Famille Bonanno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La famille Bonanno
Date de fondation 1931
Fondé par Joseph Bonanno
Lieu New York
Territoire Drapeau des États-Unis États-Unis
Année active 1931-actuellement
Ethnies présentes Italo-américaine et italiens et d'autres ethnies
Nombre de membres 115-130 « Affranchis » et 500-1500 associés.
Activités criminelles
  • Construction et transport de matériaux
  • Immobilier et parkings
  • Cimenteries
  • Aciéries
  • Restauration et jeux
  • Pornographie
  • Racket
  • Prêt usuraire
  • Assassinat
  • Trafic de drogue
  • Paris et jeux clandestins
Alliés Famille Lucchese, Gambino, Genovese, Colombo, Rizzuto
Rivaux Autres gangs
Mafia
Cosa nostra
La Comission (La Cupola)  · Catégorie: Clans de la Mafia sicilienne  · Catégorie:Mafioso sicilien
Seconde Guerre de la Mafia ·
Antimafia
Commission Italienne Antimafia
Maxi Procès
Mafia italo-américaine (Commission)
Catégorie:Mafioso italo-américain  · Catégorie:Famille mafieuse américaine
Familles membre de la Commission :
Bonanno  · Colombo  · Gambino  · Genovese  · Lucchese  · Chicago Outfit  · Scarfo  · DeCavalcante  · Detroit Partnership
Guerre des Castellammarese
Chaine de commandement
Commission
Famille/Clan (Cosca)
Don (Parrain de le famille)
Underboss
Consigliere
Caporegime ou capodecina (Capitaine)
Soldato (Soldat)
Associés
Codes
Omertà (loi du silence)  · Vendetta (justice privée)  · Homme d'honneur/Affranchi

La famille Bonanno est une des Cinq familles qui domine les activités du crime organisé à New-York, États-Unis, dans le cadre de la mafia (ou Cosa Nostra).

Fondée et nommée d'après Joseph Bonanno, la famille Bonanno sera la première des familles de New York à être éjectée de la Commission (un conseil des chefs qui aide à maintenir l'ordre dans la mafia), en raison d'allégations selon lesquelles la famille faisait du trafic d'héroïne et de troubles internes à la famille pour prendre le contrôle de sa direction. Plus tard, la famille fait face à un leadership fragile, avec l'assassinat de son chef Carmine Galante en 1979 sur l'ordre du chef emprisonné Philippe Rastelli, ainsi qu'à deux revers majeurs : en 1981, ils apprennent qu'un agent du FBI se faisant appeler Donnie Brasco s'était infiltré dans leurs rangs. La famille est éjectée de la Comission. En 2004, le patron Joseph Massino, qui avait ramené la famille à une stature respectable parmi les familles et l'avait réintroduite dans la Commission, devient un informateur du gouvernement.

Origines siciliennes[modifier | modifier le code]

Les origines de la famille Bonanno remonte au début des années 1880 dans la ville de Castellammare del Golfo localisée dans la province de Trapani en Sicile. Durant les années 1900, les membres les plus importants des familles Bonanno, Bonventre et Magaddino se sont reformés à New-York, formant le clan des Castellamarese contre celui de Felice Buccellato, parrain du clan Buccellato. Ils commencèrent à contrôler et dominer les communautés de Castellammarais de Williamsburg, Brooklyn. En opérant à Brooklyn, les chefs des Castellammarais se positionnaient pour leur futur développement dans la scène criminelle new-yorkaise.

La « guerre castellammarese »[modifier | modifier le code]

Dans le milieu mafieux, Bonanno est remarqué par ses pairs comme ayant de bonnes compétences en matière d’organisation et doté d’un certain flair. Il s'implique de plus en plus à Brooklyn, où l'augmentation du nombre de Castellammarais finit par inquiéter «Joe the Boss» Masseria, l’un des chefs de la mafia new-yorkaise. Les Castellammarais ont leur quartier général installé à North Williamsburg, où leur chef, Salvatore Maranzano, dirige la mafia de Brooklyn sous les ordres de Don Vito Cascio Ferro, le chef de la mafia sicilienne.

En 1927, les deux factions rivales, celles de Masseria et de Maranzano, vont s'affronter. Le conflit, appelé la "guerre castellamarese", durera quatre ans.

En 1930, les lieutenants de Maranzano sont Joseph Bonanno, Joseph Profaci, Thomas Lucchese mais également Joseph Magliocco, ainsi que Gaetano Gagliano, membre d’un autre groupe mafieux de Buffalo allié aux Castellammarais. Cette organisation est dirigée par Stefano Magaddino l’oncle de Peter Maggadino, l’ami d’enfance de Joseph Bonanno au collège de Palerme.

Aux côtés de Joe « the Boss » Masseria, figurent Lucky Luciano, Vito Genovese, Joe Adonis, Carlo Gambino, Albert Anastasia et Frank Costello.

En 1931, l’affrontement tourne à l’avantage des Castellammarais. Luciano et Genovese proposent la paix avec Maranzano, mais Masseria refuse catégoriquement. Ils passent donc un accord secret avec Maranzano qui accepte leur proposition mais à condition d’éliminer Masseria.

Salvatore Maranzano, un Don qui arrogamment se proclamait lui-même capo di tutti capi (chef de tous les chefs) succéda à Schiro. Maranzano fut un des principaux inventeurs de l'organisation des cinq familles de New York. Il fut à la tête de la famille jusqu'au 10 septembre 1931, quand il fut tué dans son bureau à Park Avenue, Manhattan (N.Y).

La Commission[modifier | modifier le code]

Après l'assassinat de Masseria, Maranzano devient le nouveau capo di tutti capi (chef de tous les chefs) et imposa la paix entre tous les chefs de la mafia italienne et sicilienne. Il partagea le territoire en 24 organisations appelées "familles" à travers tous les États-Unis. Chaque familles peuvent élire leurs propres chefs. À New-York, les cinq familles furent établies et dirigé par Salvatore Maranzano, Lucky Luciano, Vincent Mangano, Tommy Gagliano et Joseph Profaci. Maranzano plannifia l'assassinat de Luciano, mais avant de pouvoir mettre à exécution son plan, il est assassiné le 10 septembre 1931 par des gangsters juifs. Luciano au lieu de devenir le nouveau "chef des chefs" enleva la position et créa "la Commission" pour réguler les conflits entre les "familles".

Règne de Joe Bonanno[modifier | modifier le code]

Après ce meurtre, et pour les quatre prochaines décennies, la famille fut gouvernée par Joe Bonanno, tout juste âgé de 26 ans et à sa nomination, il fut l'un des plus jeunes chefs de la mafia. Il est considéré comme un autre traditionaliste qui est originaire du même village sicilien que Maranzano (Castellammare del Golfo). La paix entre les familles va durer vingt ans.

La famille Bonanno comptait parmi ses membres les plus influents Frank Garofalo, John Bonventre et Carmine Galante. Les activités illégales se concentraient surtout sur le prêt usuraire, le jeu et la prostitution. Bien qu’elle soit une des plus petites famille de New York en termes de membres, elle était particulièrement efficace.

L’argent amassé par Bonanno était recyclé dans des investissements tels que les industries textiles et de vêtements, des fromageries et les pompes funèbres.

En 1938, il doit quitter les États-Unis, mais lorsqu'il revient à Détroit en 1945, il est multimillionnaire et acquiert la nationalité américaine.

La guerre Bonanno : "The Banana War" ou "Banana Split"[modifier | modifier le code]

Un de ses plus fidèles ami et allié, Joseph Profaci, décéde d'un cancer en 1962. Son successeur Joe Magliocco et lui pensent alors se débarrasser des deux chefs de clan les plus puissants : Gambino et Lucchese, en organisant un complot pour les tuer eux et leurs lieutenants. Mais Joseph Colombo, un des hommes de main de Magliocco, va prévenir Gambino et Lucchese. Gambino fait convoquer d'urgence la Commission qui veut entendre les deux protagonnistes. Mais seul Joe Magliocco se présente et avoue. Il est condamné à une grosse amende de 50 000 $.

Mais outre que la commission se méfie de lui, peu de temps après il commet une nouvelle et grave erreur : il place son fils en position de leadership, son propre clan va lui tourner le dos. Un conflit interne éclate et la famille se sépare en deux : ceux qui restent fidèles à Colombo et ceux qui rejoignent Gaspar DiGregorio. Il est reproché par les opposants de Colombo qu'il passe son temps loin de New York et de ses affaires. Ce conflit est appelé le « Banana Split ».

Bonanno refuse de se retirer des affaires. Il est alors kidnappé par Mike Zaffarino, membre de la famille de Buffalo, le 21 octobre 1964 et est emmené à Buffalo chez son cousin Maggadino. Après beaucoup de pourparlers, Bonanno est relâché, mais il doit abandonner son poste.

En vérité, Bonanno n'avait aucune envie de répondre aux attentes de la Commission et il rallia derrière lui plusieurs membres de sa famille. La famille se scinda en deux factions, celle de DiGregorio et ceux loyalistes à Bonanno. Les loyalistes de Bonanno était sous le contrôle de Bonanno lui-même, de son demi-frère Frank Labruzzo et du fils de Bonanno, Bill. Les deux factions ne se rendirent coupable d'aucunes violences jusqu'à une réunion à Brooklyn en 1966. Lors de cette réunion, une fusillade éclata entre les deux factions. Les loyaliste de DiGregorio avaient prévu d'éliminer l'opposition mais ils échouèrent et l'épisode s'acheva sans morts. Le conflit s'envenima toutefois et provoqua un enchaînement de violences et de meurtres. La Commission, fatigué par ce conflit, remplaca DiGregorio par Paul Sciaca. Mais rien n'y fit, le conflit continua.

Ce dernier s'acheva lorsque Joe Bonnano fut victime d'une crise cardiaque et qu'il annonca sa retraite permanente de son rôle de parrain en 1968. Les deux factions se mirent sous le commandement de Sciacca. Par la suite, il fut remplacé par "Joe Diamonds" Evola dont le règne fut très court. Après sa mort, de causes naturelles, en 1973, il fut remplacé par Phillip "Rusty" Rastelli.

Joe Bonanno se retire à Tuscon, en Arizona en 1968 avec son fils

Affaire Donnie Brasco[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1970, l'agent du FBI Joseph Pistone, mieux connu sous le nom de “Donnie Brasco”, infiltra avec succès une équipe des Bonanno, qui entraîna les condamnations de 17 mafieux et associés dans les États de New York et du Milwaukee. Ce fut la première fois qu’un agent fédéral infiltra ainsi une famille de la Mafia et obtint de tels résultats. En 1979, l'acting boss Carmine Galante fut assassiné dans un restaurant de Brooklyn. Le meurtre fut commandé par Philip “Rusty” Rastelli qui était à l'époque le boss officiel de la famille Bonanno et Anthony “Bruno” Indelicato, un jeune capo. Rastelli devint peu après le nouveau boss de la famille. Les faits furent relatés dans le film éponyme avec Al Pacino et Johnny Depp.

Règne de Joe Massino[modifier | modifier le code]

Joseph Massino

De 1991 à 2004, Joe Massino fut boss de la famille. Les journaux appelaient Joe Massino "le dernier parrain". Il possédait un restaurant dans le Queens, le Casablanca, d'où il dirigeait ses affaires. En 2004, il a fait face à un procès qui pouvait lui coûter la peine de mort (il était accusé de plusieurs meurtres, d'extorsion, d'usure, de blanchiment d'argent, d'organisation de jeu illégal, et d'incendie criminel). En 2005, Massino décida de devenir un informateur. Malgré ça il récoltera quand même la prison à vie.

Règne de Vincent "Vinny Gorgeous" Basciano[modifier | modifier le code]

De 2004 à 2006, le boss de la famille était Vincent "Vinny Gorgeous" Basciano. Lorsqu'il était capo, la bande de Vinny Basciano était implanté dans le Bronx. Basciano est actuellement en cours de procès pour racket et meurtre. Trop exposé, Basciano a laissé le poste de boss à Michael Mancuso. Le trafic de narcotiques est la principale source de revenus de la famille, mais ils sont aussi impliqués dans le jeu clandestin, le déménagement et l'emmagasinage de marchandises, et la construction. La famille possède également des sociétés immobilières, des pizzerias et des cafés, ainsi que des parkings privés.

Parrains de la famille Bonanno[modifier | modifier le code]

¹ Mort assassiné.

Caporegime[modifier | modifier le code]