Varta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
logo d´enseigne Varta

Varta A. G. est une entreprise et une marque de piles électriques, de batteries d'accumulateurs et de chargeurs, appartenant au groupe américain Spectrum Brands. Varta a été fondée en 1904 en Allemagne.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 27 décembre 1887, Adolph Müller fonde Accumulatoren-Fabrik Tudorschen Systems Büsche & Müller oHG à Hagen (Westphalie), face à l'énorme potentiel du marché pour les accumulateurs électriques à ce moment-là. En 1888, la société commence à fabriquer des batteries au plomb conçues par Henri Owen Tudor, un ingénieur luxembourgeois. En janvier 1889, l'usine d'accumulateur est renommée Tudor System Müller & Einbeck oHG. Face à ses concurrents que sont Siemens et AEG, Adolph Müller fonde Accumulatoren-Fabrik Aktiengesellschaft (AFA) le 1er janvier 1890 avec la participation des sociétés susmentionnées et avec la coopération de la Deutsche Bank. En 1897, l'AFA déménage son siège à Berlin.

Au début du XXe siècle, l'entreprise se développe rapidement. En 1912, environ 4 000 employés allemands génèrent des ventes d'environ 31,4 millions de marks. Jusqu'en 1914, de nombreuses usines et filiales ont été créées ou acquises en Allemagne et à l'étranger.

En 1904, est fondée Varta GmbH : c'est la filiale et le distributeur de l'AFA, qui commence la production de petites batteries au plomb-acide portable. Elles étaient utilisés pour les lampes de poche, les télégraphes et les dispositifs de signalisation. À partir des années 1920, il y avait aussi des batteries de démarrage pour automobiles. Dès 1904, la première batterie sous-marine est livrée. Pendant la Première Guerre mondiale, la production est de plus en plus adaptée aux besoins de l'armée. Par exemple, l'usine de Hagen est le seul producteur de batteries sous-marines dans le Reich allemand. Par conséquent, l'Amirauté britannique a planifié ses raids aériens durant la Première Guerre mondiale sur l'usine AFA à Hagen.

Cette usine est ensuite rachetée par Günther Quandt, ancien fournisseur d'uniformes des armées allemandes, après la Première Guerre mondiale, et qui est ensuite devenue le fournisseur officiel de piles et accumulateurs de la Wehrmacht, la marine de guerre allemande (Kriegsmarine) (pour les batteries de sous-marins) et de l'armée de l'air allemande (Luftwaffe), bien avant la Seconde Guerre mondiale, durant le Troisième Reich.

Günther Quandt dirigeait alors l'entreprise avec son fils Herbert Quandt (en). Les deux hommes se rapproche du NSDAP dès 1931, par le biais de Goebbels, qui avait épousé l'ancienne épouse de Günther. En 1940, par le biais des nazis, Günther Quandt force Dominique Laval, patron de la filiale luxembourgeoise de Tudor System a cédé ses actions, qui refuse : Laval est arrêté et déporté. En mars 1943, l'AFA commence à exploiter comme personnel des travailleurs forcés, provenant du camp de camp de concentration de Neuengamme : ces déportés sont sélectionnés et forcés à travailler dans l'usine de Hannover-Stöcken (KZ Hannover-Stöcken (Akkumulatorenwerke) (de)). Leur nombre est évalué à plusieurs milliers. Leurs conditions de travail sont les suivantes : transformés en esclave, non protégés, ils subissent les effets des substances nocives nécessaires à la production, des milliers de batteries qui ont notamment équipé les U-Boote et les missiles V2[1], sans parler des cadences infernales ; leur espérance de vie est de six mois en moyenne. De nombreux survivants ont témoigné[2].

Après 1945, et la période de dénazification, l'AFA échappe au démantèlement, Quandt père et fils sont blanchis : Benjamin Ferencz, principal accusateur public lors des procès des Einsatzgruppen (1947-1948), témoignera en 2007, que, si les Quandt, par dissimulations et mensonges, ont pu échappé aux sanctions, c'est surtout à cause d'une erreur de la part des autorités britanniques qui ont oublié de transmettre aux tribunaux les dossiers mettant en accusation les deux hommes[3]. L'entreprise sera plus tard renommée Varta, et reste longtemps contrôlée par la famille Quandt — qui est par ailleurs le principal actionnaire de BMW.

Dans les années 1950, les piles transportables devinrent un des produits phares de l’entreprise. En 1962, l’entreprise change de nom pour Varta, un acronyme de cinq mots allemands : Vertrieb [ventes], Aufladung [chargement], Reparatur [réparation] et Transportabler Akkumulatoren [accumulateurs transportables]. En 1997, le département pile transportable fusionne en une entité appelée Varta Gerätebatterie GmbH.

Rachat américain[modifier | modifier le code]

En 2002, la société américaine Spectrum Brands Inc, également propriétaire de la marque de piles Rayovac[4],[5], rachète une partie du capital de Varta. L’entreprise forme une coentreprise avec Rayovac Corporation, une société également américaine, et change de nom pour Varta Consumer Batteries. En 2004, Varta lance le premier chargeur du marché qui peut recharger les accumulateurs en seulement quinze minutes : Varta 15 minutes (IC3). Depuis 2005, Varta est une filiale à 100 % du groupe Spectrum Brands. En 2006, Varta développe des nouvelles séries de torches électriques pour enfants. En 2007, le Power Station est un chargeur simple d’utilisation et compact, qui possède huit plots de recharge et une boîte de rangement pour les piles. En 2008, Varta présente le chargeur USB numérique Varta équipé d’une fonction USB in et out pour les lecteurs MP3, les appareils photos numériques et autres appareils.

Une paire d'accumulateurs nickel-cadmium Varta.
Une Varta Combi charger avec une paire d'accumulateurs nickel-cadmium Varta.
Lithium-Ionen-Accumulator.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Ralf Blank (de), « Hagen 1939-1945 – Batterien für U-Boote und “V-Waffen” », 1995, Historisches Centrum Hagen. consulté le 24 mai 2013.
  2. Film Das Schweigen der Quandts (Le Silence des Quandt), diffusé par la Norddeutscher Rundfunk, en novembre 2007.
  3. Das Schweigen der Quandts, op. cit., 2007, vers la 45e min.
  4. Film Une fortune au-dessus de tout soupçon, diffusé sur Arte, 12 novembre 2008.
  5. Le site de Spectrum Brands.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :