André-Antoine Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard.
André Antoine Bernard
Portrait par Jacques-Louis David (1795).

André-Antoine Bernard dit Bernard de Saintes, né le 21 juin 1751 à Corme-Royal (Charente-Inférieure), mort le 19 octobre 1818 à Funchal (Portugal), est un magistrat et un député français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Noms[modifier | modifier le code]

Bernard est un homme aux plusieurs noms. Né André-Antoine Bernard, il ajoute à son patronyme avant la Révolution celui d'une petite propriété familiale et se fait appelé Bernard de Jeuzines. Représentant plus tard l'arrondissement de Saintes à l'assemblée, il se fait appelé Bernard de Saintes, puis, goûtant sans doute peu la connotation religieuse de ce dernier, le modifie et devient Bernard de Xantes. Suite à l’invention du calendrier républicain, le jour de naissance de Bernard, le 30 novembre, fête de l'apôtre André, devient le 10 frimaire, jour de la Pioche. Le zélé Bernard se fait dès lors appelé Pioche-fer Bernard.

Carrière[modifier | modifier le code]

Commandant de la garde nationale et président du tribunal de Saintes au début de la Révolution, il est élu en 1791, avec 324 voix sur 523 votants, député de la Charente-Inférieure à l'Assemblée législative, où il siège avec la majorité patriote.

Le 4 septembre 1792, il est réélu député de la Charente-Inférieure avec 431 voix sur 582 votants à la Convention nationale, où il siège avec les Montagnards. Lors du procès de Louis XVI, il vote la mort.

Membre du comité de sûreté générale, il est envoyé en mission successivement dans le Jura et la Côte-d'Or. Après la prise de Lyon, la principauté de Montbéliard, propriété de la maison de Wurtemberg est prise par les armées françaises, en octobre 1793 ; Bernard de Saintes impose la population de 400 000 livres et organise le département de Mont-Terrible, réuni à la France le 23 mars précédent, suivant les vœux des habitants de Porrentruy, organisées depuis le 27 novembre 1792 en République rauracienne. À Dijon, il agit avec rigueur, faisant arrêter et traduire devant le tribunal révolutionnaire plusieurs « aristocrates », dont le président du Parlement de Bourgogne: Jean Vivant Micault de Corbeton, chez qui il s'installa, dans son Hôtel Bouhier de Savigny à Dijon, de même que dans l'Eure, où il est également envoyé en mission.

De retour à Paris, il devient secrétaire de l'assemblée. Après le 9-Thermidor, Tallien l'écarte du comité de salut public, mais il se fait élire président de la Convention (2-22 septembre 1794).

Après la chute de Robespierre, les six sections révolutionnaires de Dijon adressent une dénociation à la Convention nationale contre lui, l'accusant d'avoir fait mourir le Président et d'avoir détourné des biens saisis. Toutefois, en 1795, il est décrété d'arrestation sur la motion de Gouly, contre laquelle il réclame vainement après l'insurrection du 1er prairial an III, avant de bénéficier de l'amnistie générale votée après la ratification de la constitution de l'an III, le 4 brumaire an IV.

Avocat près la cour criminelle de son département sous l'Empire, il est touché par la loi contre les régicides votée en 1816 par la Chambre introuvable à la suite de la terreur blanche de 1815 et s'exile en Belgique, où il crée un journal démocratique, Le Surveillant. Bientôt expulsé par les autorités néerlandaises, il s'embarque pour les États-Unis mais fait naufrage sur les côtes de Madère, et il s'installe à Funchal, où il meurt. Les autorités religieuses ayant refusé l’inhumation, sa dépouille est jetée à la mer.

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Archimbaud (dir. Jean-Clément Martin), Bernard (de Saintes), un parcours politique (1751-1818), Paris, IHRF (mémoire de master 2 en Histoire), 2007. Z 901 [fiche sur le site de l'IHRF]
  • Richard Ballard, The Unseen Terror. The French Revolution in the Provinces, I. B. Tauris, Londres & New York, 2010 (ISBN 978-1-84885-325-6)
  • Fernand Boiget, La triste histoire du comte Jean Vivant Micault de Corbeton , texte en ligne
  • Albert Colombet, Les parlementaires bourguignons à la fin du XVIIIe siècle, Dijon, 1937
  • Laurent Julien, Bernard de Saintes, le révolutionnaire Pioche-Fer, 1751 -1819, Le Croît Vif, Saintes, 2012
  • Armand Lods, Un Conventionnel en mission. Bernard de Saintes et la réunion de la principauté de Montbéliard à la France, d'après des documents originaux et inédits, Paris, Fischbacher, 1888
  • Pierre Perrenet, La Terreur à Dijon, la cospiration des prisons, Dijon, 1907

Liens externes[modifier | modifier le code]