Arnold Rothstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rothstein.

Arnold Rothstein était un criminel de la Yiddish Connection et homme d'affaires américain. Il est né à Manhattan le 17 janvier 1882, dans une famille juive ashkénaze aisée, et est mort le 5 novembre 1928 à New York. Il était surnommé the Fixer, Mr Big, the Big Bankroll (« la grosse liasse de billets »), Mr Broadway, ou the Brain (« le cerveau »). Connu pour son élégance et sa sobriété, il est considéré par beaucoup[Qui ?] comme le père du crime organisé nord-américain[réf. nécessaire].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière adolescent, comme gambler (joueur professionnel, aux dés, cartes et billard), sous l'aile de Monk Eastman, chef de l'un des deux gangs les plus puissants à New York au début du siècle. Puis, à l'âge de 20 ans, avec le soutien de Big Tim Sullivan, un homme politique de Tammany Hall (l'organisation du Parti démocrate à New York), il devient bookmaker (preneur de paris), pour les courses de chevaux, les matchs de baseball, les combats de boxe ou les élections politiques. En 1909, il acquiert sa propre maison de jeu. Il en rachète et en revend régulièrement par la suite, toujours dans un registre très luxueux, en particulier dans la ville thermale de Saratoga (dans l'État de New York), connue pour être largement investie par la pègre. Cette ville finit par être son « domaine », toutes les autorités locales ayant été corrompues par ses soins[réf. nécessaire].

Après une affaire de corruption (à l'issue de laquelle un officier de la police, Charles Becker, qui se comportait en mafieux, finit sur la chaise électrique en 1915), Sullivan est retrouvé mort sur une voie ferrée. Rothstein trouve un nouvel appui en la personne du boss de Tammany Hall Charles Murphy. Au cours des années 1910, la réputation d'Arnold Rothstein atteint des sommets. Il est devenu l'intermédiaire le plus en vue entre le monde de la politique et des affaires et celui du crime, recevant des commissions pour divers services réciproques. Il est également impliqué dans des opérations de courtage juteuses et illégales, en association avec des politiciens et des avocats. Le journaliste William Kennedy a écrit qu'il « avait enfourné de l'argent dans toutes les bouches jusqu'au cabinet de la présidence ».

Dans le milieu du jeu, son prestige traverse tous les États-Unis, notamment grâce à une technique qu'il perfectionne : il apporte en effet une forte mise pour faire baisser les cotes trop élevées, afin de réduire les chances de jackpots pour les autres joueurs. Redevables, les bookmakers partagent alors les gains avec lui. La légende attribue à Rothstein le trucage de la finale du championnat de baseball en 1919, entre les Cincinnati Reds et les Chicago White Sox (l'équipe favorite dont certains joueurs sont alors achetés pour perdre), mais la justice le blanchit sur cette affaire. Sur ce point, on peut voir qu'Arnold Rothstein a inspiré l'auteur américain F. Scott Fitzgerald pour son personnage de Meyer Wolfshiem qui apparaît dans Gatsby le Magnifique.

Les premiers bootleggers[modifier | modifier le code]

Parallèlement, Rothstein est devenu le principal financier de la pègre. Ainsi, au début de la Prohibition, lorsque Waxey Gordon (« Gordon la rogne », alias Irving Wexler) vient le voir en 1920 pour financer une importation illégale d'alcool, il organise avec lui la réception d'une cargaison de whisky anglais débarquée sur le littoral. Il devient donc le promoteur des premiers « bootleggers » (trafiquants d'alcool). Les gangsters rivaux étant les principaux obstacles, il engage des hommes de main pour protéger les convois, parmi lesquels Lucky Luciano, Meyer Lansky, Bugsy Siegel, Frank Costello, Lepke Buchalter, Gurrah Shapiro et Legs Diamond (alias John Nolan). Par la suite, Rothstein investit également dans le trafic de drogue (opium et cocaïne).

Assassinat[modifier | modifier le code]

Début novembre 1928, il refuse d'honorer une dette de 300 000 dollars, perdue dans un pari sur un poker marathon. Le samedi 4 novembre, à 22 h 15, il quitte le restaurant Lindy's sur BroadwayNew York), en alléguant un rendez-vous à la chambre 349 du Park Central Hotel, tout proche. A 22 h 47, il y est découvert avec une balle dans le ventre par Vince Kelly, liftier du même hôtel, dans le corridor de service du premier étage. Transporté au Polyclinic Hospital, il y meurt le lendemain matin, sans avoir révélé le nom de son agresseur[1].

Il a lancé la carrière d'hommes tels que Lucky Luciano, Meyer Lansky, Lepke Buchalter.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nick Tosches (trad.François Lasquin), Le roi des Juifs, Paris, Albin Michel, 2006 (ISBN 2-2261-6981-4)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]