Annulaire (anatomie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Annulaire.
L'annulaire

L'annulaire est le quatrième doigt de la main chez l'Homme et les grands singes, situé entre le majeur et l'auriculaire. Son nom provient de anneau, car c'est un doigt autour duquel on porte l'anneau de mariage.

Le nom[modifier | modifier le code]

Le nom français vient du fait que c'est à ce doigt que l'on porte le plus souvent les anneaux et les bagues, et en particulier l'alliance, symbolisant le mariage. Dans d'autres langues, le sens est différent :

  1. Le doigt médical : certaines cultures lui attribuaient des pouvoirs magiques, notamment le don de soigner :
    • allemand : Arztfinger (doigt du docteur)
    • hongrois : orvos ujj (doigt du docteur)
    • japonais : kusuri-yubi (doigt du médicament)
    • latin : digitus medicinalis (doigt de la médecine)
  2. Le doigt annulaire, qui portait l'anneau :
    • anglais : ring finger (doigt de l'anneau)
    • allemand : Ringfinger (doigt de l'anneau)
    • hongrois : gyűrűsujj (doigt de l'anneau)
    • italien : anulare (doigt de l'anneau)
    • latin: digitus annularis (doigt de l'anneau)
    • roumain : inelar (doigt de l'anneau)
  3. Le doigt sans nom, probablement ainsi nommé par peur de sa "puissance" :
    • bulgare : bezimen pryst (le doigt sans nom)
    • finnois : nimeton sormi (de doigt sans nom)
    • hongrois : nevetlen ujj (le doigt sans nom)
    • japonais : nanashi-yubi (le doigt sans nom)
    • latin : digitus medio proximus (le doigt à côté du milieu)
    • mandarin : wúmíngzhǐ (le doigt sans nom)
    • persan (ou farsi) : binàme (le doigt sans nom)
    • russe : bezymyannyi palets (le doigt sans nom)
    • sanskrit : anáman (le doigt sans nom)
    • tatar : atsyz parmak (le doigt sans nom)
    • turc : adsız parmak (le doigt sans nom)

Biologie[modifier | modifier le code]

L'annulaire est le premier doigt à se former lors du développement du fœtus.

Grâce à l'indice de Manning, le rapport entre la longueur de l'index et celle de l'annulaire permet de déterminer directement le sexe d'un individu[1]. Cela a permis à une équipe du CNRS de déterminer l'appartenance sexuelle des empreintes de mains retrouvées dans les grottes préhistoriques de Gua Masri, à Bornéo, et de la grotte Cosquer, près de Marseille[2].

Croyance[modifier | modifier le code]

Selon une croyance égyptienne, une veine, Vena Amoris (« veine de l'amour »), relierait l'annulaire de la main gauche directement au cœur. Cette croyance a été reprise par les Grecs puis transmise par les Romains jusqu'à nous, raison pour laquelle l'annulaire de la main gauche est utilisé pour porter la bague de mariage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J. T. Manning, Digit Ratio, a Pointer to Fertility, Behaviour and Health, Rutgers University Press, 2002.
  2. « Les peintres rupestres n'étaient pas toujours des hommes », dans Le Monde, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]