Mohammed Ibn Saoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mohammed ben Saoud ben Mohammed Al Mouqrin — en arabe : محمد بن سعود بن محمد آل مقرن — ou Ibn Saoud (1710 – 1765), est le patriarche de la dynastie des Al Saoud et le cofondateur avec Ibn Abdelwahhab du premier État saoudien au milieu du XVIIIe siècle.

Ibn Saoud[modifier | modifier le code]

Connu de son vivant sous le nom de Ibn Saoud (ibn voulant dire fils de, ou descendant de), fils de Saoud ben Mohammed ben Mouqrin, il a légué son nom à la dynastie des Al Saoud et au royaume d'Arabie saoudite.

Actuellement, Ibn Saoud se réfère plus souvent à son descendant Abdelaziz ben Abderrahmane Al Saoud, fondateur en 1932 du troisième état saoudien, le Royaume d'Arabie saoudite.

Prise de pouvoir[modifier | modifier le code]

La tribu des Banu Hanifa (en), tribu chrétienne implantée au Ve siècle dans le centre de l'Arabie et convertie à l'islam après avoir été vaincue en 634 par Ibn al-Walid, se retrouve au XVIIe siècle cantonnée à trois oasis dont Dariya (ad-Dir°iyah). Les clans Al Mouqrin et Al Watban émergent alors et se disputent le pouvoir. Les Al Watban l'emportent d'abord, mais en 1720 Saoud ben Mohammed Al Mouqrin, ancêtre de la dynastie saoudienne, expulse ses rivaux[1].

En 1727, son fils Mohammed ben Saoud renverse à son tour Zeid ben Morkhan Al Watban, qui est assassiné deux ans seulement après avoir repris le pouvoir pour les Al Watban, en 1725[2].

Dariya n'est alors qu'une modeste oasis, près de l'actuelle Riyad (ar-Riyâḍ) dans le Nejd, région centrale de l'Arabie, une des seules à échapper alors à l'empire ottoman. La péninsule arabique est à cette époque divisée en de nombreux émirats, souffre d'insécurité, et la pratique de l'islam y est très diversifiée.

Alliance avec Ibn Abdelwahhab[modifier | modifier le code]

En 1744[2], il y accueille un imam en quête de protection, Mohammed ben Abdelwahhab, qui prêche un retour aux sources de la religion islamique. Les deux hommes scellent alors une alliance, concrétisée par le mariage du fils d'ibn Saoud avec la fille d'ibn Abdelwahhab, et unissent leurs efforts pour établir leur pouvoir sur une partie de la péninsule arabique et y réformer les pratiques religieuses et rétablir l'Islam dans ce qu'ils considèrent comme sa forme la plus pure.

L'idéologie d'Ibn Abdelwahhab (à l'origine de ce qui sera appelé plus tard le wahhabisme) servira à établir la légitimité de la domination des Al Saoud sur les tribus arabes voisines, s'appuyant sur la loi islamique, Mohammed ben Saoud devenant ainsi en 1744 l'imam du premier État saoudien.

Succession[modifier | modifier le code]

À sa mort en 1765, il est remplacé comme imam par son fils, Abdelaziz ben Mohammed ben Saoud, qui étendra la domination de la maison des Saoud sur Riyad (en 1773) et l'ensemble du Nejd (1786). Son petit-fils Saoud, conquiert la Mecque, Médine et l'ensemble du Hejaz en 1806, mais les Ottomans réagissent et mettront fin provisoirement au règne des Saoud par la chute de Dariya le 8 novembre 1818[2] après laquelle ils décapitent le quatrième imam saoudien, l'arrière-petit-fils d'Ibn Saoud, Abdallah ben Saoud ben Abdelaziz ben Mohammed Al Saoud.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://whc.unesco.org/fr/list/1329
  2. a, b et c Le premier état saoudien, ambassade d'Arabie saoudite en France

Liens externes[modifier | modifier le code]