement en cause l'attitude de certains historiens glorifiant Napoléon, fit scandale au moment où la plupart d'entre eux, appuyés par de nombreuses associations et fondations, s'apprêtaient à fêter en grande pompe le bicentenaire d'Austerlitz. Jérôme Gautheret, dans Le Monde, estime que « Le Crime de Napoléon n’est pas un livre d’histoire » et le qualifie de « charge polémique dirigée contre les « historiographes officiels » » et de « pamphlet » ne contribuant pas vraiment à une « relecture critique du fait colonial »[4]. De nombreux historiens ont critiqué cet ouvrage qui est principalement basé sur des suppositions, les sources sont peu souvent citées et il comporte de lourdes omissions. Nicolas Lebourg dénonce « ce type d’anachronismes, [...] décrivant la traite négrière telle une Shoah par cales »[5]. L'historien et académicien Pierre Nora n'y voit qu'un « pamphlet sans queue ni tête »[6].

La couverture de la première édition de l'ouvrage évoquait la visite de Hitler, venu s'incliner à Paris aux Invalides sur le tombeau de l'Empereur, qu'il admirait, avant de « rendre » à la France vaincue les cendres de l'Aiglon dont le cercueil entrerait aux Invalides porté par des SS. Claude Ribbe révèle par ailleurs l'existence d'un film à la gloire de Napoléon produit en Allemagne par Goebbels dans les années mille neuf cent trente et inspiré d'une œuvre de Mussolini.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Branda, « Une thèse montée de toutes pièces : Le Crime de Napoléon de Claude Ribbe » (lire en ligne) et Thierry Lentz, « Mise au point », dans Revue du Souvenir napoléonien, n° 462, décembre 2005-janvier 2006, p. 84-87.
  • Thierry Lentz, « Bonaparte, l'esclavage et les Noirs », dans L'Histoire, n° 308, avril 2006, p. 27.
  • Marianne n° 450, 3 au 9 décembre 2005, p. 36, Patrick Girard : Raciste, Napoléon ?

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ((ISBN 235076012X))
  2. ((ISBN 274912994X))
  3. « Résumé de l'éditeur », sur www.amazon.fr (consulté en 11 octobre2010)
  4. Jérôme Gautheret, « Quand Napoléon annonce Hitler », Le Monde (ISSN 0395-2037) daté du 1er décembre 2005 [lire en ligne]
  5. [1], Nicolas Lebourg, lesinrocks.com, 18 janvier 2013
  6. Pierre Nora, Le Monde, 1er décembre 2005