Les Cigares du pharaon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Cigares du pharaon
4e album de la série Les Aventures de Tintin
Image illustrative de l'article Les Cigares du pharaon

Auteur Hergé
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Tintin
Milou
Dupond et Dupont
Lieu de l’action Drapeau : Égypte Royaume d'Égypte
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Inde britannique Inde britannique

Éditeur Casterman
Première publication 1934 (noir et blanc)
1955 (couleur)
Nb. de pages 62 (couleur)
127 (noir et blanc)

Prépublication Le Petit Vingtième
Albums de la série Les Aventures de Tintin
Précédent Tintin en Amérique Le Lotus bleu Suivant

Les Cigares du Pharaon (titre correct)[réf. nécessaire] (ou Les Aventures de Tintin, reporter, en Orient) est le quatrième album de bande dessinée des aventures de Tintin, prépublié en noir et blanc du 8 décembre 1932 au 8 février 1934 dans les pages du Petit Vingtième, supplément du journal Le Vingtième Siècle. La version couleur de l'album est parue en 1955.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au début de l'histoire, Tintin est à bord de l'Époméo, en croisière à destination de l'Extrême-Orient. À bord, il rencontre un égyptologue farfelu, Philémon Siclone, à la recherche du tombeau du pharaon Kih-Oskh. Il rencontre aussi pour la première fois Roberto Rastapopoulos, un homme très riche et le propriétaire du navire.

Port Said (1930)

Tintin devient bientôt la cible d'un homme mystérieux, qui cherche à se débarrasser de lui en faisant croire à la police qu'il transporte de la cocaïne avec lui. Il est arrêté par deux agents de la sûreté, X33 et X33 bis (alias Dupond et Dupont), qui le retiennent prisonnier, avec Milou, à bord du paquebot. Alors que le bateau fait une escale à Port-Saïd en Égypte, Tintin et Milou s'évadent, et ils retrouvent peu après Philémon Siclone. Tintin accepte de l'accompagner au Caire dans son expédition à la recherche du tombeau de Kih-Oskh. Dans le tombeau, Tintin et Milou découvrent de mystérieux cigares, mais sont enlevés…

Abandonnés en mer, ils sont sauvés et débarquent en Arabie, où ils sont toujours recherchés par les Dupondt. De là, après plusieurs péripéties, y compris une rencontre avec le cheik, une nouvelle rencontre avec Rastopopoulos - lors de laquelle Tintin et Rastopopoulos deviennent des amis - et une troisième rencontre avec Philémon Siclone qui est alors devenu fou, Tintin et Milou arrivent en Inde chez le maharadjah de Rawhajpoutalah. Ils s'attaquent alors au trafic d'opium et démantèlent en partie un gang de trafiquants.

Un fakir

Tintin affronte entre autres un de ses membres les plus dangereux en la personne d'un fakir hypnotiseur. Tintin arrive finalement à arrêter le fakir, qui s'était enfui avec le "Grand Maître". Les deux avaient enlevé le fils du maharadjah. Mais l'identité du chef du gang (autrement dit, l'homme qui a essayé de faire croire qu'il transportait de la cocaïne avec lui sur le paquebot) lui reste inconnue dans tout cet album. Tintin, qui était à sa poursuite, le voit tomber dans un ravin. En réalité, cette intrigue se poursuit dans Le Lotus bleu.

À la fin de l'histoire, Tintin découvre que les cigares contenaient l'opium en question.

Contexte[modifier | modifier le code]

On peut noter que cet album paraît douze ans après la découverte de la tombe royale du pharaon Toutânkhamon, et la scène de disparition des égyptologues se rendant à la tombe de Kih-Oskh fait référence à la prétendue « malédiction du pharaon ».

Adaptations[modifier | modifier le code]

Les différentes versions de l'album[modifier | modifier le code]

  • La première version des Cigares du Pharaon fut publiée en 1934. Cette version est reconnaissable à sa couverture présentant au premier plan une petite image de Tintin passant derrière une colonne et le sous-titre " Reporter en Orient ". Cette version a été rééditée en fac-similé en 1984. Les éditions suivantes jusqu'en 1941, sans sous-titre, incluent 4 illustrations hors texte, version reprise en fac-similé en 1993. Ces versions sont qualifiées de « Petite Image Collée ».
  • En 1942, pour la Saint Nicolas, paraît une nouvelle couverture dite " Grande Image " d'une qualité bien supérieure et bien plus belle de Tintin derrière une colonne. Cette édition est particulièrement rare et recherchée par les collectionneurs. Elle a fait l'objet en 2009 d'un fac-similé imprimée en Italie par L.E.G.O.
  • En 1955, seulement, parait la première édition couleur. C'est la dernière aventure n'ayant pas encore été modifiée alors que les autres albums noir et blanc ont tous été remodelé au format 64 planches couleur entre 1943 et 1947. Ce délai important peut s'expliquer par la mise en chantier des albums Les Sept Boules de cristal, Le Temple du Soleil, de Tintin au pays de l'or noir, d’Objectif Lune et d’On a marché sur la Lune, et la réticence d'Hergé à reprendre une oeuvre de jeunesse dont le scénario ne cadrait plus avec le réalisme des dernières aventures. Cette édition couleur (plus exactement une réédition corrigée) a fait l'objet d'un fac-similé en 2003.
  • L'édition définitive, remaniée telle qu'on la connaît aujourd'hui, a été publiée en 1964.

Version animée[modifier | modifier le code]

Cet album fut adapté dans la série animée de 1992. Cette version reprend la version couleur de 1955 mais elle enlève deux séquences qui étaient dans la BD : la "grenade à retardement" et la séquence où l'on voit Philémon Siclone, fou, avec le pistolet à la main.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • On peut voir (page 8 case 1) une momie qui porte le nom E.P. Jacobini, clin d'oeil à E.P. Jacobs, l'auteur de la B.D. Blake et Mortimer et notamment du Mystère de la Grande Pyramide [1].
  • Lorsque le cheik Patrash Pasha fait part à Tintin de son admiration pour lui, il le lui prouve en exhibant un album de ses Aventures. Dans la version parue dans Le Petit Vingtième, il s'agit de l'album Tintin en Amérique, et dans la seconde version, c'est Tintin au Congo. Quand Hergé met en couleur Les Cigares du pharaon en 1955, il modifie la case, et l'album en question devient Objectif Lune, aventure qui vient d'être publiée. Il s’agit d’un anachronisme car Tintin ne peut avoir vécu cette histoire étant donné qu’elle arrive après dans la chronologie des albums[2].
  • De nombreux personnages réels vont se retrouver dans les aventures de Tintin. Ici c'est l'explorateur Henry de Montfred qui est bien représenté alors qu'il est connu pour avoir silloné à l'époque les parages à bord de son boutre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La marque d’amitié, Clin d'œil et bande dessinée, 3 février 2008, consulté le 30 juillet 2012.
  2. Peeters 2004, p. 41

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]