Runaway Train (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Runaway Train et À bout de course.

Runaway Train (À bout de course)

Titre original Runaway Train
Réalisation Andrei Konchalovsky
Scénario Djordje Milicevic
Paul Zindel
Edward Bunker
Akira Kurosawa (basé sur un scénario de)
Ryûzô Kikushima (histoire)
Hideo Oguni (histoire)
Acteurs principaux
Sociétés de production Golan-Globus Productions
Northbrook Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Action
Aventure
Durée 111 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Runaway Train (aussi connu sous le titre À bout de course) est un film américain réalisé par Andrei Konchalovsky, sorti en 1985.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Manny, un prisonnier multirécidiviste, et Buck, une jeune tête brûlée, s'évadent d'une prison de haute sécurité perdue en Alaska. Après une marche éprouvante, ils parviennent à une gare ferroviaire et montent à bord d'un train dont le conducteur décède, foudroyé par une crise cardiaque, peu de temps après avoir mis en route les machines. Les freins lâchent, la vitesse du convoi augmente alors progressivement et irrémédiablement ; le poste central d'aiguillage est désemparé et tente par tous les moyens de parer à la course folle du train. Les deux fuyards sont condamnés à une mort affreuse mais ils ne le savent pas encore.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

Runaway Train a obtenu 86 % des critiques positives sur le site Rotten Tomatoes[3].

Si aux États-Unis, le film n'a récolté que 7,9 millions de dollars de recettes aux États-Unis pour un budget estimé à 9 millions de dollars[4], en France, le film a obtenu un succès relatif mais honorable en salles avec plus de 563 000 entrées.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La musique de la scène finale est Le Gloria (RV 589 en D majeur - Et in terra pax), composée par Antonio Vivaldi.
  • Considéré comme le film ayant le plus de fuck dans ses dialogues dans l'histoire du cinéma[réf. nécessaire].
  • Inspiré par le film, Kirk Brandon (en), de Spear Of Destiny (en), écrivit la chanson Never Take Me Alive, sur leur album Outland (en) en 1987.
  • En préparant pour le rôle de Manny, Jon Voight a passé du temps avec les détenus dans la prison de San Quentin. Il est resté en contact avec certains d'entre eux pendant des années[5].
  • Runaway Train est dédié à la mémoire du pilote d'hélicoptère Rick Holley. Ce dernier s'est tué en effectuant des repérages au-dessus d'un glacier pour le long-métrage. Le réalisateur Andrei Konchalovsky, choqué par la mort brutale d'Holley, était prêt à arrêter le tournage du film[6].
  • Le film se clôt sur une citation de Richard III, de William Shakespeare : No beast so fierce but knows some touch of pity. But I know none, and therefore am no beast. (littéralement Même la bête la plus féroce connait la pitié. Mais je ne la connais point, et ne suis donc pas une bête. en français).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Runaway Train sur Box Office Mojo. Consulté le .
  2. (fr) Runaway Train sur JP Box-Office. Consulté le .
  3. (en) Runaway Train sur Rotten Tomatoes. Consulté le .
  4. http://www.imdb.fr/title/tt0089941/business
  5. (en) Runaway Train - Trivia sur IMDb. Consulté le .
  6. (fr) Runaway Train - Secrets de tournage sur Allociné. Consulté le .