747 en péril

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

747 en péril

Titre original Airport 1975
Réalisation Jack Smight
Scénario Arthur Hailey (roman)
Don Ingalls
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Catastrophe
Sortie 1974
Durée 106 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

747 en péril (Airport 1975) est un film américain de Jack Smight sorti en 1974.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'action de 747 en péril se situe à bord d’un avion de type Boeing 747 de la compagnie fictive Columbia Airlines entre Washington et Los Angeles. Afin d'éviter l'épaisse nappe de brouillard qui recouvre Los Angeles, le commandant Stacy (Efrem Zimbalist Jr.) reçoit l'ordre d'atterrir à Salt Lake City.

Lors de la descente vers l’aéroport, une collision avec un petit avion de tourisme dont le pilote vient de mourir d'une crise cardiaque, éjecte le copilote et tue le mécanicien navigant se trouvant dans le poste de pilotage du Boeing 747. Seul survivant, le commandant Stacy gravement blessé et incapable de se maintenir aux commandes.

Avec l'aide des aiguilleurs du ciel à Salt Lake City, Nancy Pryor (Karen Black), la chef de cabine, tente de maintenir l'appareil en vol. Son fiancé, Alan Murdock (Charlton Heston), pilote expérimenté et ancien instructeur sur 747 à la Columbia Airlines, participe aux opérations de sauvetage avec Joe Patroni (George Kennedy), vice-président de la compagnie Colombia Airlines, dont l'épouse (Susan Clark) ainsi que son fils sont à bord du Boeing 747.

Linda Blair interprète le rôle d’une jeune fille malade transportée à Los Angeles pour une greffe du rein. Helen Reddy est une chanteuse tourmentée de la situation.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Les années 1970 ont été propices aux réalisations de films catastrophes : tremblements de terre, feux de forêt, naufrages, météorites, avalanches et catastrophes aériennes. Cinq films de catastrophes aériennes sont sortis en dix ans :

Plusieurs scènes du film ont inspiré les auteurs de la parodie Y a-t-il un pilote dans l'avion ? comme celle de la religieuse qui joue de la guitare pour distraire une enfant malade.

Dana Andrews, qui joue le rôle du pilote dont la crise cardiaque est à l'origine de la catastrophe, avait déjà plusieurs fois endossé l'uniforme de pilote de guerre dans les années 40, notamment dans Les plus belles années de notre vie. Il fut en outre le héros de À l'heure zéro (1957) de Hall Bartlett, titre précurseur dont le scénario fut très fidèlement pastiché dans Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (1980).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Scènes aéronautiques[modifier | modifier le code]

L'une des principales scènes aéronautiques du film voit la mise en œuvre d'un hélicoptère Sikorsky CH-53A Sea Stalion censé permettre à un pilote de rejoindre les passagers en détresse en passant par le trou béant du Boeing. Après une première tentative avortée, Alan Murdock parvient finalement à prendre les commandes de l'appareil en détresse. Cet hélicoptère de sauvetage CH-53A était originaire du Corps des Marines des États-Unis.

Quant au Boeing 747-123, immatriculé N9675, sa décoration à peine maquillée laisse entrevoir son appartenance à la compagnie American Airlines[réf. nécessaire].

Distribution[modifier | modifier le code]

Jacques Thébault: voix du pilote de l'avion de chasse

Voir aussi[modifier | modifier le code]