Ormaiztegi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ormaiztegi
Blason de Ormaiztegi
Héraldique
Vue d'Ormaiztegi
Vue d'Ormaiztegi
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque Pays basque
Province Guipuscoa Guipuscoa
Comarque Goierri
District judic. (Udal / Municipio)
Maire Jon Miren Intxausti Ugalde ((Indep.))
Code postal 20216
Démographie
Gentilé Ormaiztegiarra
Population 1 312 hab. (2013)
Densité 194 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 02′ 35″ N 2° 15′ 18″ O / 43.043056, -2.25543° 02′ 35″ Nord 2° 15′ 18″ Ouest / 43.043056, -2.255  
Altitude 195 m
Superficie 677 ha = 6,77 km2
Localisation
Localisation de Ormaiztegi

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

Voir sur la carte administrative du Pays basque
City locator 14.svg
Ormaiztegi

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Ormaiztegi

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Ormaiztegi
Liens
Site web www.ormaiztegi.net

Ormaiztegi en basque ou Ormáiztegui en espagnol est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

Ormaiztegi est une petite commune connue principalement étant la localité indigène du général carliste célèbre Tomás de Zumalacárregui et dans laquelle est située l'entreprise de carrosserie d'autobus Irizar. Son monument le plus connu et le symbole du village est le viaduc d'Ormaiztegi, une structure métallique construite au XIXe siècle pour la ligne de chemin de fer Madrid-Irun.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville a été traditionnellement écrit Ormáiztegui en espagnol et depuis quelques décennies comme Ormaiztegi, tant en basque qu'en espagnol, la prononciation étant légèrement différente dans les deux langues. La prononciation en espagnol est adaptée à celle de l'Ormáiztegui, tandis qu'en basque traditionnel la prononciation ressemblerait à Ormáistegui.

Ormaiztegi est une adaptation du nom traditionnel de la ville à l'orthographe moderne basque et à sa prononciation correcte dans cette langue. Ce nom a été officiellement adopté par la commune en 1979 et a été repris dans le B.O.E [1] en 1989, ce pourquoi Ormaiztegi est actuellement la seule dénomination officielle de la commune à tous les effets.

La première mention écrite de cette localité la nomme Formaiçtegui et remonte au XIè siècle. Sa signification semble provenir du basque bien qu'elle ne soit pas très clairement établie, et signifiant paroi, mur en basque, bien qu'elle puisse aussi signifier la glace ou gel, tandis que -(t)egi est un suffixe basque signifiant maison de, qui accompagne généralement des noms propres, surnoms ou des professions. Il pourrait s'agir de la maison d'Ormaiz, un nom propre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ormaiztegi est une petite commune (6.9 km ²) qui est située dans le centre-sud de la province du Gipuzkoa. Enclavée dans le cœur de la comarque du Goierri, la ville d'Ormaiztegi se trouve dans la petite vallée de la rivière Estanda à 195 mètres d'altitude. La rivière Estanda est un affluent de la rivière Oria. L'Estanda forme avec son affluent, le cours Santa Lucía, un corridor naturel qui unit la haute vallée de la rivière Oria avec celle de l'Urola et les localités de Zumarraga et de Beasain. De ce fait, Ormaiztegi, dans le noyau urbain où il se trouve, le confluent le Santa Lucía et l'Estanda, fait d'elle une position stratégique dans l'axe de communications des deux vallées.

Le territoire est suffisamment arrosé, donc outre les deux bassins cités précédemment, elle compte un nombre abondant de cours d'eau et regatas qui descendent les pentes de la vallée. Des deux côtés de la vallée, le terrain monte depuis approximativement les 200 mètres d'altitude, pour atteindre les hauteurs des Monts Española (433 m) et de l'Ukarreo (365 m).

Le climat est tempéré et humide, sans un grand contraste saisonnier. Les vents prédominants sont ceux du nord et nord-ouest, ce qui fait qu'abondent les pluies.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Localités limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune d'Ormaiztegi est limitée au Nord par Ezkio-Itsaso, au Sud par les communes de Mutiloa et d'Idiazabal, à l'Est par Beasain et à l'Ouest par Gabiria et Mutiloa. Beasain, la "tête régionale" est à 6 km de distance. Les localités les plus proches sont Ezkio-Itsaso (quartier de Santa Lutzi Anduaga) à 2,5 km, Mutiloa à 4 km, Gabiria à 5,5 km et Segura à 6,5 km. Zumarraga est à seulement 8,5 km.

Ormaiztegi se trouve dans le corridor de Beasain-Zumarraga.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ormaiztegi est mentionné pour la première fois dans un texte écrit du XIè siècle, dans une donation au monastère de Barria en Alava. Apparemment la localité est apparue au Moyen Âge avec une population située autour de l'église paroissiale de San Andres, qui était de patronage vicinal, c'est-à-dire n'était pas sous la coupe d'un seigneur, quelque chose de rare dans le secteur.

Au XIVè siècle, étant une collation ou une paroisse, elle se rapproche de la ville de Segura pour jouir de ses privilèges, tout en maintenant ses limites bornées, des montagnes et des biens propres. Cette union s'est produite selon Pablo de Gorosábel en 1384. En 1615 Ormaiztegi a acheté à la Couronne le titre de villa[2], en se séparant de Segura dans tous les aspects. Pendant les siècles suivants elle a pris part a différentes unions avec d'autres petites localités de l'environnement pour payer conjointement la représentation dans les Juntes Générales de Guipuzcoa. Elle a fait partie de la Unión du Valle de San Esteban, de la Unión de Cegama et depuis 1679 à 1795 de la Unión de Arería. En 1813 une bataille à Ormaiztegi s'est produite pendant la "Guerre de l'indépendance" entre des troupes françaises et une partie de 600 hommes des soldats navarraise Francisco Espoz y Mina. Pendant la Première Guerre carliste, Ormaiztegi a été le théâtre de la Bataille de Zelandieta, en janvier 1835.

Le général carliste Tomás Zumalacárregui, organisateur, chef militaire et héros de l'armée carliste était natif d'Ormáiztegui.

L'histoire d'Ormáiztegui a été liée aux routes de communication. Depuis le Moyen Âge, un chemin passait à travers Ormaiztegi en unissant la vallée de l'Oria avec celle de l'Urola et en mettant en communication la route qui venait d'Irun et de la France et menait à l'Alava par la vallée de Léniz. Au XVIIIè siècle on a construit le Camino Real de Coches (route royale des voitures) en profitant de ce tracé.

Pendant la seconde moitié du XIXè siècle se produisirent de profonds changements à Ormaiztegi. Arrivée du chemin de fer, Ormaiztegi étant l'épicentre des travaux entre 1860 et 1865, on construisit une station thermale (aujourd'hui disparue) et commence l'industrialisation de la ville.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Elle reçut le titre de ville en 1615 du roi Philippe III et forma, en 1617,l'Union de San Esteban, avec cinq autres cités. À Ormaiztegui se trouve la maison natale du général carliste Zumalacarregui, convertie en musée.

Les armes de Ormaiztegui se blasonnent ainsi : D'or à la tour d'argent, ouverte et ajourée de gueules, sommée d'un bras armé d'une épée aussi d'argent, au loup de sable brochant sur la porte de la tour.[3],[4].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Irizar.

Jusqu'au début du XXè siècle l'économie de d'Ormaiztegi, ainsi que de celle des populations des environs, a été axée sur l'agriculture et le bétail. Les premiers symptômes d'un changement dans l'économie locale se sont produits vers le milieu du XIXè siècle. Entre les points de repère de ce changement il convient de situer l'inauguration en 1853 de la Station thermale d'Ormaiztegi qui attirera de nombreux visiteurs pour ses eaux sulfureuses et contribuera à la naissance plusieurs barres d'immeubles dans la localité. Un autre point de repère principal a été la construction du chemin de fer de la ligne Madrid-Paris. Ormaiztegi s'est transformé en centre de la construction d'un tronçon techniquement difficile de la ligne, qui a eu dans le viaduc d'Ormaiztegi (inauguré en 1864) son ouvrage le plus important. L'arrivée d'une légion de travailleurs a contribué à dynamiser l'économie locale. En 1891 on inaugure une gare de chemin de fer dans la commune (jusqu'alors le train ne faisait que passer), la traversant pour arriver à la production des mines voisines de Mutiloa et de Zerain.

Plusieurs familles d'Ormaiztegi ont commencé à la fin du XIXè siècle avec l'industrialisation de la localité. Parmi elles, celle d'Irízar. La menuiserie de la famille Irízar a démarré en 1889 avec la construction de gurdis (voitures de bœufs) de bois, des voitures à bœufs, ils sont passés à la construction de diligences dans une scierie, en 1925 l'entreprise passe à une étape industrielle avec des machines à bois. En 1948 ils construisent la première carrosserie métallique. Cette entreprise centenaire, Irizar, transformée actuellement en société coopérative, est actuellement le principal moteur économique d'Ormaiztegi. Il se consacre à la carrosserie du bus de luxe. D'autres branches de la famille Irízar ont fondé la Fabrique de Meubles San Antonio, fermée en 1936 et Fonderies et Laminoirs Irizar.

Une autre famille renommée, a été la famille Lasa, qui se consacrera à la fabrication moteurs électriques et alternateurs. Déjà disparues les entreprises SOLI (JML) et ONENA (JML) fondées par José María Lasa, viendra l'importante entreprise Indar de Beasain fondée par d'anciens travailleurs d'ONENA. D'autres membres de la famille Lasa fonderont à leur tour les entreprises Letag et CEG, toujours en activité.

Administration[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Viaduc d'Ormaiztegi

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Viaduc d'Ormaiztegi : Appartient à la voie ferrée Madrid-Irun, est une structure de fer attribuée par erreur à Gustave Eiffel, puisqu'il a été l'œuvre d'un autre ingénieur français, Lavalley durant l'année 1863. Il a 286 m de longueur et 35 m de hauteur dans le point d'une plus grande inégalité. Il a été détruit durant la Guerre Civile espagnole et il a été totalement reconstruit en 1940. En 1996 il a cessé d'être utilisé car désuet et on a construit un viaduc ferroviaire moderne à côté. Pour éviter sa démolition, il a été déclarée monument historique, puisque durant ses plus de 130 années d'histoire il s'était transformé en symbole d'Ormaiztegi.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Tomás de Zumalacárregui.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Bulletin officiel de l'État (BOE, Boletín Oficial del Estado, en espagnol) est le journal officiel de l'État espagnol, dans lequel sont consignés tous les évènements législatifs (lois, décrets), règlementaires (arrêtés), déclarations officielles et publications légales relevant des institutions nationales (Gouvernement, Cortes Generales,...), ainsi que les dispositions générales des communautés autonomes.
  2. Une villa est une population rurale de taille intermédiaire entre une aldea et une ciudad. Le terme «villa» dérive du latin villa, domaine rural.
  3. Armorial du Pays Basque, Hubert Lamant-Duhart, J&D Éditions 1997 ISBN 2-84127-121-8
  4. Armoiries des villes de Guipuscoa, communiquées par la Diputacion foral de Guipuscoa

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]