Deba (Guipuscoa)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deba.
Deba
Image illustrative de l'article Deba (Guipuscoa)
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque Pays basque
Province Guipuscoa Guipuscoa
Comarque Debabarrena
District judic. (Udal / Municipio)
Maire Jesús María Agirrezabala Goitokia (Eusko Alkartasuna)
Code postal 20820 / 20829
Démographie
Gentilé Debarra, Debatarra
Population 5 424 hab. (2013)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 52″ N 2° 21′ 03″ O / 43.2976981, -2.3507308 ()43° 17′ 52″ Nord 2° 21′ 03″ Ouest / 43.2976981, -2.3507308 ()  
Superficie 5 032 ha = 50,32 km2
Localisation
Localisation de Deba

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

Voir sur la carte administrative du Pays basque
City locator 14.svg
Deba

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Deba

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Deba
Liens
Site web www.deba.net

Deba en basque ou Deva en espagnol est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne, à proximité du port de pêche de Mutriku. C'est une petite station balnéaire qui bénéficie d'une belle plage baignée par la mer Cantabrique à l'embouchure du fleuve Deba portant le même nom que la ville.

À l'origine près du noyau urbain d'Itziar, elle s'est établie à l'endroit actuel en 1343 avec le nom de Montreal de Deba, qui avait été fondé le 24 juin 1294. Elle a une grande plage qui est son attraction touristique principale.

Elle s'étend sur les versants des fleuve Deba et Urola et son territoire est très accidenté. La côte, que l'on nomme rasa mareal s'étend jusqu'à Zumaia. Elle se situe sur la rive droite de l'estuaire du fleuve Deba. À une autre époque, elle avait un port commercial important. Aujourd'hui il n'est utilisé que comme port sportif et de loisir.

Toponyme[modifier | modifier le code]

La ville tire son nom du fleuve où elle se situe, à l'embouchure. Il existe suffisamment de toponymes homonymes dans la zone nord de la péninsule Ibérique, généralement associés aux rivières.

Le terme signifie en sanscrit, Dieu, déité. On considère qu'il dérive à son tour du terme proto-indo-européen deiwos utilisé pour désigner les dieux. Les propres mots de Dieu ou Zeus sont issus également de ce terme original. Par ce fait, et parce qu'il est le toponyme quasi toujours en rapport avec les rivière en Espagne, on a rapproché Deba avec le nom d'une hypothétique déesse ou numen[1] celte des rivières.

Deba fut fondée dans le lieu qu'occupe actuellement le quartier d'Itziar en 1294 et fut baptisé du nom de Mont-Real. En 1343 elle a été déplacée sur sa situation actuelle, dans l'embouchure du rio Deba, changeant par la même occasion de nom, Mont-Real de Deva, finalement le nom de la ville finira par se confondre à celui du fleuve, perdant son appellation de Mont-Real.

a Poblacion de Yziar fue Villa con la denominación de Mont-Real desde el 24 de Junio de 1294, en que la libró privilegio de tal el Rey D[o]n Sancho el IVº de Castilla en Valladolid, hasta el 17 de Junio de 1343, que D[o]n Alonso XIº concedio en el Real de sobre Algecira otro privilegio, para que se trasladara al sitio, en que oy se halla.

Traditionnellement le nom de la ville s'est écrit Deva bien qu'au dernier tiers du XXe siècle, on commença à l'écrire Deba, appliquant les règles modernes de l'orthographe basque. Deva est son nom en espagnol et Deba, sera celui en basque. Depuis 1981, ce sera la seconde qui sera le nom officiel de la municipalité et en 1989, sera publié dans le BOE[2].

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Située dans la partie occidentale quasi extrême de la province, elle appartient à la comarque de Debabarrena et sur la rive droite de l'estuaire. Une partie de son territoire s'étend sur la cuenca de l'Urola et sur les hauteurs d'Itziar (es) et Lastur, s'élevant sur la côte.

Elle est limitée au nord par la mer Cantabrique, à l'est par Zumaia, au sud par Mendaro et Zestoa et à l'ouest par Mutriku.

Hydrographie et orographie[modifier | modifier le code]

Embouchure de Deba et Zumaia

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner.svg

Les armes de Deba se blasonnent ainsi :

de gueules avec un château soutenu par un lion et un "grifo" tenants, et a ses pieds trois "texos" de sinople.

Économie[modifier | modifier le code]

Embarcations dans l'estuaire de Deba

Historiquement, l'économie de Deba a été soutenue par le commerce et l'industrie, en plus de l'activité d'élevage et de l'agriculture. Les routes commerciales qui arrivaient alors par mer au port de Deba ou son voisin d'Alzola à Elgoibar se déroulaient aux XVIe et XVIIe siècles. Elle possédaient deux forges et le commerce de la laine espagnole, arrivant de Vitoria-Gaistez, le fer anglais avait pour conséquence de rendre Deba riche. À l'estuaire se trouvait un chantier naval jusqu'au XXe siècle.

Actuellement, comme par le passé, ce sont les industries et les commerces, avec, cette fois-ci le tourisme qui maintiennent l'économie de la ville. Le secteur des services, avec près de 50 %, et l'industrie avec 38 %, sont les piliers économiques. L'élevage et l'agriculture occupent une place encore importante.

Le secteur primaire: 3 506 Hectares sont utilisés par les exploitations agricoles et d'élevage, avec 220 petites exploitations, pour 6,5 % de la population active. L'agriculture est uniquement pour l'autoconsommation et la ventes dans les marchés des villes de la comarque. Les élevages se consacrent à la production de lait et de viande avec cependant quelques élevages de taureaux à Lastur et Itziar.

Le secteur secondaire: l'industrie métallurgique, comme dans le reste de la comarque, est celle qui détient le monopole de ce secteur. Les industries d'accessoires automobiles et machines agricoles sont celles qui sont les mieux implantées. Elles profitent de quelques terres de la vallée de Deba bien que le foyer industriel principal se trouve à Itziar. La comarque du Debabarrena, très industrialisé et peu étendue, a un type de situation industrielle qui permet aux habitants de travailler tout en habitant ailleurs, à côté. Les nécessités des fabriques situées dans les centres historiques, comme Eibar ou Elgoibar, ont fait qu'elles se sont étendues dans toute la comarque et encore au-dehors de celle-ci.

Le secteur des services: basé sur le tourisme, il occupe près de 50 % de la population active. La grande attraction est bien sur la plage, et autour d'elle, ce sont développés des complexes hôteliers, hôtels, restaurants etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les restes préhistoriques trouvés sur le territoire municipal sont nombreux et attestent une population importante en ces temps là. L'ensemble de peintures pariétales des grottes d'Ekain (es), dont un remarquable groupe de chevaux, appartiennent au Magdalénien, est des plus importantes d'Europe. Dans la zone de Sasiola et Astigarribia, on a trouvé d'importants restes dans la grotte d'Ermitia, appartenant, elles, à quatre niveaux culturels: énéolithiques[3], Azilien, Magdalénien et Solutréen. On trouvé d'autres restes intéressants dans d'autres grottes comme celle de Praileaitz, où l'on a trouvé des peintures symboliques qui ont été cataloguées provisoirement de l'époque solutréenne, c'est-à-dire quelque 20 000 ans.

On n'a pas d'information du temps de l'Empire romain, on sait qu'ils étaient sur la côte du golfe de Gascogne avec d'importants sièges comme le port et la ville d'Oiasso, actuellement Irun, ou à Forua près de Gernika (Guernica), ce qui laisse supposer qu'ils étaient présents sur l'estuaire du fleuve Deba. L'église Saint André d'Astigarribia (es) contient des restes (une fenêtre wisigothe) et est considérée comme l'église la plus ancienne de la province.

Le premier siège relatif à la population de Deba se trouve à Itziar, où le 24 juin 1294, à Valladolid, Sanche IV de Borgoña, roi de Léon et Castille, donna cartulaire à la ville avec le nom de Monreal (comme le dit la professeur d'université en histoire médiévale, Beatriz de Arizaga Archéologie médiévale), qui vivaient pendant neuf années durant sur la zone située à 342 m d'altitude, demandant avec insistance au roi le transfert près de la mer, dans la zone plate sur la rive droite du fleuve Deba, près de l'embouchure de celui-ci et profiter ainsi des ressources de la mer et se consacrer à la pêche. Le roi Alphonse XI de Castille autorisa ce déplacement, l'emplacement d'Itziar cessa d'être villa, comme le dit Agustín María de Balzola, vicaire de Deba en 1799 :

a Poblacion de Yziar fue Villa con la denominacion de Mont-Real desde el 24 de Junio de 1294, en que la libró privilegio de tal el Rey D[o]n Sancho el IVº de Castilla en Valladolid, hasta el 17 de Junio de 1343, que D[o]n Alonso XIº concedio en el Real de sobre Algecira otro privilegio, para que se trasladara al sitio, en que oy se halla.

L'économie se basait sur le commerce passant par le port, où les marchandises qui arrivaient du plateau castillan par Vitoria, s'embarquaient pour l'Angleterre et dont le fer arrivait vers les forges du pays. Ce commerce de Deba avait une importante foire au bétail et a été perdue quand le port a cessé d'être le point de départ pour les marchandises. L'ouverture du passage par Orduña a pris le pas sur Deba, ce qui a fait que le port perdit de l'importance. Il a existé des chantiers navals jusqu'au début du siècle XXe siècle et que l'activité a été maintenue pendant un certain temps.

L'arrivée du chemin de fer à ville avec l'établissement d'une importante gare est un moyen pour de la côte basque comme point de vacances et de station thermale ont fait qu'on a développé au début du siècle XXe siècle une importante industrie centrée le tourisme qui arrivait de l'intérieur de l'Espagne et particulièrement à Madrid. Le développement touristique a été maintenu jusqu'aux années 1970 et ensuite, au début du XXIe siècle, elle a été relancée à nouveau.

La création de l'alameda, la recrudescence de la plage et l'adéquation des infrastructures hôtelières ont contribué à la création et maintien d'une source de richesse.

L'histoire de Deba est concrétisée dans ses monuments entre lesquelles on souligne l'Église d'Itziar, celle qui a été l'église paroissiale de ce primitif noyau que Monreal et celle de Sainte Marie, avec un portail gothique polychrome admirable et un joli cloître.

Francisco Espoz y Mina.

Pendant la guerre d'indépendance, en restant une ville séparée du chemin royal dominé par les garnisons françaises, la plage a été utilisée par la marine britannique pour débarquer des armes et des munitions pour Francisco Espoz y Mina[4] qui envoyait jusqu'en Navarre ses combattants pour transporter les munitions. À une occasion, les Britanniques ont livré un canon et les Navarrais, commandés par Marcelino Oráa (es)[5], sont parvenus à porter le canon, entraîné par des bœufs, en traversant de nuit les montagnes du Gipuzkoa, jusqu'en Navarre. Ce fait inhabituel a été le sujet d'un roman de l'auteur anglais Cecil Scott Forester et qui a été postérieurement porté à l'écran, bien que les arguments tant du roman que du film n'entretiennent pratiquement aucune relation avec la réalité de la prouesse effectuée par les combattants navarrais.

Pendant la Première Guerre Carliste, des fonctionnaires carlistes choisissaient Deba pour leurs périodes de repos.

Pendant la Seconde Guerre Carliste, le guérillero Santa Cruz a combattu à Itziar. Pío Baroja[6] a écrit sur ses événements dans cette terre.

Dans la guerre de 1936 - 1939, les troupes soulevées provenant de Navarre, ont occupé Deba le 23 septembre 1936, en y ayant pour cela pendant des années, une rue dans la commune appelée « 23 septembre » bien qu'elle soit populairement connue comme rue « des Morts ». Ayant été surpris dans Deba par le soulèvement militaire, beaucoup de vacanciers qui pouvaient être considérés « de droite », on n'a effectué aucun acte répressif contre ces personnes par les troupes fidèles à la République. La tentative des troupes républicains de voler l'arc correspondant au pont levadizo, bien qu'étant préparé à l'avance, n'a pas été effectuée grâce à l'intervention énergique d'un citoyen qui vivait dans le bord, sur la rive gauche de l'estuaire. Les troupes rebelles, composées par les "requête" navarraises et par les forces italiennes envoyées par Mussolini, sont restées dans Deba en garnison assez longtemps. Des munitions abandonnées par ces troupes dans la plage, ont provoqué un accident tragique parmi des enfants qui les avaient trouvés.

Le développement industriel du secteur, qui était le fleuron chez le voisin Eibar, est arrivé à Deba dans la seconde moitié du XXe siècle quand de nombreuses industries ont cherché à étendre leurs installations dans les terrains d'Itziar où a été établi un important centre industriel.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Les monuments sont nombreux dans cette ville. Depuis les gisements archéologiques jusqu'aux falaises impressionnantes de sa côte. Les constructions civiles et religieuses sont importantes.

Gisements archéologiques[modifier | modifier le code]

  • Grotte d'Ekain (es), avec les gisements Lascaux, Niaux et d'Altamira est un des plus importants de la côte atlantique. Ses peintures, parmi lesquelles un remarquable groupe de chevaux, sont de l'importance maximale de la période Magdalénienne (15 000-12 000 av. J.-C.). L'ensemble pictural a été découvert par A. Albizuri et R. Rezábal en 1969 et a été étudié par la Société de Sciences « Aranzadi ». Il y a 70 figures représentées, 64 peintes et 6 gravées, en excellent état de conservation. On a construit une reproduction pour sa visite.
  • Grotte d'Ermitia, très près de Sasiola et d'Astigarribia et de l'ancien chemin royal, cette grotte a été étudié par Barandiarán en 1924 et 1926. Des restes appartenant à quatre cultures, néolithique, Azilienne, Magdalénienne et Solutréenne ont été trouvés.
  • Grotte d'Urteaga, sur le flanc de la montagne Salvartore, on a trouvé importants restes des périodes Magdalénienne et Azilienne. José Miguel de Barandiarán en 1928 et il l'a étudié avec T. d'Aranzadi. On a trouvé plusieurs crânes qui datent 12 000 ou de 8 000 années av. J.-C.
  • Grotte Arbil, ont été étudiées par Aranzadi et Barandiarán depuis 1942 jusqu'aux dernières études de 1986 ainsi que d'importants échantillons d'Industrie lithique, et de gisements sépulcraux préhistoriques.
  • Grotte de Praileaitz (en), située à Sasikoa au bord d'une carrière en activité qui menace de la détruire. Une série de peintures symboliques, points et bandes rouges ont été trouvées, qui ont été datées, provisoirement, comme de la période Solutréenne. On a aussi trouvé 29 colliers de caractère rituel, un des d'eux fait avec des figures féminines du style de la Vénus d'Europe centrale, ces pendentifs sont datés dans le Magdalénienne. L'absence d'autres restes, comme restes hauteur ou faune fait supposer que la cavité a été habitée à l'époque Magdalénienne par un seul individu qui serait un chamane et qui aurait été utilisé pour la réalisation d'actes rituels à caractère spirituel. La grotte a été habitée dans une longue période, avant et après l'avoir utilisée comme emplacement rituel. L'importance des découvertes font que l'importance du gisement est internationale.
  • Monolithe d'Arluze, au bord de la route du quartier d'Endoia, se trouve ce monolithe de roche calcaire sous forme de lauze qui a une hauteur de 1,35 m et dont la largeur oscille entre 1,75 m dans la base et 0,20 m.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Porche de l'église Santa María de Deva.
  • Église paroissiale de Sainte María, du XVe siècle (terminée vers le XVIIè), déclarée Monument National. Construction gothique avec un imposant porche polychrome et un cloître gothique, le premier de Gipuzkoa. L'intérieur avec ses trois nefs et voutes croisées entourée de cloches ouvertes entre les contreforts des nefs. Dans l'intérieur il est à souligner le grand Retable de Notre dame de l'Asomption, de Bernabé Cordero (es) en 1662 et armé par Pedro d'Alloitiz en 1668.
  • Sanctuaire d'Itziar, ancienne église paroissiale, datant du XIIIe siècle et restauré au XVIe siècle. Gothique, dans trois tronçons dans sa garde intérieure un magnifique retable plateresque taillé en bois par Andres de Araoz au XVIe siècle et l'image romane de la vierge. En 1799 on décrivait ainsi l'église d'Itziar:

Es inmemorial venerada con tradicion de aparecida, y celebre por sus milagros la devotisima Ymagen de Maria Santissima de Yziar en la Parroquia del mismo nombre, cuia distancia queda anotada. Esta Yglesia es de una nabe muy capaz, y de primorosa arquitectura, adornada con un magnifico camarin trabajado, no há muchos años.

  • Couvent de l'hôpital de Sasiola, du XVIe ou XVIIe siècle et déclaré "monument provincial" en 1964. A été couvent des Frères petits Obserbants et hôpital de pèlerins du chemin Saint Jacques de Compostèle de la côte. Au bébut on voulait fonder le couvent à Itziar mais le conseil municipal s'y est opposé. Juan Pérez de Licona leur a fait don alors de l'emplacement et chantier naval de Sasiola, situés entre Deba et Mendaro au bord de la rivière Deba, où on élevait un ermitage consacrée à Notre dame de la Piété et des chantiers navals. Lieu où, apparemment, il existait des constructions ainsi que des chantiers navals et un ermitage consacré à Notre dame de la Piété. De construction gothique on remarque le grand retable, en bois de noyer, du XVIIe siècle, qui est situé dans le presbytère, baroque et semblable à celui du Couvent Vidaurreta.
  • Église de San Andres d'Astigarribia, qui a été considéré comme une des plus anciennes de l'historique territoire du Guipuscoa pour avoir des éléments considérés pré-romans, comme une fenêtre en arc en forme de fer à cheval. Des études postérieures ont révélé que ces éléments sont du XIe siècle. Il y a de petits ermitages disséminés sur toute la commune, tant dans la zone urbaine que dans les quartiers. À souligner, celui de Sainte Catalina dans le quartier d'Egia, datant de 1539, Saint-Sébastien d'Elorriaga de 1391, San Nicolás de Lastur de 1625 ou San Roque du XVIe siècle.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • La Maison Consistoriale (mairie), de 1747 et conçue par Ignacio de Ibero (es) est un bâtiment baroque imposant, aux assises calcaires. Porche avec entrée au rez-de-chaussée, le balcon supérieur dans les premiers étages et balcons sur le second avec les blasons de Deba, Gipuzkoa et d'Espagne sur la façade. Dans le bas, plusieurs blasons d'armes de bâtiments démolis.
  • Maison Agirre ou Valmar, du XVe siècle, la façade principale est construite en pierre de taille, tandis que les façades nord sont lisses avec des fenêtres uniformément distribuées. Vers l'estuaire, elle dispose de vastes baies vitrées qui la caractérisent. Toutes les façades sont achevées par un avant-toit taillé. Dans l'intérieur les séjours principaux remarquables par la décoration exubérante.
  • Maison Aldazabal, avec des balcons avec leur pierre de taille décorés, des grilles de fer forgés et ses deux blasons, font de toute sa façade un ensemble très harmonieux.
  • Maison de Bañez, rectangulaire et toit a quatre pentes porte dans sa façade les blasons Sasiola et de Bañez.
  • Tour de Sasiola, ancienne maison tour médiévale conserve encore des éléments appartenant à cette construction de défense.
  • Le Pont de Deba-Mutriku, inauguré en 1866 faisait partie de la communication entre les capitales et la côte. Est composée de trois arcs et un ajout qui a remplacé, en 1951 au tronçon surélevé qui laissait passer les bateaux de l'estuaire vers le haut. Dans le parapet de la partie sud, un cercle indique le cours mère de l'estuaire et la division entre Deba et Mutriku.
  • Place du marché, des débuts du XXe siècle , dessiné par Manuel Echave Zalacain en 1905 et construit en 1910 est Monument du Pays Basque depuis 1995.

Il y a quelques fermes de valeur spéciale comme l'Arriolabeñe, datant du XVIe siècle.

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Cambo-les-Bains (France) depuis 2000[7]

Historique de lieu balnéaire[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Numen (pl:Numina du Latin:Consentement ou commandement) est un esprit dans la religion romaine. C'est une des premières formes de croyance connue de la Rome antique et de l'Italie de l'âge du fer. Les Numinas forment une classe de dieu qui se mêlent des actions humaines.
  2. Le Bulletin officiel de l'État (BOE, Boletín Oficial del Estado, en espagnol) est le journal officiel de l'État espagnol, dans lequel sont consignés tous les évènements législatifs (lois, décrets), règlementaires (arrêtés), déclarations officielles et publications légales relevant des institutions nationales (Gouvernement, Cortes générales,...), ainsi que les dispositions générales des communautés autonomes.
  3. Parfois utilisé dans un sens chronologique, le chalcolithique désigne alors un improbable « âge du cuivre », ce que dément formellement la juxtaposition de cultures contemporaines chalcolithiques, néolithiques et du bronze ancien sur des territoires voisins, notamment en France. Les archéologues italiens préfèrent quant à eux désigner l'équivalent sous le nom d' « énéolithique».
  4. Francisco Espoz y Mina (17 juin 1781 – 24 décembre 1836) est un général espagnol.
  5. Marcelino Oráa, Beriain, Navarre 1788 - militaire espagnol qui a eu une grande importance pendant la Première Guerre Carliste. Appelé par ses soldats « le Grand-père » et par les carlistes « Loup Blanc ».
  6. Pío Baroja y Nessi, né le 28 décembre 1872 à Saint-Sébastien et décédé le 30 octobre 1956 à Madrid, était un écrivain espagnol.
  7. Annuaire des villes jumelées

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]