Nayef ben Abdelaziz Al Saoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nayef ben Abdelaziz Al Saoud
الأمير نايف بن عبد العزيز آل سعود
Le prince Nayef ben Abdelaziz
Le prince Nayef ben Abdelaziz
Titre
Prince héritier d'Arabie saoudite
Vice-Premier ministre saoudien

(&&&&&&&&&&&&02337 mois et 19 jours)
Monarque Abdallah
Prédécesseur Sultan ben Abdelaziz Al Saoud
Successeur Salmane ben Abdelaziz Al Saoud
Ministre de l'Intérieur saoudien

(&&&&&&&&&&01359737 ans, 2 mois et 20 jours)
Monarque Khaled
Fahd
Abdallah
Premier ministre Khaled
Fahd
Abdallah
Prédécesseur Fahd ben Abdelaziz Al Saoud
Successeur Ahmed ben Abdelaziz Al Saoud
Biographie
Dynastie Al Saoud
Nom de naissance Nayef ben Abdelaziz ben Abderrahmane Al Saoud
Date de naissance 1934
Lieu de naissance Taïf (Nedj)
Date de décès 16 juin 2012
Lieu de décès Genève (Suisse)
Père Abdelaziz Al Saoud
Mère Hassa bint Ahmed Al Soudayri

Nayef ben Abdelaziz Al Saoud
Princes héritiers d'Arabie saoudite

Nayef ben Abdelaziz ben Abderrahmane Al Saoud, né à Taïf en 1934 et mort le [1] à Genève, vingt-troisième fils d'Abdelaziz Al Saoud, est le prince héritier d’Arabie saoudite du 27 octobre 2011[2] jusqu'à son décès.

Il est aussi ministre de l'Intérieur à partir de 1975, à la suite son frère Fahd, devenu cette année-là prince héritier avant de devenir roi en 1982. Bien que son influence a reculé après la mort de celui-ci, en 2005, il devient le le troisième homme en Arabie saoudite, après son frère Sultan, prince héritier, le roi Abdallah l'ayant nommé deuxième vice-président du Conseil des ministres. Cinq jours après le décès de Sultan, il est donc désigné prince héritier, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, par décret royal du 27 octobre 2011, devenant ainsi le premier dans l'ordre de succession dans le pays.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le prince héritier saoudien, Nayef ben Abdel Aziz, est mort », sur Le Figaro,‎ 16 juin 2012 (consulté le 16 juin 2012)
  2. Arabie: Nayef, nommé prince héritier une semaine après la mort de son frère, Libération, 28 octobre 2011