Muwatalli II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Muwatalli II ou Mouwatalli ou Muwatallish est un roi hittite qui a régné aux environs de 1295 à 1272 av. J.-C.[1]. Il était le second fils des quatre enfants de Mursili II et de la reine Gassulawiya. Après la mort du frère aîné, Halpasulupi, il succède à son père Mursili II.

Le grand fait de son règne est son affrontement contre Ramsès II au cours de la bataille de Qadesh. Mais mis à part cette bataille historique, il est aussi connu pour la relocalisation plus au sud de la capitale hittite à Tarhuntassa.

Il eut un enfant Mursili III (Urhi-Teshub) qui lui succéda, mais après d’âpres querelles de succession, c'est le frère de Muwatalli Hattusili III (1265-1237) qui finit par l’emporter. Vers 1265, Mursili III est déposé et exilé par son oncle Hattusili III.

Bas-relief de Muwatalli II[modifier | modifier le code]

Celui-ci est situé près de l'ancienne route Misis-Ceyhan par le village de Sirkeli. Situé au sud-ouest des ruines d'Yilanlikale, le bas-relief est sculpté sur une paroi rocheuse face à la rivière Ceyhan, à environ 50 mètres au-dessus du niveau de l'eau. Il montre un roi hittite barbu avec une longue robe. Les inscriptions à la droite du bas-relief ont été identifiées comme celles de Muwatalli fils de Mursili. Ce monument serait le plus ancien bas-relief rocheux d'un roi hittite identifié actuellement[réf. nécessaire]. Muwatalli II avait déplacé la capitale de Hattusa vers Tarhuntassa, dont l'emplacement est incertain, mais proche de Sirkeli. Cela peut expliquer l'importance de ce bas-relief.

Hymnes et prières hittites[modifier | modifier le code]

C'est sous le règne de Muwatalli II que date la plus longue des prières ou hymnes hittites connus de la religion hittite. Elle est composée de trois cents lignes divisées en cent cinquante chapitres. Celle-ci nous fournit une liste exhaustive des principales divinités de l'Anatolie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guerres et Histoire, no 5, bimestriel, p. 63