Attentat du 28 avril 2011 à Marrakech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentat du 28 avril 2011 à Marrakech
Image illustrative de l'article Attentat du 28 avril 2011 à Marrakech
Le café Argana dans lequel l'explosion a eu lieu (ici en 2004)

Localisation Marrakech, Drapeau du Maroc Maroc
Cible Café Argana, place Jamaâ El Fna
Coordonnées 31° 37′ 28″ N 7° 59′ 35″ O / 31.62444, -7.9930631° 37′ 28″ Nord 7° 59′ 35″ Ouest / 31.62444, -7.99306  
Date 28 avril 2011
11h50 (UTC+1)
Type Attentat à la bombe
Arme(s) Bombe actionnée à distance
Mort(s) 17
Blessé(s) 20
Auteur(s) présumé(s) Adil Othmani et 7 autres suspects (Cellule locale)
Mouvance Terrorisme islamiste


L'attentat du 28 avril 2011 à Marrakech, connu aussi sous le nom d'attentat d'Argana, est une attaque à la bombe actionnée à distance, perpétré dans un café situé sur la place Jamaâ El Fna dans la ville de Marrakech au Maroc, et ayant fait 17 morts et 20 blessés de nationalités différentes.

Début mai, AQMI publie un communiqué dans lequel il affirme ne pas être impliqué dans l'attentat :

« Nous démentons toute relation avec cette explosion et affirmons n'être aucunement impliqués dans cette opération. Nous affirmons que, en dépit du fait que parmi nos priorités (...) figurent des frappes contre les juifs et les croisés, ainsi que contre leurs intérêts, nous nous employons cependant à choisir le moment et le lieu qui ne seraient pas en contradiction avec les intérêts de la Nation et son action vers l'objectif de sa libération[1]. »

La semaine suivante, le ministère marocain de l'Intérieur annonce l'arrestation de plusieurs suspects liés à l'organisation Al Qaida. Le 28 octobre 2011, le principal accusé est condamné à mort et son principal complice à la prison à perpétuité. Parmi les sept autres accusés jugés ce jour-là, quatre sont condamnés à quatre ans de prison et trois condamnés à deux ans[2].

Le Maroc n'avait pas connu une telle attaque meurtrière depuis mai 2003 lorsque des attentats commis par des extrémistes islamistes avaient fait 45 morts à Casablanca.

Bilan[modifier | modifier le code]

Nationalité Morts
Drapeau de la France France 8
Drapeau du Maroc Maroc 2
Drapeau de la Suisse Suisse 2
Drapeau d’Israël Israël 1
Drapeau du Canada Canada 1
Drapeau du Portugal Portugal 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1
Total 17

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la France Le président français Nicolas Sarkozy a condamné cet acte qu'il a qualifié « d'odieux, cruel et lâche » qui a fait de très nombreuses victimes parmi lesquelles des Français[3]. Le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, a estimé que « rien ne permet d'affirmer » que la France était visée par cet attentat. « Cela étant, c'est vrai que ce café est un haut lieu touristique et, vu l'engouement des Français pour Marrakech, il y avait une forte probabilité que des Français soient touchés », a-t-il ajouté[4].
  • Drapeau de l'Italie L'Italie a condamné de « la manière la plus ferme » l'explosion criminelle, survenue jeudi à Marrakech, et exprimé sa solidarité avec le Maroc suite à « cet acte atroce de violence »[5].
  • Drapeau des États-Unis La Secrétaire d'État Hillary Clinton a condamné « avec les termes les plus forts » l'attentat terroriste qui a tué et blessé des personnes innocentes. Elle a exprimé sa sympathie envers les victimes de cette "attaque lâche" en indiquant que les actes terroristes ne peuvent être tolérés où qu'ils soient perpétrés[6].
  • Drapeau des Nations unies Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné "dans les termes les plus vifs" l’attentat terroriste et a réaffirmé que « le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations constitue l'une des plus graves menaces contre la paix et la sécurité internationales »[7]. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est déclaré pour sa part "horrifié" par l'attentat[8].
  • Drapeau de l'Algérie L'Algérie a condamné avec « la plus grande fermeté le lâche attentat » terroriste qui a visé le café Argana à Marrakech, dans une déclaration du porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères. « Un acte aussi abject ne peut que susciter une condamnation sans appel », a-t-il ajouté[9].
  • L'organisation non gouvernementale Human Rights Watch (HRW) a qualifié l'attentat « d'agression odieuse contre la population et une violation des droits humains les plus fondamentaux ». « Cet attentat à la bombe dans un café de Marrakech est une atteinte inexcusable au droit à la vie », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. « Il ne peut jamais y avoir la moindre justification pour des agressions aussi abjectes ». HRW a par ailleurs appelé les autorités marocaines à ne pas commettre "d'abus graves" sur les éventuels suspects et à ne pas "bloquer" les réformes démocratiques engagées récemment. Human Rights Watch rappelle avoir dénoncé par le passé "de nombreuses violations des droits humains des suspects de terrorisme au Maroc". L'ONG cite le cas de la répression qui s'est abattue sur des groupes islamistes après les attentats de Casablanca en 2003[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]