Abdelaziz ben Abderrahmane al-Saoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Abdel Aziz Ibn Saoud)
Aller à : navigation, rechercher
Abdelaziz
ben Abderrahmane Al Saoud
(Ibn Saoud)
عبد العزيز بن عبد الرحمن آل سعود
ابن سعود
Abdelaziz Al Saoud en 1945.
Abdelaziz Al Saoud en 1945.
Titre
1e roi d'Arabie saoudite
22 septembre 19329 novembre 1953
(27 ans, 10 mois et 1 jour)
Prédécesseur Lui-même (roi du Hedjaz et du Nejd)
Successeur Saoud ben Abdelaziz Al Saoud
Roi du Hejaz et du Nejd
8 janvier 192622 septembre 1932
Successeur Lui-même (roi d'Arabie saoudite)
Sultan du Nejd
novembre 1921 – 8 janvier 1926
Prédécesseur Lui-même (gouverneur du Nejd)
Successeur Lui-même (roi du Hedjaz et du Nejd)
Gouverneur du Nejd
juin 1914 – novembre 1921
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Lui-même (sultan du Nejd)
Chef de la dynastie saoudienne
1902 – 9 novembre 1953
Prédécesseur Abderrahmane ben Fayçal Al Saoud
Successeur Saoud ben Abdelaziz Al Saoud
Biographie
Dynastie Dynastie saoudienne
Nom de naissance Abdelaziz ben Abderrahmane ben Fayçal Al Saoud
عبد العزيز بن عبد الرحمن بن فيصل آل سعود
Date de naissance 24 novembre 1880
Date de décès 9 novembre 1953 (à 72 ans)
Père Abderrahmane ben Fayçal Al Saoud

Abdelaziz ben Abderrahmane al-Saoud
Monarques d'Arabie saoudite

Abdelaziz ben Abderrahmane Al Saoud, dit Ibn Séoud parfois écrit à l'anglaise Ibn Saoud (24 novembre 1880[1]9 novembre 1953), en arabe : عبد العزيز بن عبد الرحمن آل سعود), est le fondateur du troisième État saoudien. Du 8 janvier 1926 au 9 novembre 1953 il fut le second roi du Hedjaz et du Nejd, et le premier roi de l'Arabie saoudite moderne.

Origines[modifier | modifier le code]

Souvent appelé Ibn Saoud (ou Ibn Séoud, pour respecter la prononciation française) en particulier dans l'historiographie occidentale, « Abdelaziz ben Abderrahmane ben Fayçal ben Turki ben Abdallah ben Mohammed ben Saoud[2] » est l'arrière-arrière-arrière-petit-fils d'un autre Ibn Saoud, celui qui, associé à Ibn Abdelwahhab, avait créé le premier État saoudien en 1744.

À la mort de Fayçal ben Turki Al Saoud le 11 décembre 1865[3], le pouvoir de la maison des Saoud sur le deuxième État saoudien vacille et le pouvoir tombe aux mains de la famille rivale des Al Rachid, originaire de la ville de Haïl et soutenue par les Ottomans, qui prend Riyad en 1884.

Abderrahmane, fils cadet de Fayçal, s'impose comme chef de la famille des Saoud et attaque Riyad qu'il reprend avant d'être vaincu et de réussir de justesse à fuir dans le désert avec sa famille en 1891[4]. Abderrahmane trouve refuge d'abord auprès de la tribu des Al Murrah aux confins du redoutable désert du Rub al-Khali où son fils, le jeune Abdelaziz, expérimente la rude vie bédouine et les vertus de l'hospitalité. Il quitte ensuite les Al Murrah pour Bahreïn dont le cheikh Issa (Issa ben Ali Al Khalifa) se lie d'amitié avec Abdelaziz[4], puis pour le Qatar et le Koweït où le cheikh Moubarak leur accorde l'hospitalité avec l'aval des Ottomans et où la famille finit par s'établir en 1892.

Reconquête du pouvoir[modifier | modifier le code]

Profitant d'un voyage à Bagdad d'Abdelaziz ben Moutaïb Al Rachid, avec l'aval de son père Abderrahmane mais seulement accompagné d'une soixantaine de fidèles compagnons, le jeune Abdelaziz ben Abderrahmane Al Saoud entreprend de reconquérir Riyad. La nuit du 15 janvier 1902, six d'entre eux escaladent les remparts de la cité et obtiennent des renseignements d'un ancien serviteur d'Abderrahmane, du temps où les Al Saoud régnaient encore sur Riyad. Ils pénètrent par les terrasses dans la résidence de l'émir de Riyad, Ajlan, et le tuent à son retour de la mosquée, provoquant la reddition de toute la garnison.

Aussitôt après, Abdelaziz fait venir sa famille et s'installe définitivement à Riyad. Son père abdique en sa faveur en tant que chef de la maison des Saoud, ne gardant que son titre d'imam.

Article détaillé : Unification de l'Arabie saoudite.

Il reconquiert la région de Qasim en 1903, le Hasa en 1913. En mai 1914 il est nommé wali du Nejd par les Ottomans. La première guerre mondiale déclenchée, il signe en 1915 un traité de coopération avec le Royaume-Uni, qui cependant s'appuie davantage sur le chérif Hussein de La Mecque, roi hachémite du Hejaz et initiateur de la révolte arabe. En novembre 1921, il s'empare de Haïl, mettant un terme à la domination des Al Rachid, et se proclame sultan du Nejd.

Abdelaziz s'attaque ensuite au chérif Hussein qu'il chasse de La Mecque en octobre 1924. Cependant, n'étant pas descendant de Mahomet, il ne peut prétendre au titre de chérif de La Mecque : c'est habillé en simple pèlerin qu'il entre à La Mecque le 13 octobre 1924. Il se proclame gardien des deux saintes mosquées puis roi du Hejaz (29 août 1926) après avoir repris Djedda le 5 décembre 1925 au fils de Hussein, le chérif Ali, et enfin roi du Nejd (mai 1927).

Roi d'Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

Le 23 septembre 1932[3], il réunit ses conquêtes en un État unique, le royaume d'Arabie saoudite auquel le traité de Taëf de 1934 adjoint les trois provinces yéménites de l'Asir, Najran et Jizan. Les guerres ayant permis l’accession au pouvoir d’Ibn Saoud ont fait 500 000 morts entre 1901 et 1932[5].

À partir de 1938, la prospérité du royaume est liée à l'exploitation du pétrole et fait de cet État l'un des plus puissants du Moyen-Orient. En 1945, le roi Abd al-Aziz conclut avec le président Franklin D. Roosevelt un accord stratégique motivé par la géopolitique du pétrole, qui plaça l'Arabie saoudite dans l'orbite économique et sous la protection militaire américaine, l’Arabie saoudite ayant cédé l’exploitation de ses ressources pétrolières aux États-Unis. La même année, elle devint membre de l’Organisation des Nations unies et de la Ligue arabe. Officiellement, pendant la Seconde Guerre mondiale, Ibn Saoud d'Arabie prit une position neutre. Toutefois, il fut jugé favorable aux alliés[6].

Descendance[modifier | modifier le code]

Il a eu trente-deux épouses qui lui donnèrent cinquante-trois fils et trente-six filles[7], dont :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa date de naissance n'est pas connue avec certitude. Robert Lacey, dans "The Kingdom", 1981, la situe en 1876, un des fils du roi lui aurait indiqué que la date officielle de 1880 le rajeunissait de quatre ans
  2. « ibn » ou « ben » veut dire « fils de », mais « ibn Saoud », énoncé seul, peut être pris sous l'acception plus générale de « descendant de Saoud ». « Al Saoud » a le même sens mais, dans les noms arabes, s'emploie plutôt à la fin — « °Âl » voulant dire « famille de ». « Ibn Saoud » est également le nom sous lequel était connu à leur époque son lointain aïeul Mohammed ben Saoud ainsi que ses successeurs à la tête de la famille. L'orthographe « Séoud » correspond quant à elle à une prononciation autrefois répandue, le [a] en arabe étant prononcé /a/ ou /è/. Les voyelles ne sont pas écrites en arabe, mais la vocalisation originelle serait en fait Sou°oûd
  3. a et b Ambassade d'Arabie saoudite en France
  4. a et b Site d'information sur le roi Abdelaziz
  5. Laurent Murawiec, « L’Arabie saoudite : un business familial », L’Histoire, no 286,‎ avril 2004, p. 18-19 (ISSN T01842)
  6. A Country Study: Saudi Arabia. Library of Congress Call Number DS204 .S3115 1993. Chapter 5. World War II and Its Aftermath
  7. Arbre généalogique de Abdelaziz ben Abderrahmane ben Fayçal Al Saoud sur datarabia.com