Ongle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Ongles (Alpes-de-Haute-Provence).
Patte de singe à paume calleuse avec 4 doigts garnis d'ongles noirs.
« Main » de Singe-araignée laineux garnie d'ongles.
Ongles d'un pied d'éléphant (ici Elephas maximus)

En ce qui concerne l'anatomie, un ongle est une partie dure et insensible du doigt ou de l'orteil d'un animal. C'est un phanère terminal kératinisé, homologue de la griffe ou du sabot. Le terme « ongle » désigne plus particulièrement la forme plate que l'on retrouve chez l'Homme mais aussi chez certains animaux comme les Primates, par exemple.

Anatomie humaine[modifier | modifier le code]

(1) Ongle ; (2) paronychium ; (3) Lunule ; (4) Eponychium (Cuticule).
Ongles sur les doigts d'une main humaine.

Les ongles sont composés de :

  • La matrice de l'ongle est à la base de l'ongle et produit la kératine qui le compose. Une blessure de la matrice peut entraîner des irrégularités sur l'ongle ;
  • L'éponychium ou cuticule, qui est un bout de peau qui recouvre la matrice ;
  • Le paronychium un bout de peau qui couvre les côtés de l'ongle ;
  • L'hyponychium qui se trouve sous l'extrémité de l'ongle ;
  • L'ongle à proprement parler, la partie dure et translucide, composée de kératine ;
  • Le lit de l'ongle, qui se trouve sous l'ongle ;
  • La lunule qui est la tache claire circulaire située sur la base de chaque ongle.

Les ongles des mains mettent entre 3 et 6 mois pour se reformer complètement, ce qui correspond à une poussée de 5 millimètres par mois - 12 à 18 mois pour les ongles des pieds. Certaines maladies (anorexie, anémie, dysfonctionnement de la glande thyroïde) peuvent laisser des traces sur les ongles, qui deviennent alors une preuve du passé médical du patient, telles les lignes de Beau qui sont des dépressions transversales et ne sont pas à confondre avec les crêtes longitudinales parallèles dans le cadre du processus normal de vieillissement[1]. Les traces blanches ne sont pas, contrairement aux idées reçues, synonymes d'une carence en calcium, mais peuvent être dues à un microtraumatisme (les taches sont alors des petites bulles d'air dues à un petit choc ou une usure intensive comme des manucures répétées)[2], une allergie (aux vernis, aux dissolvants, aux faux ongles), un champignon ou une bactérie, du psoriasis ou de l'eczéma. Les taches jaunes (xanthonychie) sont souvent liées à une consommation excessive de tabac, à un début de diabète ou à certains traitements (antibiotiques, chimiothérapie)[3].

L'ongle a une dureté de 2,2 sur l'échelle de Mohs utilisée en géologie pour déterminer la dureté des minéraux.

La majorité des gens se coupent les ongles à l'aide d'un coupe-ongles ou d'une petite paire de ciseaux lorsqu'ils deviennent longs.

Ongles des animaux[modifier | modifier le code]

Patte de Maki vari noir et blanc avec des ongles et une griffe de toilettage.

Les animaux avec ongles plats sont essentiellement les primates mais aussi des espèces très différentes comme les éléphants.

Les autres espèces ont la plupart du temps des ongles spécialisés appelés griffes ou sabot. Certains primates, notamment certains lémuriens, ont conservé un ongle en forme de griffe qui leur sert pour le toilettage (griffe de toilette)[4].

Pathologie[modifier | modifier le code]

Terminologie sémiologique[modifier | modifier le code]

  • Onychogryphose : hypertrophie de la plaque unguéale
  • Onycholyse : décollement de l'ongle du lit unguéal à départ disto-latéral.
  • Onychoptose : Chute de l'ongle.
  • Paronychie : ou périonyxis, inflammation des replis latéraux qui bordent la tablette unguéale
  • Ptérygion dorsal : expansion du repli sus-unguéal qui adhère à l'ongle qu'elle fissure
  • Hyperkératose unguéale : épaississement du lit de l'ongle et de la tablette (qui devient friable lors d'une mycose de l'ongle)
  • Onychodystrophie unguéale : déformation de l'ongle
  • Hippocratisme digital : ongles bombés
  • Cœlonychie : ongle en cuillère (causes : anémie ferriprive, syphilis, utilisation de détergents forts)
  • Lignes de Beau
  • Leuconychie : coloration blanche sous forme d'une petite surface à bords bien limités
  • Équisegmentation
  • Lunules bleues (Maladie de Wilson)
  • Syndrome des ongles jaunes
  • Hématomes filiformes
  • Taches brunes (Mélanonychie) ou noires
  • Piqûres alignées

Onychopathies[modifier | modifier le code]

Certaines personnes éprouvent le besoin de "ronger" leurs ongles. Cela est bien souvent dû au stress, et s'appelle l'onychophagie.

Le terme d'ongle incarné désigne un morceau d'ongle des pieds ou des mains qui s'enfoncent dans la peau et qui crée une infection hyperalgique.

L'ongle incarné a différentes étiologies, la principale étant la mauvaise coupe d'ongle. Il est le plus souvent favorisé par des formes particulières de l'ongle.

Croyances: couper des ongles dans les coins ne provoque pas d'ongles incarnés, si les ongles sont bien coupés.

Croyances: Les publicités télévisuelles sur des traitements, le manque de formation des médecins, des pédicures et dermatologues à ce sujet, font croire aux gens que dès qu'il y a une couleur jaunâtre, blanchâtre inhabituelle sur les ongles, ils ont une mycose. Dans la majorité des cas, ces couleurs sont dues à des microtraumatismes (liés aux chaussures et déformations éventuelles du pied et des orteils).

  • Psoriasis unguéal, difficile à différencier d'une mycose de l'ongle : hyperkératose unguéale, onycholyse, onychodystrophie, paronychies, petites zones d'érosion en "dé à coudre" sur la tablette unguéale, signes cutanés de psoriasis.
  • Fibromes, verrues : lésions bénignes.
  • Carcinome épidermoïde, mélanome achromique : tumeurs malignes, rares.
  • Lichen plan : striations longitudinales, hyperkératose sous-unguéale, onycholyse et ptérygion dorsal.
  • Acrokératose de Bazex : syndrome paranéoplasique, rare, touchant les doigts et les orteils.

Ablation[modifier | modifier le code]

L'ongle est ancré au doigt sur toute sa surface, ce qui provoque une douleur extrême si on tente de le retirer. Souvent, une telle ablation est faite pour des raisons médicales : infection, blessure ; dans de tels cas le patient est anesthésié.

L'arrachage d'ongle est ainsi une méthode de torture courante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard K. Scher, C. Ralph Daniel, Onychologie. Diagnostic, traitement, chirurgie, Elsevier Masson,‎ 2007, p. 12.
  2. Jean-François Lemoine, émission « Pourquoi docteur ? » sur Europe 1, 27 octobre 2013.
  3. « Taches sur les ongles - Causes et traitement », sur Comment ça marche,‎ octobre 2013.
  4. (en) C.Soligob et Alexandra E.Müllera, « Nails and claws in primate evolution », sur Science Direct (consulté le 8 octobre 2010).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Labes, J'arrête de me ronger les ongles, Chariot d'or, 2009

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :