Yan Morvan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yan Morvan
Yan Morvan par Claude Truong-Ngoc septembre 2022.jpg
Yan Morvan (2022)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (68 ans)
Paris (France)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

National Headliner Award (1982) National Press Photographers Association and University of Missouri Prix spécial pour son travail réalisé au Liban (1983) Nomination Robert Capa Award (1983) World Press Photo (1984)

Prix Under Fire UGC pour la meilleure photo de guerre (1984)

Yan Morvan est un photographe, journaliste, photojournaliste et auteur français né le à Paris.

Codirecteur de la section photojournalisme du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes en 1994, cofondateur du magazine Photographie.com en 1997, photojournaliste indépendant depuis 1998, il est publié dans la presse française et internationale.

Il couvre un certain nombre de grands conflits entre 1980 et 2000 en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Depuis 2005, il se concentre sur des projets photographiques (Champs de bataille, Hexagone) et expose dans des festivals photos. Il est l'auteur d'une vingtaine d’ouvrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un DEUG de mathématiques puis une maitrise de cinéma à l'université de Vincennes, Yan Morvan s'oriente vers la photographie[1].

En 1974, il publie sa première photographie dans le quotidien Libération. Pigiste pour l’agence Fotolib, il est le premier à documenter la vie des rockers et des bandes. Son premier livre Le Cuir et le Baston, aux éditions Simoen[2], est un travail à portée sociologique sur les Blousons noirs. Son style, au plus près de la réalité, témoigne, sans jugement de valeur de la vie marginale de cette génération sous influence américaine[3].

En , il intègre les équipes de Paris Match, puis du Figaro Magazine, rejoint l’agence Gamma en 1979 suivi par Sipa entre 1980 et 1988[4],[5],[6],[7].

Années 1980[modifier | modifier le code]

Alternant reportages de presse et longs formats, Yan Morvan se trouve à Londres à l’essor du mouvement punk, en 1980. Il part ensuite à destination de Bangkok. Les réfugiés cambodgiens y fuient les khmers rouges, il y témoigne de l’esclavage sexuel des paysans thaïs. Le reportage parait dans le magazine Photo quelques mois plus tard[8],[9].

En , il intègre les équipes de Sipa, s’affirme au fur et à mesure grâce à quelques sujets : la Turquie, la guerre Iran-Irak, le conflit nord-irlandais ainsi que le mariage de Lady Diana[10],[11],[12].

L'intervention de l'armée israélienne au Liban en marque le début de l'opération Paix en Galilée. Yan Morvan est y dépêché par l'agence Sipa pour Newsweek et restera quatre ans au Liban. Son traitement du conflit est sans parti pris, il souhaite restituer fidèlement les épisodes de ce conflit majeur des années 1980. Il décide de réaliser un reportage poignant à la chambre photographique Linhof Technika 4 x 5 grand format le long de la Ligne verte, ce no man's land qui sépare Beyrouth et les belligérants. Il y photographie les combattants, les civils et les ruines. Ce travail photographique, historique et ethnologique exceptionnel a failli lui couter la vie à de nombreuses reprises. Le matériel photographique est lourd et peu adapté à ce type de terrain, mais permet de témoigner pleinement de la situation[3]. Il remporte deux World Press Photo[13],[14] et une mention pour le Robert Capa Award[15].

Il couvre les conflits pour la presse internationale (Ouganda, Mozambique, Rwanda, Afghanistan, Cambodge, Irak, jusqu’à la Bosnie en 1999) et les sujets de fond sur les gangs, l’amplification de la fracture sociale. Il est pris en otage et torturé pendant trois semaines par le tueur en série Guy Georges[16],[17],[18].

Années 1990[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, Yan Morvan crée avec Patrick Frilet le EMI-CFD et, avec Jean-François Bauret et Didier de Fays, le premier magazine français de photographie sur internet : Photographie.com ainsi que la Bourse du talent. Il collabore également avec Thierry Ardisson dès le début du magazine Entrevue et l'avènement du porno chic[19],[20],[21],[22].

Années 2000[modifier | modifier le code]

Les années 2000 débutent avec la sortie de Gang aux éditions Marval, rétrospective de trente années de travail photographique. En 2004 débute le projet Champs de batailles qui durera dix années. Équipé d’une chambre photographique Deardorff 20x25, Yan Morvan photographie les lieux de batailles en France, Europe, Amérique, Asie, Afrique et océan Pacifique. En 2015, un livre de 660 pages parait aux éditions Photosynthèses et réunit 250 champs de batailles pris en photos et commentés par Yan Morvan. La série est exposée aux Rencontres de la photographie d'Arles en 2016 et rentrera dans la collection du musée de l'Armée[23],[24],[25],[26],[27].

Années 2010[modifier | modifier le code]

Yan Morvan (2012)

En 2012 et 2016 sortent aux Éditions La Manufacture deux livres, Gang Story et Blousons noirs, témoignages de l’évolution des bandes, puis Yan Morvan entreprend avec le photographe Éric Bouvet, le projet Hexagone. Il sillonne la France afin de faire le portrait des français avec sa chambre photographique[28],[29].

L’année suivante sortent Bobby Sands (ed. André Frère) qui remporte le prix Hip et sera exposé à Visa pour l'image, Les Années de fer (ed. Serious Publishing) et Battlefield, version américaine de Champs de bataille aux éditions Abbeville. L’année suivante sera marquée par sa première expo solo à Paris Photo (galerie Sit Down)[30],[31],[32].

Années 2020[modifier | modifier le code]

En 2020, Yan Morvan expose, dans le cadre des Rencontres d'Arles, une introduction du projet Hexagone, publie son récit sur le Pigalle des années des 1990 (ed. La Manufacture de livres) et présenté à la Auer Photo Foundation à Genève[33],[34],[35].

2021 marque la sortie de 1981, récit photographique de l'accession au pouvoir de François Mitterrand qui donnera lieu à plusieurs expositions (galerie Marlat, Initial Labo, place de la Bastille et à l'Institut François-Mitterrand)[36]. Pour les 50 ans du mouvement du Larzac, un livre aux éditions La Manufacture de livres est publié en août, accompagné d’une exposition. Il intègre également la collection d’artistes édités par Agnès b.[37].

Yan Morvan travaille avec l'éditeur Industrie Culturelle (sous la direction de Quentin Euverte) sur la parution de ses archives sous forme de chroniques photographiques bimensuelles, parmi lesquelles Hexagone ou l’Amérique, qu’il a photographiée durant quarante ans, et la fracture sociale des années 1990[38].

Il édite trois hors-séries avec l'éditeur Industrie Culturelle, l'un consacré l'édition 1998 du festival Burning Man et l'autre à la guerre civile en Ouganda[39],[40]. Début 2022, la maison d'édition britannique Café Royal édite deux fascicules consacrés à ces photographies réalisées sur la sous-culture punk et les émeutes entre 1979 et 1981[41].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Yan Morvan est successivement formateur à l'École nationale supérieure de la photographie d'Arles, au CFD (responsable du stage photo avec Patrick Frilet à partir de 1991), au Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (Centre de formation professionnelle des journalistes)[42].

Expositions[modifier | modifier le code]

Yan Morvan a exposé dans plusieurs festivals photos et dans une sélection de galeries d'art.

En 1980, il expose au sein de la Canon Gallery à Genève[43].

En 1986, il est sélectionné par le Walker Art Center de Minneapolis dans le cadre d'une rétrospective sur le photojournalisme. Il présente la même année sa série Liban au sein du Théâtre antique lors des Rencontres de la photographie d'Arles. Les photos sont présentées ensuite à la Nei Liicht foto-galerie, au Luxembourg[44][source insuffisante].

En 1987, il participe à l'exposition de groupe Eyewitness, 30 ans de World Press, au sein de la l'International Center of Photography, à New York[45].

En l'an 2000, sa série de portraits de jeunes victimes de la route, fruit d'une commande pour le Fonds national d'art contemporain, a été exposée au festival international de photojournalisme Visa pour l'image. Du au , la collection photographique de la Fnac réalise une exposition collective dans le palais de l'archevêché à l'occasion des Rencontres de la photographie d'Arles. La curation est confiée à Martin Parr. Yan Morvan y expose plusieurs photos au côté, en autres, de Berenice Abbott, Eugène Atget, Brassaï, Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Josef Koudelka et Marc Riboud.

Du au , il expose ses images du Mur de Berlin au Festival des promenades de Vendôme[46].

Du au , à l'occasion de la sortie du livre Gang Story, il expose au sein de la galerie La Mauvaise Réputation à Bordeaux[47],[48].

La galerie MGF de Paris organise en 2014 une exposition nommée Schizophrenia qui mélange des instantanés Polaroids pris lors de ces reportages sur la guerre en Irak, la famine au Rwanda, l'industrie de la pornographie en Californie[49]. Du au , la galerie Sit Down de Paris expose la série Gang[50].

En 2016 les Rencontres de la photographie d'Arles proposent une exposition de 80 photos issues de sa série Champs de bataille[51],[52],[53],[54]. Cette exposition rentre dans la thématique du festival « Après la guerre ». Elle met en parallèle le travail de Yan Morvan à celui de Don McCullin[55]. Marco Zappone, commissaire de l'exposition résume ainsi le travail du photographe sur cette série « Dans ses Champs de bataille, Yan Morvan ne tente pas de répondre à cette question, mais il la laisse à l’appréciation du lecteur. En revanche, au bout de cet effort inouï, il découvre avoir prolongé son travail de photographe de la guerre, l’ayant captée sur pellicule à travers le génie intemporel des lieux[56] ». Yan Morvan expose simultanément à Arles sa série Blousons noirs à la galerie Huit/Sit Down[57]. L'exposition Champs de bataille sera également exposée au musée de Millau et des Grands Causses[58],[59], à la galerie T&L de Paris[60]. L'exposition sera ensuite montrée à Corbeil (Essonne) du au dans le cadre du Mois de la photo du Grand Paris, puis au Festival MAP à Toulouse, du au [61].

L'année 2018 est marquée par la sortie du livre Bobby Sands. De nombreuses expositions sont organisées à cette occasion : le Festival photo Visa pour l'image à Perpignan (du au )[62], le Festival Photo Doc à Paris (du 4 au )[63], la Fondation Auer Ory pour la photographie à Hermance, en Suisse (du au )[64] puis à Chalon-sur-Saône durant le Festival War on Screen [65].

La galerie La Mauvaise Réputation à Bordeaux expose deux séries de Yan Morvan dans le cadre de la saison culturelle « Bordeaux 2019 ». Anarchy in the UK consacré à la scène londonienne du début des années 1980 et Dissident, une plongée dans l'univers des gangs et des blousons noirs[66]. La même année il expose Anarchy in the UK à la galerie Sit Down à Paris (du au ).

En 2020, il expose Eat the Rich à La Jetée (Montpellier)[67],[68]. Le commissaire d'exposition, Valentin Courtine, présentant les séries Le Cuir et le Baston et les Années de fer. La sortie du livre 1981 est accompagnée de plusieurs événements, sa première expo entièrement composée de tirages platines chez Initial LABO, (Boulogne-Billancourt)[69],[70] une exposition de tirages vintage à la galerie Thierry-Marlat (Paris)[71]. Une grande exposition autour de la place de la Bastille[72],[73] organisée par l'Institut François-Mitterrand est organisé du 10 au à l'occasion de l'anniversaire de son accession au pouvoir.

Deux photographes de Yan Morvan font partie de l'exposition "Napoléon ?, Encore", dédiée à Napoléon au sein du Musée de l'Armée, aux côtés de Yan Pei-Ming ou bien Marina Abramovic [74]

La Maison des arts du Léman expose à partir de , Première ligne et présente différentes séries dont de nombreux tirages Cibachrome[75].

  • 1979 : L'Autoroute, Canon Gallery, Genève, Suisse
  • 1982 : L'État de grâce, FNAC galerie Étoile, Paris
  • 1983 : Beyrouth, 90 jours en été, galeries Fnac Forum
  • 1984 : L'Année en couleur, Sipa-Press galerie FNAC Paris
  • 1985 : Photographe de guerre, galerie Beaubourg, Paris
  • 1985 : Un voyage indien, galerie du Château d'eau, Toulouse
  • 1986 : Liban, Arles, Théâtre antique, Rencontres de la photographie
  • 1986 : Yan Morvan, la guerre au Liban, Nei Liicht Foto-Galeri, Luxembourg
  • 1986 : On the Line : The New Color Photo Journalism Walker Art Center Minneapolis
  • 1986 : La Ligne verte, FNAC galerie Montparnasse, Paris
  • 1987 : Eyewitness, 30 Years of World Press Exhibition International Center of Photography, New York City (exposition de groupe)
  • 1988 : Collection de photos FNAC, galerie FNAC Grenoble
  • 1988 : 50 Photographes à Grégolimano, Grèce
  • 2000 : Victimes de la route, Visa pour l'image, Perpignan
  • 2000 : Portraits de guerres, Galerie Mise au point
  • 2004 : exposition collective, Rencontres photographiques d'Arles
  • 2010 : Mur de Berlin, Festival promenades de Vendôme
  • 2013 : Gangs, La Mauvaise Réputation, Bordeaux [47]
  • 2014 : Gangs, galerie Sit Down, Paris[2]
  • 2014 : Schizophrenia, galerie MGF, Paris
  • 2016 : Blousons Noirs, galerie Thierry Marlat, Paris
  • 2016 : Champs de Bataille, T&L Galeri, Paris
  • 2016 : Champs de Bataille, La Mauvaise Réputation, Bordeaux
  • 2016 : Les Rencontres parisiennes de la photographie, Paris[76]
  • 2016 : Champs de Bataille, Rencontres de la photographie, Arles[77]
  • 2017 : Blousons noirs, festival L’Œil urbain, Corbeil-Essonnes
  • 2017 : Blousons noirs, festival MAP, Toulouse[78]
  • 2017 : Champs de Barailles, Festival No'Photo, Genève
  • 2018 : Bobby Sands, Photo Doc, Paris
  • 2018 : Bobby Sands, Visa Pour l'image, Perpignan[79]
  • 2019 : Bobby Sands, Fondation Auer, Hermance (Suisse)[80]
  • 2019 : Bobby Sands, Chalon-sur-Saône[81]
  • 2019 : Esprits rebelles, galerie LMR et Hôtel de Ragueneau, Bordeaux[82],[83]
  • 2019 : Liban, la ligne verte, galerie Folie, Paris[83]
  • 2019 : Liban , la ligne verte, Chalon-sur-Saône[81]
  • 2019 : Anarchie au Royaume-Uni, galerie Sit Down ,Paris[2]
  • 2020 : Eat the Rich, La Jetée, Montpellier
  • 2020 : Hexagone, Rencontres de la photographie d'Arles, gare de Lyon et gare d'Avignon[84].
  • 2021 : 1981, exposition place de la Bastille, Institut François Mitterrand[36]

Publications[modifier | modifier le code]

Les Archives Yan Morvan[modifier | modifier le code]

La répétition des guerres et les régulières évolutions des populations marginalisées ont fait comprendre à Yan Morvan qu'il pouvait utiliser ces photos d'archives pour mieux illustrer les phénomènes actuels[93].

Il met en pratique ce concept en publiant alternativement des sujets contemporaines et d'archives. Liban, publié en 2018 et dont les photos datent de 1882 à 1985 est un avertissement à la situation au Moyen Orient[94]. Pour illustrer le Brexit, Yan Morvan sort en 2018 et 2019 deux livres, Bobby Sands, sur l'enterrement du nationaliste irlandais en 1981, puis Les Années de fer sur l'Angleterre de Margareth Tatcher[95].

BKK, traitant de la condition des travailleuse du sexe en Thaïlande en 1979 est un message fort sur la condition féminine en 2019, Pigalle sortis en 2020 entre les deux confinements, nous plonge dans l'univers des nuits parisiennes des années 1990[96].

En 2020, Yan Morvan décide de s'associer à l'éditeur Industrie Culturelle (IC) afin de développer un magazine bimensuel édité à 300 exemplaires. Les sujets, puisés dans les archives de Yan Morvan, vont constituer une collection de plus 100 magazines et livres[97],[98]. Ce projet est édité par Quentin Euverte.

  • Digue des Français, No 1,
  • Lady Diana, No 2,
  • Lourdes, No 3,
  • Squat Didot, No 4,
  • Liban-Inédits, No 5,
  • Fetish Girls (2002), No 6,
  • Max Hardcore, No 7,
  • Arafat (1982), No 8,
  • E-Junk (2002), No 9,
  • Saintes-Maries de la Mer, No 10,
  • Kosovo (1999), No 11,
  • Furries (2002), No 12,
  • Palace, No 13,
  • Sextoys, No 14,
  • Teresa, No 15,
  • Berlin 81, No 16,
  • Culturisme, No 17,
  • Légion, No 18,

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Ses reportages de guerre lui valent une mention pour le prix Robert-Capa, pour son travail au Liban en 1983[15] et deux prix du World Press Photo en 1984[13],[14].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Yan Morvan », sur www.vice.com (consulté le )
  2. a b et c Dominique Poiret, « Yan Morvan, bandes toujours », sur Libération (consulté le ).
  3. a et b « Yan Morvan, l’insurrection dans le viseur », sur France Culture (consulté le )
  4. Jean-Louis Vinet, « http://www.a-l-oeil.info/blog/2021/02/20/podcast-yan-morvan-lartiste-1ere-partie/ » (consulté le ).
  5. « Yan Morvan, Photographe, est notre invité », sur 9 Lives Magazine, (consulté le )
  6. a et b Michel Puech, « Yan Morvan, reporter de l’extrême », sur Club de Mediapart (consulté le ).
  7. « Yan Morvan, l’insurrection dans le viseur », sur France Culture (consulté le ).
  8. « BKK, souvenirs fiévreux de Thaïlande par Yann Morvan », sur Fisheye Magazine - Un magazine de photo contemporaine, (consulté le ).
  9. « Bangkok - The Leica camera Blog », sur www.leica-camera.blog (consulté le ).
  10. Sébastien Sigaut, « Yan Morvan: reporter de guerre, un demi-siècle de photographie, la mort aux trousses! - Caractères » (consulté le ).
  11. Antoine Mbemba, « Le punk des années Thatcher en photos », sur i-D, (consulté le ).
  12. Grazia.fr, « PHOTOS - Irlande, les années de plomb immortalisées par Y... - Grazia », sur www.grazia.fr, (consulté le ).
  13. a et b « 1984 Yan Morvan SN2 | World Press Photo », sur www.worldpressphoto.org (consulté le ).
  14. a et b « 1984 Yan Morvan SNS3-BI | World Press Photo », sur www.worldpressphoto.org (consulté le )
  15. a et b (en-US) « The Robert Capa Gold Medal 1983 », sur OPC (consulté le ).
  16. Vladimir de Gmeline, « Yan Morvan, la guerre au quotidien », sur www.marianne.net, 2018-12-21utc12:52:31+0000 (consulté le ).
  17. (en-US) « Yan Morvan: The French photographer who flirts with death for every shot », sur Huck Magazine, (consulté le ).
  18. « La Bête et moi », sur www.vice.com (consulté le ).
  19. (en-US) « Call for applications : Bourse du Talent #69 », sur The Eye of Photography Magazine, (consulté le ).
  20. « Picto - Bourse du talent », sur Picto (consulté le ).
  21. « les 25 ans de l'EMI-CFD », sur Pierre Morel, (consulté le ).
  22. fidel, « La formation au photojournalisme de l'émi devient diplômante », sur École des Métiers de l’Information, (consulté le ).
  23. Slate.fr, « Gangs, de Yan Morvan », sur Slate.fr, (consulté le ).
  24. Service Style, « Yan Morvan, photographe de gangs: "Ils se battaient à coups de chaînes pour s’affirmer en tant qu’hommes" - Les Inrocks », sur https://www.lesinrocks.com/ (consulté le ).
  25. « Éditions Photosyntèses, Arles, Yan Morvan - Champs de bataille » (consulté le ).
  26. a et b « Champs de Bataille -par Yan Morvan », sur L'Œil de la Photographie Magazine, (consulté le )
  27. a et b L'Oeil de la photographie, « Champs de Bataille de Yan Morvan », (consulté le ).
  28. « "Hexagone", une exposition d’Éric Bouvet et de Yan Morvan », sur www.culture.gouv.fr (consulté le ).
  29. UPP, « Rencontre avec Yan Morvan - Hexagone - Une campagne photographique en France », sur www.upp.photo (consulté le ).
  30. (en-US) « Yan Morvan – Bobby Sands », sur The Eye of Photography Magazine, (consulté le ).
  31. (en) « Yan Morvan », sur Visa pour l’image (consulté le )
  32. (en-US) « Paris Photo 2019 : Yan Morvan / Sit Down Gallery », sur The Eye of Photography Magazine, (consulté le ).
  33. Les Rencontres d'Arles, « Éric Bouvet & Yan Morvan Hexagone », sur www.rencontres-arles.com (consulté le )
  34. « Pigalle », sur www.lamanufacturedelivres.com (consulté le ).
  35. « Suisse - Hermance • Exposition photo "Belfast, mai 1981" de Yan Morvan (Fondation Auer Ory pour la photographie) | Agenda », sur Competence Photo- Le magazine photo 100% pratique (consulté le ).
  36. a et b Manuel Mercader, « Exposition, livres, magazines : Yan Morvan raconte l'année 1981 en photos », sur www.marianne.net, (consulté le )
  37. « t-shirt mixte Yan Morvan blanc, agnès b. », sur www.agnesb.eu (consulté le ).
  38. (en-GB) « Archives - Yan Morvan » (consulté le ).
  39. « Yan Morvan - Burning Man '98, le dernier consacré aux Hip-Hop en France dans les années 80 », sur www.polka.paris (consulté le )
  40. (en-GB) « About » (consulté le )
  41. (en) « The big picture: Yan Morvan captures counterculture in Thatcher’s London », sur the Guardian, (consulté le )
  42. (en-US) « Interview with Yan Morvan », sur FK (consulté le ).
  43. « photoCH », sur www.foto-ch.ch (consulté le )
  44. « Centre d'Art - Ville de Dudelange - Dominique Lang / Nei Liicht - En cours », sur Centre d'Art - Ville de Dudelange (consulté le )
  45. (en-US) « ICP celebrates 40 years », sur The Eye of Photography Magazine, (consulté le )
  46. Michel Puech, « Yan Morvan devant l'expositon Berlin-Vendôme Promenades photographiques à Vendôme 2010 Photographie ©Michel Puech » (consulté le ).
  47. a et b « Galerie La Mauvaise Réputation - Gangs Story Une exposition de Yan Morvan », sur lamauvaisereputation.free.fr (consulté le ).
  48. « Rencontre avec Yan Morvan, reporter à la « mauvaise réputation » », sur Profondeur de champs, (consulté le ).
  49. Isidore, « Yan Morvan – Schizophrenia – Trendhustler » (consulté le )
  50. « vues d'expo », sur etudiants.esae.fr (consulté le ).
  51. « Vidéo. Yan Morvan, photographe de guerre, à Arles : « J’ai l’œil du soldat et l’esprit du guerrier » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Les Rencontres d'Arles, « Yan Morvan », sur www.rencontres-arles.com (consulté le )
  53. « Arles 2016 - Les Champs de bataille de Yan Morvan », sur www.lesnumeriques.com, (consulté le )
  54. Shirley Doukhan, « Le meilleur des rencontres d'Arles 2016 », sur AD Magazine, (consulté le )
  55. Brigitte Hernandez, « Rencontres d'Arles - Arles prend toutes les libertés », sur Le Point, (consulté le )
  56. Les Rencontres d'Arles, « Yan Morvan », sur www.rencontres-arles.com (consulté le )
  57. (en-US) « Yan Morvan – Photographe – Sit Down gallery – sitdown.fr », sur Sitdown (consulté le )
  58. « « Champs de bataille », une belle exposition photo à Millau », sur France 3 Occitanie (consulté le )
  59. « exposition Yan Morvan - Champs de bataille », sur www.museedemillau.fr (consulté le ).
  60. Dominique Poiret, « Yan Morvan : «Les blousons noirs faisaient peur à l’époque où je les prenais en photo» », sur Libération (consulté le ).
  61. « Photos. Festival MAP à Toulouse : histoires, récits et albums de famille », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. « Bobby Sands – Belfast, mai 1981 », sur Visa pour l’image (consulté le ).
  63. (en) « livre Yan Morvan — Photo Doc », sur photodocparis.com (consulté le )
  64. « Suisse - Hermance • Exposition photo Belfast, mai 1981 de Yan Morvan (Fondation Auer Ory pour la photographie) | Agenda », sur Competence Photo - Le magazine photo 100% pratique (consulté le )
  65. « Le photographe Yan Morvan expose durant War on screen, à Châlons », sur Journal L'Union abonné, (consulté le )
  66. « Galerie La Mauvaise Réputation - Yan Morvan Esprits Rebelles », sur lamauvaisereputation.free.fr (consulté le ).
  67. L'Art-vues, « "Eat the Rich", une expo de Yan Morvan à La Jetée à Montpellier », sur L'Art-vues, (consulté le )
  68. « Actualité », sur Site de La Jetée ! (consulté le )
  69. Ville de boulogne-billancourt, « "Platine '81" de Yan Morvan chez Initial Labo », sur Ville de boulogne-billancourt : Site Internet (consulté le )
  70. « Flash-back en 1981 avec "Platine '81" de Yan Morvan, l'exposition - Photo.fr », sur www.photo.fr (consulté le )
  71. (en-US) « Galerie Thierry Marlat : Yan Morvan : 1981 », sur The Eye of Photography Magazine, (consulté le )
  72. « “1981”, l’hymne à la joie de Yan Morvan », sur Polka Magazine, (consulté le )
  73. « La France de 1981 en 5 clichés historiques signés Yan Morvan », sur Numéro Magazine (consulté le )
  74. (en) « Napoleon? Encore! », sur Musée de l'Armée (consulté le ).
  75. Maison des arts du Léman 2021, Yan Morvan Première ligne.
  76. « Yan Morvan parrain de l'édition 2016 », sur Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine, (consulté le )
  77. « Arles 2016 - Les Champs de bataille de Yan Morvan », sur www.lesnumeriques.com, (consulté le )
  78. « Yan Morvan : « Le numérique, c'est M.Propre » », sur ladepeche.fr (consulté le )
  79. « L'Interview flash de Yan Morvan », sur Polka Magazine, (consulté le ).
  80. « "Belfast 1981", lʹIrlande dans le (rétro)viseur - Radio », sur Play RTS (consulté le )
  81. a et b « Les guerres racontées en images par Yan Morvan », sur L'Hebdo du Vendredi (consulté le ).
  82. « Yan Morvan - Esprits Rebelles », sur Bordeaux Art Contemporain (consulté le )
  83. a et b « Bordeaux : le conflit nord-irlandais dans l’oeil de Yan Morvan », sur SudOuest.fr (consulté le )
  84. « "Hexagone", une exposition d’Éric Bouvet et de Yan Morvan », sur www.culture.gouv.fr (consulté le ).
  85. « Le Cuir et le Baston », sur hanslucas.com (consulté le ).
  86. Jean-Paul 2, « Yan Morvan, Mondo sex », sur lelitteraire.com (consulté le ).
  87. « Entretien avec le photojournaliste Yan Morvan - Le Monde de la Photo », sur lemondedelaphoto.com (consulté le ).
  88. « Champs de bataille : entretien avec le photographe Yan Morvan », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne [vidéo], consulté le ).
  89. « Le photographe Yan Morvan s'encanaille avec les Blousons noirs », sur ActuaLitté.com (consulté le ).
  90. Paris Match, « Yan Morvan: les gangs de France en images », sur parismatch.com (consulté le ).
  91. « Le livre Race with the devil », sur Chazster, (consulté le ).
  92. (en) « The big picture: Yan Morvan captures counterculture in Thatcher’s London », sur the Guardian, (consulté le )
  93. « Yan Morvan, l’insurrection dans le viseur », sur France Culture (consulté le )
  94. « Au cœur de la guerre, Liban, un livre poignant de Yan Morvan », sur Fisheye Magazine - Un magazine de photo contemporaine, (consulté le )
  95. Antoine Mbemba, « Le punk des années Thatcher en photos », sur i-D, (consulté le )
  96. « Dans le Pigalle des années 1990 », sur www.vice.com (consulté le )
  97. Manuel Mercader, « Exposition, livres, magazines : Yan Morvan raconte l'année 1981 en photos », sur www.marianne.net, 2021-05-01utc10:33:01+0200 (consulté le )
  98. « archives » (consulté le )
  99. Yan Morvan, « Base de données du Musée de l’Armée - Invalides », sur Musée de l’Armée (consulté le )
  100. « Collection du Centre national des arts plastiques Yan Morvan, 1954, France », sur www.cnap.fr (consulté le ).
  101. (en-US) Grace Glueck, « Gallery View; Photojournalism that colors the news in many ways », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  102. (en) « Anarchy in the United Kingdom : Photographs by Yan Morvan » [PDF], sur sitdown.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]