Aretxabaleta (Guipuscoa)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aretxabaleta.
Aretxabaleta
Blason de Aretxabaleta
Héraldique
Image illustrative de l'article Aretxabaleta (Guipuscoa)
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque Pays basque
Province Guipuscoa Guipuscoa
Comarque Debagoiena
District judic. (Udal / Municipio)
Maire Ignacio Garro García ((Aralar))
Code postal 20550
Démographie
Gentilé Arechavaletano ou arechavaletarra
Population 6 930 hab. (2013)
Densité 238 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 02′ 10″ N 2° 30′ 16″ O / 43.0362481, -2.50454243° 02′ 10″ Nord 2° 30′ 16″ Ouest / 43.0362481, -2.504542  
Superficie 2 913 ha = 29,13 km2
Localisation
Localisation de Aretxabaleta

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

Voir sur la carte administrative du Pays basque
City locator 14.svg
Aretxabaleta

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Aretxabaleta

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Aretxabaleta
Liens
Site web www.aretxabaleta.com

Aretxabaleta en basque ou Arechavaleta en espagnol est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le toponyme Aretxabaleta se compose selon Koldo Mitxelena[1] de trois éléments: areitz ou aretx qui désigne chêne dans les dialectes occidentaux du basque (en batua haritz), bien qu'anciennement il désignait plus généralement un arbre; le mot zabal (large) et le suffixe -eta indiquant la pluralité. Le nom pourrait se traduire par endroit des chênes larges, lieux aux arbres larges ou quelque chose comme cela.

Le nom était traditionnellement écrit « Arechavaleta » bien qu'en 1980 la municipalité adopta officiellement la forme Aretxabaleta qui est une adaptation du nom traditionnel au règles orthographiques modernes de l'euskara. Cette variante fut publiée en 1989 dans le BOE[2]. C'est actuellement l'unique appellation officielle de cette municipalité pour ce que de droit.

En basque, on utilise la forme syncopée d'« Atxabalta », mais elle est considérée comme une forme de langage populaire et n'a jamais été officialisée. De même que les gentilés sont « arechavaletano » ou « arechavaletarra » (aretxabaletarra en basque), bien qu'en basque il est plus habituel de dire atxabaltarra.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue depuis le mont Murugain, avec le barrage d'Urkulu et le mont Aloñamendi au fond

Quartiers[modifier | modifier le code]

Les hameaux sont d'anciennes aldea entourant le village d'Aretxabaleta lorsque s'est formée le bourg d'Aretxabaleta en 1630. Tout au long de l'histoire, ce village a maintenu une forte identité. Ainsi par exemple, les habitants constituaient des paroisses différentes d'Aretxabaleta. Actuellement la croissance du noyau urbain de la municipalité liée à la désertification de ces hameaux, ceux-ci sont devenus de petits quartiers ruraux qui représentent 5 % de la population de la municipalité et ont perdu de leur importance avec le regroupement municipal. La majeure partie du territoire municipal d'Aretxabaleta est représenté par ces anciens hameaux, qui sont au nombre de sept :

  • Aozaratza : 53 habitants.
  • Arkarazo : 47 habitants.
  • Areantza ou Arientza : 36 habitants.
  • Galartza : 55 habitants.
  • Goroeta : 28 habitants.
  • Izurieta : 12 habitants.
  • Larrino : 59 habitants

Histoire[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Casa Torre de los Otalora : à l'ancienne église d'Aozaraza.
  • Casa Torre de Galarza : dans l'ancienne église de Galarza.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Koldo Mitxelena Elissalt (Errenteria, 1915- Saint-Sébastien, 1987), aussi connu comme Luis Michelena ou Koldobika Mitxelena, est un linguiste basque espagnol. En 1959, docteur en philosophie et des lettres. En 1958, il a occupé la chaire des langues et de la littérature basques à l'université de Salamanque (première chaire de cette langue dans une université espagnole) et en 1968 il fut professeur de linguistique indo-européenne. En 1978 il prit à sa charge la Faculté de Philologie de l'Université du Pays Basque. Membre de l'Académie de la langue basque (Euskaltzaindia), il est considéré comme étant une personne éminente des études basques et fut un des artisans de l'unification de cette langue, le batua.
  2. Le Bulletin officiel de l'État (BOE, Boletín oficial del Estado, en espagnol) est le journal officiel de l'État espagnol, dans lequel sont consignés tous les évènements législatifs (lois, décrets), règlementaires (arrêtés), déclarations officielles et publications légales relevant des institutions nationales (Gouvernement, Cortes Generales,...), ainsi que les dispositions générales des communautés autonomes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]