Chevalière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chevalière armoriée traditionnelle, en Or.
Empreinte de cire d'une chevalière, armes Frémeau
Chevalière armoriée sur pierre. Sardoine rouge, monture or
Anneau sigillaire de Childéric roi des Francs saliens.

La chevalière (ou anneau sigillaire ou bague sigillaire) est une bague à large chaton sur lesquelles sont gravées des armoiries ou des initiales[1]. Les bagues destinées à servir de sceau (sigillum) présentent un le motif gravé en creux qui à varié de l'époque égyptienne[Laquelle ?] jusqu'à nos jours, passant du cartouche hiéroglyphique, à une représentation mythologique (Antiquité), l'effigie d'un prince (époque mérovingienne), un motif symbolique ou héraldique, une inscription, , etc.

La chevalière est souvent une matrice, le dessin est soit moulé en relief, soit gravé en intaille (à l'envers, en négatif), afin de pouvoir s'en servir comme d'un sceau sur de la cire.

Avant l'empreinte en cire, la table de la chevalière peut être passée au noir de fumée pour faire ressortir les détails de la gravure.

Elle peut être réalisée en or (le cas le plus courant en France), en or blanc ou en argent, mais aussi en gravure sur pierre fine, semi-précieuse ou précieuse. Il existe actuellement plusieurs formes de chevalières : ovale, tonneau, ronde, carrée, etc.

Port de la chevalière[modifier | modifier le code]

En Angleterre[modifier | modifier le code]

En Angleterre, la chevalière porte souvent la représentation du cimier (crest) au lieu de l'écu. La chevalière est généralement portée à l'auriculaire gauche en Angleterre.

En France[modifier | modifier le code]

En France, le port de la chevalière est codifié comme suit :

-Sont autorisés (d'après les lois du droit héraldique), à porter les armes timbrés d'une couronne les hommes titrés d'une famille.

C'est-à-dire le fils aîné du défunt comte, duc ou marquis.

En revanche si le porteur du titre d'une famille est toujours en vie, son fils aîné ne peut porter que le heaume de profil, signe de noblesse de premier rang il ne sera dont pas titré avant la mort de son père.

-Le porteur du titre, soit le fils aîné du défunt puisque le titre ne se transmet que de père en fils, portera sa chevalière, surmonté d'une couronne à l'annulaire de la main gauche.

-Le(s) cadet(s) ne pourront la porter qu'à l'auriculaire, peut importe la main.

De plus il devra « briser » ses armes, c'est-à-dire apporter une petite modification pour qu'on puisse le distinguer du fils aîné, cela servait au départ à les identifier sur un champs de bataille par exemple.

-Les ecclésiastiques portent la chevalière à l'annulaire de la main droite sur laquelle ils peuvent graver les symboles afférents à leur rang dans l'Église.

Les femmes peuvent porter les armes de leur père, à l'auriculaire, dans un écu en forme de losange. A noter que seules les reines, princesses et impératrices peuvent timbrer leur écu d'une couronne.

La chevalière peut se porter en baise-main (pointe de l'écu vers l'extérieur des doigts) ou en bagarre (pointe de l'écu vers l'intérieur).

Enfin les familles non nobles portant blason ne faisaient surmonter l'écu que par un béret ou une toque[réf. nécessaire].

En Suisse[modifier | modifier le code]

La chevalière est-elle habituellement portée à l'annulaire gauche. Elle se porte aussi à l'auriculaire droit dans des cas beaucoup plus rares.

Chevalière et noblesse[modifier | modifier le code]

L'association entre port de la chevalière et aristocratie est ancienne ; l'anneau d'or était déjà le signe distinctif de l'ordre équestre de la Rome antique. Ce lien peut persister aujourd'hui, entre le port de la chevalière et l'appartenance à un certain milieu, authentique ou prétendue. Aux temps des chevaliers également l'anneau se portait à l'annulaire gauche en signe de distinction parmi les « grandes familles » dites médiévales.

Les armoiries des familles nobles y sont représentées et sont « timbrées », c'est-à-dire surmontées :

  • soit d'une couronne si la famille possède un titre de noblesse (la forme de ces couronnes varie en fonction du titre porté),
  • soit d’un heaume (casque) d'écuyer, symbole de la chevalerie, pour celles qui ne possèdent pas de titre de noblesse (néanmoins beaucoup d'entre elles ajoutent aujourd'hui une couronne à leurs armes) ; en effet, tous les nobles non-titrés sont écuyers, mais ce «titre» ne se porte pas en France.

Symbolique[modifier | modifier le code]

La chevalière est empreinte de toute une symbolique sociale et culturelle. En effet, cette dernière peut marquer l'appartenance à une certaine classe sociale, jouissant d'une légitimité héréditaire. Mais porter une chevalière peut également révéler une passion pour l'Histoire, pour une époque, ou une volonté de se réclamer d'un attachement à certaines valeurs et traditions familiales.

Souvent stigmatisé par certains milieux antiroyalistes et anticléricaux, le port d'une chevalière n'est pas forcément rattaché à la prétention d'une ascendance noble, et encore moins à l'image et aux idées prêtées à cette classe. Les possesseurs d'armoiries portent d'ailleurs souvent les armes de leurs familles par Fierté et tradition, sans y attacher de quelconques idées politiques.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Connue comme la capitale des graveurs en pierre précieuses.