Camille Jenatzy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camille et Jenatzy.

Camille Jenatzy

Description de cette image, également commentée ci-après

Camille Jenatzy avec « La Jamais contente »

Naissance
Schaerbeek, Bruxelles
Décès (à 45 ans)
Habay-la-Neuve
Nationalité Belge Drapeau : Belgique
Diplôme
Ingénieur
Profession
Constructeur automobile, pilote de course

Camille Jenatzy (Schaerbeek, - Habay-la-Neuve, ) est un ingénieur et coureur automobile belge, connu surtout pour avoir été le premier à dépasser les 100 km/h, le 29 avril 1899, à bord d'une voiture de sa conception, « La Jamais contente », une voiture électrique en forme d'obus ou de torpille. Le comte français Chasseloup-Laubat sera son grand rival dans la chasse au record.

En tant que pilote de course, parmi les nombreuses compétitions auxquelles il participe, il remporte notamment la quatrième édition de la coupe Gordon-Bennett en 1903.

Jenatzy meurt en 1913, victime d'un accident de chasse[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un fabricant d'objets en caoutchouc, notamment de pneumatiques, Jenatzy s'intéresse à la fin de ses études à la traction électrique pour automobiles. La barbe rousse, mince et très nerveux, il est bien vite surnommé le « Diable rouge » (Red Devil) en Angleterre[2].

Publicité du Diable Rouge pour Bosch en 1910.

Arrivé à Paris, il entreprend de fabriquer des fiacres électriques. Dans ses efforts de publicité, il construit un bolide en forme d'obus, « La Jamais contente », qui lui permet de dépasser pour la première fois les 100 km/h (105,88 km/h) sur route le à Achères. Il détient alors le quatrième record mondial de vitesse terrestre, après avoir également obtenu le deuxième le 17 janvier 1899, à 66,66 km/h sur CGA Dogcart électrique. La barre des 100 km/h ne sera de nouveau franchie que trois ans plus tard, le 13 avril 1902, par Léon Serpollet.

Durant les années 1900, il est membre de l'Automobile Club de France, intégré dans la commission d'exécution des concours dans le cadre Automobilisme lors des Sports de l'Exposition Universelle de 1900 -non reconnus officiellement par le comité olympique-, durant l'année des Jeux olympiques d'été de 1900, incluant durant 4 jours en juillet la course de vitesse Paris-Toulouse-Paris[3].

À la mort de son père, Jenatzy doit reprendre la manufacture de caoutchouc familiale, ce qui ne l'empêche pas de rester un excellent pilote de course. En 1909, il atteint même les 200 km/h à Ostende, à bord d'une Mercedes.

Le 8 décembre 1913, il décède suite à un coup de fusil involontaire d'Alfred Madoux, alors directeur du journal L'Étoile belge.

Palmarès de pilote[4][modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

Victoires[modifier | modifier le code]

Jenatzy, victime d'un pneu éclaté lors du Circuit des Ardennes en 1902, avec les débris de sa voiture, arcade ouverte (son mécanicien ayant eu le bras cassé).
  • 1910 : course de côte de 500 mètres du Mont Lombert (Boulogne-sur-Mer), sur Pipe (Ferréol Jenatzy s'imposant sur le mile départ arrêté).

Classements[modifier | modifier le code]

Participations mémorables[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hill Climb winners: 1897-1949
  2. a et b (en)« JENATZY SHOT DEAD.; Famous Belgian "Red Devil" Auto Racer Killed in Hunting Accident », dans The New York Times, 9 décembre 1913.
  3. Rapport officiel des JO 1900 part.2, p.307.
  4. Hill Climb winners: 1897-1949
  5. (sur un véhicule préparé par Wilhelm Werner et Hermann Braun)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]