Franciabigio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'un jeune homme à l'écritoire

Francesco di Cristofano dit Franciabigio (Florence, 1482 - 1525) ou Marcantonio Franciabigio ou encore Francia Bigio est un peintre de l'école florentine pendant la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il nait à Florence et travaille d'abord avec Albertinelli jusque vers 1506. En 1505, il fait la connaissance d'Andrea del Sarto. L'année suivante, il installe avec celui-ci un atelier commun sur la Piazza del Grano.

En 1513, il réalisa le Mariage de la Vierge, dans le petit cloître des Vœux de la Santissima Annunziata. L'année suivante, il peignit la fresque du cénacle de Santa Maria a candeli et de celui du couvent de la Calza.

En 1518, Andrea del Sarto partant pour la France, le charge de compléter les fresques du cloître du Scalzo. L'expérience d'un hypothétique voyage à Rome, semble se refléter dans le Retour de Cicéron, fresque peinte en 1521 dans la villa de Poggio à Caiano, en collaboration avec Andrea del Sarto.

La Lettre d'Urie pour la chambre Benintendi (à présent à la Gemäldegalerie de Dresde) est de 1523 et constitue la dernière œuvre datée dont on peut rapprocher le Noli me tangere aujourd'hui au Musée du Cenacolo di San Salvi[1].

Franciabigio est attentif à l'exactitude anatomique et à la perspective dans ses œuvres. Il est surtout habile dans les fresques[2] dont une, après sa restauration, lui sera attribuée dans l'arc central de la Porta Romana.

Francesco d'Ubertino a été l'élève du Perugino puis son assistant.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Vierge et l'Enfant entourés de saint Jérôme et saint Zénobe (1506), Paris, Louvre
  • La Vierge à l'Enfant et le petit saint Jean (1508 -1510), peinture sur bois, 106 × 81 cm, Musée des Offices, Florence. Réalisée pour la chapelle de la famille Albizi de San Pier Maggiore[3].
  • Cenacolo (1514) représentant La Cène avec des saints, L'Annonciation et L'Adoration de l'Enfant, fresque exécutée avec Giovanni Antonio Sogliani à l'église Santa Maria dei Candeli
  • Il Cenacolo della Calza (1514) au couvent San Giovanni Battista della Calza, en Oltrarno.
  • Vierge à l'Enfant (1514), musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg
  • Portrait d'un jeune homme (1514), huile sur bois, 58 × 45 cm, Musée des Offices, Florence[3]
  • Vierge à l'Enfant avec saint Jean Baptiste jeune et Portrait d'homme (1517) au musée Liechtenstein, Vienne
  • Portrait d'homme au musée du Louvre
  • Portrait du roi de Rhodes, National Gallery, Londres
  • Saint Christophe, égliose San Cristofano a Novoli, un quartier populaire dans l'ouest de Florence
  • Annonciation, abbaye di San Gaudenzio
  • fresque de l'autel, église San Leonardo, Cerreto Guidi
  • Homme, Getty Center

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elena Capretti, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p. 645
  2. Giorgio Vasari dans sa biographie le nomme Francia Bigio et dit qu'il surpassait tous ses contemporains dans l'art de la fresque.
  3. a et b Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p.197

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Page ?? - édition 1568
116 le vite, franciabigio.jpg