Bitburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bitburg
Bitburg
Vue aérienne du centre historique
Vue aérienne du centre historique
Blason de Bitburg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Rhénanie-Palatinat
Arrondissement
(Landkreis)
Bitburg-Prüm
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Joachim Kandels
Code postal 54634
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
07 2 32 018
Indicatif téléphonique 0049 6561
Immatriculation BIT, PRÜ
Démographie
Population 12 772 hab. (31/12/2009)
Densité 269 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 58′ 29″ N 6° 31′ 32″ E / 49.97472, 6.52555 ()49° 58′ 29″ Nord 6° 31′ 32″ Est / 49.97472, 6.52555 ()  
Altitude 320 m
Superficie 4 754 ha = 47,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Bitburg

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Bitburg
Liens
Site web www.bitburg.de


Bitburg (Béibreg en Luxembourgeois) est le chef-lieu de l'arrondissement Bitburg-Prüm en Rhénanie-Palatinat (Allemagne), à 30 km au nord de Trèves dans la partie sud de l'Eifel. La ville était célèbre pour sa base aérienne de l'USAF, fermée le 1er octobre 1994. Le parler traditionnel est une variante locale du luxembourgeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

La ville se situe à environ 30 kilomètres au nord de Trèves, dans la région appelée Bitburger Gutland, dans le sud du massif de l'Eifel.

Entités[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'époque romaine[modifier | modifier le code]

Bitburg a été fondée il y a environ 2000 ans comme point de passage sur la route reliant Lyon à Cologne par Metz et Trèves. Son premier nom était Vicus Beda. La bourgade a été agrandie vers 330, au temps de l'Empereur Constantin, à un Castellum, encore présent dans le centre de la ville actuelle. On trouve la plus ancienne évocation certifiée de l'endroit Beda sur la Table de Peutinger au IVe siècle. D'abord dénigrée, Bitburg reçoit le titre de castrum bedense à la fin de l'occupation romaine, aux alentours de 715. Depuis 1262, Bitburg jouit du statut et des droits d'une ville.

Article détaillé : Beda.

Du duché de Luxembourg au royaume de Prusse[modifier | modifier le code]

Au milieu du Xe siècle, la ville a été acquise par le comté de Luxembourg (plus tard duché), puis en 1443 par le duché de Bourgogne. Depuis 1506 la ville a successivement appartenu aux Pays-Bas espagnols, puis aux Pays-Bas autrichiens à partir de 1714. La ville tomba aux mains des Français en 1794 et devint en 1798 le siège d'un canton du département des Forêts. Sa situation s'améliora et l'administration fut agrandie : la ville bénéficia d'un tribunal et d'un registre du cadastre. Suivant les accords du Congrès de Vienne, la ville fut confiée en 1815 au Royaume de Prusse, où elle fut successivement ville-arrondissement du grand-duché du Bas-Rhin, puis de la province de Rhénanie prussienne.

De la fin de la guerre 40–45 à nos jours[modifier | modifier le code]

Le 24 décembre 1944, vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, Bitburg fut dévastée à 85 % de sa surface par des bombardements et déclarée « ville morte » par les Américains. Bien que située dans la zone d'occupation française, les forces qui stationnaient dans la ville après la guerre étaient constituées de troupes luxembourgeoises, remplacées en 1955 par des Forces françaises stationnés en Allemagne. En 1965 s'ajouta une base de soutien de l'OTAN sous contrôle américain. À la fin des années 1980, les Français retirèrent leurs derniers hommes et l'OTAN prit la direction des anciennes casernes françaises. Après la guerre du Golfe s'installèrent successivement la 525e Tactical Fighter Squadron (TFS) « Bulldogs », la 53e TFS « Tigers » (par après déplacée sur Spangdahlem), la 22e TFS « Stingers » et finalement en 1994 l'aéroport de Bitburg fut occupé par la 36e TFW. Actuellement, seules quelques parties des casernes de Bitburg sont encore régies par l'OTAN. Au 31 décembre 2005 habitaient encore 3 210 soldats américains à Bitburg, aussi bien affectés aux casernes que vivant simplement dans la région. L'aérodrome a été rendu à la ville et transformé en un zoning industriel par celle-ci.

Bitburg fut pour quelques jours dans la lumière des médias en 1985, lorsque le président américain Ronald Reagan et le chancelier allemand Helmut Kohl visitèrent ensemble le cimetière militaire de « Kolmeshöhe ». Aux côtés des G.I. américains et de civils allemands sont aussi enterrés des membres de la Waffen-SS. La situation donna naissance à la controverse de Bitburg.

Culture[modifier | modifier le code]

Fêtes et folklore[modifier | modifier le code]

La villa fêta en 1965 son 1250e anniversaire au son des musique populaires, accueillant des groupes de majorettes, des fanfares, etc. Suite au succès de celui-ci est organisé chaque année un festival européen du folklore. Ce qui était au commencement appelé Rassemblement des pays européens limitrophes a été renommé au début des années 1990 en Festival du folklore européen, auquel participent aussi des groupes et organisations extra-européennes. Aujourd'hui, le festival compte parmi les plus importants d'Allemagne et réunit chaque année environ 50 groupes venus de plus de 15 pays différents lors du deuxième week-end de juillet.

Le marché de Beda (Beda-Markt) est organisé chaque troisième week-end de mars depuis 1967.

Musées[modifier | modifier le code]

Dans les bâtiments de l'ancienne école d'agriculture de 1882 se trouve aujourd'hui le musée de la région Bitburg-Prüm. Ce dernier propose, à travers de nombreux objets, une bonne rétrospective sur les 2 000 ans d'histoire de Bitburg et de l'Eifel. À l'occasion d'expositions temporaires sont aussi exposées des œuvres d'art contemporaines.

Économie et infrastructures[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'entreprise la plus connue et porte-drapeau de la ville à l'étranger est la brasserie Bitburger. Vers 1995, l'ancienne base aérienne de l'OTAN a été remplacée et renommée « Gewerbepark Flugplatz Bitburg » (« Zoning industriel Aérodrome de Bitburg » en français), une zone industrielle d'environ 500 hectares où 180 entreprises ont installé leurs locaux.

Bitburg se situe en plein centre du Landkreis Bitburg-Prüm. Cette position centrale a depuis longtemps permis la naissance d'un commerce et de services variés.

Transports[modifier | modifier le code]

La B51 est un important axe de liaison entre le nord et le sud. Comme la route romaine entre Trèves et Cologne, elle joint la région de Trèves et de Luxembourg avec le nord. Depuis quelques années, l'A60 Liège-Wittlich passe à proximité de la ville. La situation de la ville en périphérie (du point de vue allemand) est compensée par sa situation centrale au niveau européen.

La gare de Bitburg-Erdorf est fréquentée par le Eifelbahn de la ligne Gerolstein-Trèves et par le Eifel-Mosel-Express (RE 12) de la ligne Cologne–EuskirchenGerolstein–Trèves. Le DB Regio Südwest Eifel-Mosel-Express passe aussi par Bitburg-Erdorf.

À la gare passe aussi la ligne Nims-Sauertalbahn vers le centre-ville, qui au début reliait Irrel et Igel. La voie a été scindée en plusieurs sections, puis désaffectée et en grande partie transformée en piste cyclable. Aucun trafic régulier n'a cours sur le parcours restant (environ six kilomètres).

Religion[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Bitburg est jumelée avec[1]:

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Städtepartnerschaft

Source[modifier | modifier le code]

Article traduit du Wikipédia allemand daté du premier juin 2007.