Andreï Kontchalovski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Andrei Konchalovsky)
Aller à : navigation, rechercher

Andreï Kontchalovski

Description de cette image, également commentée ci-après

Andreï Kontchalovski en 2010

Nom de naissance Andreï Sergueievitch Mikhalkov-Kontchalovski
Naissance (76 ans)
Moscou, RSFS de Russie
Drapeau de l’URSS Union soviétique
Nationalité Drapeau de l’URSS soviétique → Drapeau de la Russie russe
Profession Réalisateur
Films notables Oncle Vania
À bout de course
Riaba ma poule

Andreï Sergueievitch Mikhalkov-Kontchalovski (en russe : Андрей Сергеевич Михалков-Кончаловский) (parfois transcrit Andrei Konchalovsky à l'anglo-saxonne, étant donné sa carrière hollywoodienne), né le 20 août 1937 à Moscou, est un scénariste, réalisateur, producteur, acteur et compositeur soviétique puis russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille d'intellectuels et d'artistes, Andreï Mikhalkov prend comme pseudonyme le nom de son grand-père maternel, le peintre Piotr Kontchalovski). Il est le fils de l'écrivain Sergueï Mikhalkov, et le frère du cinéaste Nikita Mikhalkov.

Se destinant à une carrière de pianiste, il étudie dix ans durant au Conservatoire de Moscou. Sa rencontre en 1960 avec Andreï Tarkovski, avec qui il coécrit plusieurs scénarios (Le Rouleau compresseur et le violon, L'Enfance d'Ivan, Andreï Roublev), l'oriente vers le cinéma.

Son premier long-métrage, Le Premier Maître (1964) reçoit un accueil favorable en Union soviétique et est projeté dans de nombreux festivals internationaux. Son deuxième film, Le Bonheur d'Assia (1967), est censuré par les autorités soviétiques, car la peinture trop réaliste de la misère paysanne ne correspondait pas à la vision officielle des kolkhozes[1]. Publié vingt ans plus tard, le film sera considéré comme son chef-d'œuvre.

Cinéaste prolifique, Kontchalovski se tourne alors vers l'adaptation de classiques russes, Tourgueniev et Tchekhov, avant de réaliser l'épique Sibériade qui remporte un succès d'estime au Festival de Cannes de 1979, rendant possible son exil aux États-Unis en 1980.

Ses réalisations hollywoodiennes les plus populaires sont Runaway Train (1985) - sur un scénario original de Kurosawa - et Tango et Cash (1989) avec Sylvester Stallone et Kurt Russell. Kontchalovsky retourne s'établir en Russie dans les années 1990, bien qu'il continue à produire des films historiques pour la télévision américaine (L'Odyssée (1997), Le Lion en hiver (2003)).

En Russie, il tourne le Cercle des intimes (1991) qui met en scène le projectionniste de Staline et pose la question de la collusion avec le totalitarisme, puis Riaba ma poule (1994) où l'on retrouve les personnages du Bonheur d'Assia dans la Russie post-soviétique.

Son récent long-métrage La Maison de fous (2002), décrivant la vie d'un asile psychiatrique en Tchétchénie, lui vaut le Lion d'Argent au festival de Venise.

« Sa personnalité changeante échappe aux clichés, mais aussi aux prises de position claires, fluctuant entre critique et nostalgie. Son style va du réalisme pur, à l'ironie de la satire et aux excès du grotesque[2]. »

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Longs métrages
Courts métrages
Télévision

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Compositeur[modifier | modifier le code]

Mises en scène au théâtre[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Andreï Kontchalovski fut marié en premières noces à Irina Kandat, puis divorça. De sa seconde épouse, Natalia Arinbassarova, originaire du Kazakhstan, il a eu un fils, Yegor (1966); il divorça l'année suivante. En 1969, il épousa en troisièmes noces Viviane Gaudet, dont il a une fille, Alexandra (1971). Ils divorcèrent en 1980. Puis, en 1990, il épousa en quatrièmes noces la journaliste Irina Ivanova, qui lui donna deux filles, Elena et Natacha, et à qui il a confié des rôles dans ses derniers films. Aujourd'hui il est marié avec l'actrice Ioulia Vyssotskaïa[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. in le Figaro, 20 février 2009
  2. Marie-Noëlle Tranchant, le Figaro, 20 février 2009.
  3. sources imdb

Liens externes[modifier | modifier le code]