Éclipse solaire du 22 juillet 2009

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éclipse solaire du 22 juillet 2009
Image illustrative de l'article Éclipse solaire du 22 juillet 2009
Type d’éclipse
Nature Totale
Gamma 0,0696
Magnitude 1,0799
Saros 136 (37 sur 71)
Éclipse maximum
Durée 398,8 s (6 min 38,8 s)
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 24° 12′ 36″ N 144° 06′ 24″ E / 24.21, 144.10667
Largeur max. de la bande 258,4 km
Circonstances générales (UTC)
Éclipse partielle de 23:58:18 (Jul. 21) à 05:12:25
Éclipse totale de 00:51:16 à 04:19:26
Éclipse centrale de 00:54:31 à 04:16:13
Maximum de l’éclipse 02:35:21

L’éclipse solaire du 22 juillet 2009 est la 6e éclipse solaire totale (mais le 7e passage de l’ombre de la Lune sur la Terre[1]) du XXIe siècle. C’était aussi la plus longue éclipse totale de ce siècle.

Visibilité[modifier | modifier le code]

L’éclipse pouvait être observée dans l’étroit corridor traversant les Maldives, le nord du Pakistan et le nord de l’Inde, le Népal oriental, le nord du Bangladesh, le Bhoutan, l’extrémité septentrionale du Myanmar, la Chine centrale et l’océan Pacifique, dont les îles Ryūkyū, les îles Marshall et les Kiribati.

Le trajet de la zone de totalité passait par de nombreuses villes importantes, dont :
Surat, Vadodara, Bhopal, Varanasi, Patna, Dinajpur, Siliguri, Guwahati, Chengdu, Nanchong, Chongqing, Yichang, Jingzhou, Wuhan, Huanggang, Hefei, Hangzhou, Wuxi, Huzhou, Suzhou, Jiaxing, Ningbo et Shanghai, tout comme le barrage des Trois-Gorges[2],[3].
Selon certains experts, le village de Taregana[4],[5] dans le Bihar aurait été le meilleur endroit pour suivre cet évènement.

Une éclipse partielle sera observable depuis la plus large trajectoire de la pénombre lunaire, comprenant la majeure partie de l’Asie du Sud-Est (la totalité de l’Inde et de la Chine) et le nord-est de l’Océanie.

Durée[modifier | modifier le code]

Cette éclipse solaire est la plus longue éclipse solaire du XXIe siècle et ne sera pas dépassée en durée avant celle de juin 2132. La totalité a duré 6 minutes et 39 secondes, avec une éclipse maximale ayant lieu au-dessus de l’océan Pacifique à 02:35:21 (UTC) à 100 km environ au sud des îles d’Ogasawara, dans le sud-est du Japon. L’île inhabitée de Kitaiwo est la terre émergée dont le temps de totalité est le plus proche du maximum, tandis que le point habité le plus proche est Akuseki-jima dans les îles Tokara, où l’éclipse a duré 6 minutes et 26 secondes[6].

Rive du Gange à Vârânasî le jour de l’éclipse.

Réactions[modifier | modifier le code]

Des milliers de pèlerins se sont rassemblés sur les rives du Gange à Vârânasî (Inde) pour assister à l’éclipse en tant qu’évènement religieux ou spirituel. Certaines personnes prévoyaient que l’éclipse auraient une influence tantôt positive ou négative sur leur santé. Des scientifiques indiens ont observé l’éclipse solaire depuis un avion de l’Indian Air Force.

Le gouvernement chinois en a profité pour fournir de l’enseignement scientifique et dissiper toute superstition.

Des observateurs au Japon étaient enthousiastes à l’idée d’assister à la première éclipse depuis 46 ans, mais ils furent contrariés par le ciel nuageux.

Saros 136[modifier | modifier le code]

Éclipse.

Cette éclipse fait partie de la série d’éclipses du saros 136[7]. Cette série a débuté le 14 juin 1360 et se terminera le 30 juillet 2622 et comprend 71 éclipses dont 44 totales.
C’est actuellement la série qui donne les éclipses les plus longues :

Saros 139, lui succédant[modifier | modifier le code]

La prochaine éclipse plus longue que celle du 22 juillet 2009, aura lieu le 13 juin 2132, et fera partie de la série du saros 139[8], qui « succèdera » (en quelque sorte) au saros 136 en donnant les éclipses les plus longues dans la 2e moitié de ce siècle ; et ensuite produira les éclipses les plus longues de toute l’Histoire, environ un siècle après, vers la fin du XXIIe siècle.

Images[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Crussaire, « Éclipse totale de Soleil du 21-22 juillet 2009, L’éclipse du siècle », l’Astronomie, no 18,‎ juillet / août 2009, p. 78/80 (ISSN 0004-6302)
  • (en) Fred espenak et J. Anderson, Total solar eclipse of 2009 July 22, National Aeronautics and Space Administration, Goddard Space Flight Center, Greenbelt, Md., mars 2008, V-74 p. 

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]