Alexandre-François Desportes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desportes.
Alexandre-François Desportes - Autoportrait en chasseur (1699) - Paris, musée du Louvre.

Alexandre-François Desportes, né en 1661 (baptisé le 16 février) à Champigneulle (Ardennes) et mort à Paris en 1743, est un peintre français qui peut être considéré comme le fondateur de la peinture animalière française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Pierre Desportes, riche cultivateur, et d’Elisabeth Dugay. Il fut envoyé à l'âge de douze ans chez un de ses oncles établi à Paris. Arrivé en 1673 à Paris, Desportes se forme auprès de Nicasius Bernaerts, élève de Frans Snyders installé à Paris. Avec ce maître, il s’imprègne de la tradition flamande mais tempère la violence et la fougue de ces compositions baroques au profit d’un art plus mesuré.

Après un passage à la manufacture des Gobelins, en 1692-1693, il est portraitiste de la cour de Pologne en 1695-1696. De retour en France, il se détourne du portrait pour se consacrer à la décoration intérieure. Il est reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture en tant que « peintre d'animaux » en 1699.

De 1700 jusqu’à sa mort, il exécute de très nombreux tableaux pour orner les demeures royales (Versailles, Marly, Meudon, Compiègne et Choisy). Louis XIV, puis Louis XV lui commandent le portrait de leurs chiens favoris.

Cerf aux abois (1729)
Still life with silver, 1720, au Metropolitan Museum.

Peintre des chasses et de la meute royales, Desportes suivait le roi lors de ses chasses.

Saint-Simon rapporte « qu’il allait même d’ordinaire à la chasse à ses côtés, avec un petit portefeuille pour dessiner sur les lieux leurs diverses attitudes, entre lesquelles le roi choisissait, et toujours avec goût, celles qu’il préférait aux autres. »

Œuvre[modifier | modifier le code]

Desportes meurt en 1743, laissant un important fonds d’atelier. Celui-ci se compose des études d’animaux, de plantes et de paysages peintes d’après nature ainsi que quelques esquisses de Jan Fyt comme celles figurant des chasses au renard.

En 1784, le comte d'Angiviller, directeur général des bâtiments du Roi, fait l’acquisition de ce fonds pour Sèvres afin qu’il serve de modèles aux peintres de la manufacture.

Après avoir servi de source iconographique pendant plus d’un siècle, les études ont été déposées dans plusieurs institutions. Le Musée de la chasse et de la nature à Paris a recueilli une part importante des œuvres animalières. Le musée du Louvre possède son portrait peint par lui-même et plusieurs de ses meilleurs tableaux. Une salle entière du musée international de la Chasse à Gien lui est consacrée. Le musée de la vénerie de Senlis expose son tableau Hallali de cerf et Chasse aux renards ainsi que d'autres œuvres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]