Télipinu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Télipinu (homonymie).

Télipinu (on rencontre aussi les graphies Télépinou, Telibinu ou Telebinu), beau-fils d'Ammuna, était un roi hittite, qui a régné de 1525 av. J.-C. à 1495 av. J.-C.. Très célèbre, grâce en partie à son édit qui établissait une loi successorale qui demeura en vigueur jusqu'à la chute de cet empire, grâce à plusieurs actions militaires et à un traité avec le roi du Kizzuwatna.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ammuna fils de Zidanta Ier et beau-père de Télipinu, fut assassiné par son propre fils qui lui succède ensuite. Mais sous son règne les Hittites ont perdu deux provinces, l'Arzawa et l'Adana. Après sa mort, ce fut Huzziya Ier qui lui succéda, probablement un héritier illégitime. Cependant son règne se révéla court, Télipinu exila Huziya et ses frères, prit le pouvoir et promulgua l'édit de Télépinu qui établissait une loi successorale. Il consolida le royaume hittite par des actions militaires, et par un traité avec le roi du Kizzuwatna, une région anatolienne.

Ses héritiers[modifier | modifier le code]

Les héritiers de Télipinu sont peu connus, nous connaissons tout de même leurs nom et leurs ordre, Alluwamna, Hantili II, fils du précédent, Tarhurwaili, Zidanta II, Huzziya II et Muwatalli Ier. Cette période est pleine de nouvelle menaces, celles des Gasgas et des Hourrites.

L'édit de Télibinu[modifier | modifier le code]

Vers la fin du XVIe siècle, le législateur et roi Télipinu a tenté de mettre fin aux nombreux assassinats dans les familles royales en modifiant la loi de succession. Grâce à cet édit, nous savons que dans l'empire hittite, bien avant les Grecs, il existait un embryon de démocratie. Dans cet édit il est fait mention d'une chambre d'assemblée, qui était en quelque sorte une cour suprême, où le peuple pouvait condamner le roi, même à mort, ce qui semble nouveau à cette époque. Le beau-fils d'Ammuna a aussi permis à ceux qui n'étaient pas de famille royale de devenir roi en cas de vacance du pouvoir.