Idole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Idole des jeunes et Idole japonaise.
Un exemple d'idole : Brigitte Bardot

Une idole est une représentation d'une divinité qui est objet de culte tout comme la divinité elle-même.

Visions monothéistes[modifier | modifier le code]

La Bible et le Coran réfutent l'adoration des idoles, car ils y voient une adoration d'une représentation de Dieu, représentation qui dénature de leur point de vue la dimension divine de la divinité, en la reléguant au stade de l'objet. De nombreuses fois dans l'histoire des religions, la question des représentations de la divinité s'est posée, ainsi que leur interdiction plus ou moins draconienne (voir iconoclasme).

Version contemporaine[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Idole des jeunes et Idole japonaise.

Une « idole » en langage actuel courant désigne aussi une personne qui sert de modèle à une partie de la population, souvent une génération. Cette idole peut être incarnée par une vedette de cinéma (par exemple James Dean, Marilyn Monroe, River Phoenix ou Brigitte Bardot), une vedette de la chanson ou un groupe de pop ou de rock (par exemple Claude François, Elvis Presley, Madonna, The Beatles, Britney Spears, Lana Del Rey, Johnny Hallyday, Mick Jagger, Michael Jackson ou encore Kurt Cobain, ( chanteur du groupe Nirvana), un personnage emblématique d'une lutte politique (Che Guevara par exemple) ou encore un sportif (Zinédine Zidane dans le domaine du football).

L'idolâtrie moderne se manifeste par une obsession de tout ce qui touche, de près ou de loin, à la vie de l'idole : Show business, vie publique et privée, œuvres et marchandises diverses liées à l'idole, photos, vidéos, dédicaces, etc. L'idolâtrie peut aller jusqu'à provoquer des scènes d'hystérie collective durant les apparitions de l'idole devant ses fans.

L'idolâtrie est un phénomène courant dans beaucoup de pays développés, notamment au Japon où certains sumos sont vénérés comme de véritables dieux vivants.

Aspects psychologiques de l'idolâtrie[modifier | modifier le code]

L'idolâtrie moderne pourrait être mise en rapport avec une disparition relative des pratiques religieuses et du sentiment religieux institutionnel. Les besoins de déification de certains groupes d'humains s'inscriraient désormais dans un canevas d'adoration d'une ou plusieurs idoles humaines plutôt que dans la pratique d'une religion de tradition.

De plus, l'investissement d'affects disproportionnés dans une personnalité idolâtre permettrait à certaines personnes en phase de construction de l'identité de stabiliser leur psyché au moyen d'un emprunt fantasmagorique à la psyché de l'idole.

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]