Nikita Mikhalkov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nikita.

Nikita Mikhalkov

Description de l'image  Nikita Mikhalkov.jpg.
Nom de naissance Nikita Sergueievitch Mikhalkov
Naissance 21 octobre 1945 (68 ans)
Moscou, RSFS de Russie
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique
Nationalité Drapeau de l'URSS Soviétique puis
Drapeau de la Russie Russe
Profession Réalisateur
Films notables Partition inachevée pour piano mécanique,
Les Yeux noirs,
Urga
Soleil trompeur
12

Nikita Sergueievitch Mikhalkov (Никита Сeргеевич Михалков) (né le 21 octobre 1945 à Moscou, alors en U.R.S.S.) est un réalisateur, acteur et producteur de films russe, fondateur, en 2002, du prix de l'Aigle d'or, décerné chaque année parmi le cinéma russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Né le 21 octobre 1945 à Moscou, Nikita Mikhalkov est le frère du réalisateur Andreï Kontchalovski et le fils de Sergueï Mikhalkov, un poète soviétique célèbre, auteur des paroles de l'hymne de l'Union soviétique (sous Staline), ainsi que des paroles du nouvel hymne national de la Russie (à l'initiative de Vladimir Poutine).

Sa mère est l'écrivain Natalia Konchalovskaïa. Il est le petit-fils du peintre Piotr Kontchalovski du mouvement Mir Iskousstva, et l'arrière-petit-fils du peintre Vassili Sourikov.

Carrière[modifier | modifier le code]

Nikita Mikhalkov et sa fille Nadedja (Nadya) au festival de Cannes 2010.

Il étudie au Théâtre d'art de Moscou puis au Théâtre Vakhtangov. Alors qu'il est encore étudiant, il fait ses débuts au cinéma, à l'âge de 18 ans, dans le film Romance à Moscou réalisé par Gueorgui Danielia en 1963. Il tourne aussi dans le film de son frère Le Nid de gentilshommes.

Tout en poursuivant son métier d'acteur, il entre à l'Institut national de la cinématographie où il étudie la réalisation avec Mikhail Romm. Il tourne ses premiers courts métrages : Devochka i veshchi , And I Go Home et A Quiet Day During the End of War (ce dernier étant son film de fin d'études). En 1974, il réalise son premier long métrage Le nôtre parmi les autres. Influencé par la culture classique russe tout au long d'une œuvre marquée par des images fastueuses et épiques[1], il réalise Partition inachevée pour piano mécanique (1976), qui s'inspire de trois nouvelles et d'une pièce (Platonov) d'Anton Tchekhov. Le film remporte la Coquille d'or au Festival de Saint-Sébastien en 1977. En 1979, il réalise Quelques jours de la vie d'Oblomov, adapté du roman Oblomov d'Ivan Gontcharov, écrit en 1859. Mikhalkov est régulièrement ennuyé par la censure soviétique[2].

Après Cinq Soirées (1979) et Family Relations (1981), il réalise Les Yeux noirs, inspiré de plusieurs histoires courtes de Tchekhov. Pour ce film, Marcello Mastroianni remporte le Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 1987. Avec Urga qui relate la rencontre entre un berger mongol et un camionneur russe, il reçoit le Lion d'or à la Mostra de Venise 1991. Anna 6-18 est un documentaire sur sa fille, de son enfance à l'âge adulte. Avec Soleil trompeur (1994), dont l'action se déroule pendant les Grandes Purges des années 1930 et dans lequel il se met en scène auprès d'Oleg Menchikov et de sa jeune fille Nadedja Mikhalkova, le réalisateur obtient le Grand Prix du Jury au Festival de Cannes 1994 et l'Oscar du meilleur film étranger en 1995.

Il signe ensuite la réalisation du Barbier de Sibérie (1998), avec de nouveau Oleg Menchikov mais également Julia Ormond, ainsi que du remake de Douze hommes en colère de Sidney Lumet, transposé en Russie (12, 2007). En 2010, il présente en compétition au 63e Festival de Cannes Soleil trompeur 2, la suite de Soleil trompeur[2].

Parallèlement à sa carrière de réalisateur, Mikhalkov préside la Société des réalisateurs russes et dirige le Festival international du film de Moscou depuis 2000. Il est à l'origine de la création en 2002 de l'Aigle d'or récompensant le meilleur film russe (il remporte d'ailleurs ce prix en 2007 avec 12).

Situé à la droite extrême de l'échiquier politique, Mikhalkov est critiqué dans son pays et certains de ses pairs jugent son cinéma passéiste et esthétisant[2]. Son amitié affichée avec Vladimir Poutine lui vaut de nombreuses inimitiés dans le milieu culturel[3]. La présentation à Cannes de Soleil trompeur 2 en 2010 est suivie d'une polémique touchant le metteur en scène, accusé par 97 réalisateurs russes pétitionnaires de despotisme, de détournement des aides publiques et de trop grande proximité avec l'exécutif dans sa gestion de l'Union des cinéastes russes[4].

Lors de la cérémonie des Jeux Olympiques de Sotchi, Mikhalkov est choisi comme porteur de drapeau de la délégation russe et réalise par ailleurs le film court projeté durant l'événement.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts métrages
  • 1967 : Девочка и вещи
  • 1968 : А я уезжаю домой
  • 1970 : Спокойный день в конце войны
Longs métrages[5]

Producteur[modifier | modifier le code]

Il produit en 2007 le film 1612.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Il est récipiendiaire de plusieurs Ordres et décorations russes, parmi lesquels l'Ordre du Mérite pour la Patrie. Il est également Commandeur dans l'ordre national de la Légion d'honneur[7].

Il fait partie des huit porteurs du drapeau olympique à la Cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2014, le 7 février 2014 à Sotchi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nikita Mikhalkov sur le site de l'encyclopédie Larousse, consulté le 01 juin 2014.
  2. a, b et c Pierre Murat, « Nikita Mikhalkov : "Poutine, que vous méprisez tant, a rendu aux Russes leur dignité perdue" », Télérama,‎ 22 février 2010 (lire en ligne).
  3. Cécile Vaissié, « Les milieux russes du cinéma et Nikita Mikhalkov : ce qui ne leur plaît pas », Le Monde,‎ 26 mai 2010 (lire en ligne).
  4. L'Express, « Cannes: Mikhalkov répond à ses détracteurs par les chiffres », consulté le 22 mai 2010.
  5. Nikita Mikhalkov, biographie et filmographie sur le site Ciné Club de Caen
  6. http://fr.rian.ru/culture/20040210/40779498.html
  7. http://french.ruvr.ru/2012/01/23/64458072.html

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :