Chaponnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaponnay
La mairie
La mairie
Blason de Chaponnay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Saint-Symphorien-d'Ozon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Ozon
Maire
Mandat
Raymond Durand
2014-2020
Code postal 69970
Code commune 69270
Démographie
Population
municipale
3 753 hab. (2011)
Densité 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 42″ N 4° 56′ 13″ E / 45.6283333333, 4.9369444444445° 37′ 42″ Nord 4° 56′ 13″ Est / 45.6283333333, 4.93694444444  
Altitude Min. 192 m – Max. 367 m
Superficie 18,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Chaponnay

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Chaponnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaponnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaponnay

Chaponnay est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chaponnay se situe en banlieue sud-est de Lyon et fait partie des communes dites de l'Est Lyonnais.

Les communes limitrophes sont: Saint Priest, Corbas, Saint-Symphorien-d'Ozon, Mions, Marennes, Valencin, Villette-de-Vienne, Saint-Just-Chaleyssin, Luzinay.

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement rattachée au département de l'Isère, la commune de Chaponnay est transférée, comme l'ensemble du canton de Saint-Symphorien-d'Ozon, au département du Rhône par la loi n°67-1205 du 29 décembre 1967.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Aministration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989   Raymond Durand UDI député de la onzième circonscription du Rhône (2008-2012)
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de l'Ozon.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Steinhausen an der Rottum (Allemagne) depuis 1983.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 753 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 064 853 966 1 080 1 163 1 215 1 262 1 285 1 240
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 156 1 162 1 152 1 056 1 080 1 100 1 230 1 216 1 242
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 228 1 209 1 161 1 016 1 059 1 011 1 018 1 005 1 079
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 147 1 242 1 454 2 706 2 913 3 317 3 472 3 753 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune organise son carnaval chaque année en février[note 1]. En 2010 ont eu lieu plusieurs manifestations culturelles dont le concert du quintette de jazz de All blues et Adèle Bracco et la pièce La bonne adresse par la compagnie l’Entracte, réalisée par Marc Camoletti et mise en scène par Daniel Vial.

D'autres événements ponctuels ont lieu comme en 2010 une exposition au Parc municipal sur le thème Paysages de sciences, animée par le Musée des Confluences et le CNRS. En mai 2010 aura lieu la 123e édition de la foire de la Pentecôte.

Santé et Sports[modifier | modifier le code]

Le FC Chaponnay-Marennes est un club de foot associé à la ville. L'équipe Fanion évolue en PHR (8e division). La commune voisine de Marennes fait partie de l'entente.

Le siège du club se situe au complexe Gil Laforêt. Le terrain possède un revêtement synthétique dernière génération.

Cadre de vie et Environnement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 2010, on compte une centaine d'entreprises installées dans le Parc d’affaires de la vallée de l’Ozon, qui emploient au total quelque 2600 personnes[3]. Un centre de recherche du groupe V33, entreprise de peintures et de produits pour le bois, est implanté dans la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église St Barthélémy
  • Collège Privé de La Xavière : implanté depuis 1985, c'est une décentralisation du site centrale de Vénissieux-Moulin à vent, devenu trop étroit au fil des années.
  • Église Saint-Barthélémy : elle a l'originalité d'être située à l'écart du centre de la commune, sur une butte à la sortie du village en direction de Valencin. Cette église a été bâtie en 1853, par le nouvel architecte diocésain Alfred Berruyer dont elle est typique du style néo-roman. C'est une des premières églises comprenant des pierres factices de ciment moulé.

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Chaponnay bénéficie du label « ville fleurie » avec « 4 fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Statue de Buyat
  • Camille Rolland (1875-1964), homme politique, sénateur du Rhône
  • Louis Guéymard, ténor du XIXe siècle
  • La famille Buyat a donné plusieurs personnalités locales dont l'une a sa statue sur la place de la mairie et une autre un nom de rue près de l'église.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  1. En 2010, le carnaval a eu lieu le 12 février

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. Voir séance du 21 janvier, présentation du budget 2010
  4. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :