ThyssenKrupp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

ThyssenKrupp AG

Description de l'image ThyssenKruppLogo.svg.
Création 1999 (fusion)
Forme juridique Aktiengesellschaft (société anonyme)
Action FWB : TKA
Slogan «Next Level»
Siège social Drapeau d'Allemagne Essen et Duisbourg (Allemagne)
Direction Heinrich Hiesinger (PDG)[1]
Activité Sidérurgie
Effectif 162 372 (2013/14)[2]
Site web www.thyssenkrupp.com
Chiffre d’affaires 41,2 milliards d'€ (2013/14)[2]
Résultat net 195 M€ (2013/14)[2]
Le siège social de l'entreprise

ThyssenKrupp AG est un groupe de sidérurgie allemand officiellement créé en de la fusion de Friedrich Krupp AG Hoesch-Krupp et de Thyssen AG[3]. Ayant des filiales sur plusieurs continents, ses sièges sociaux se situent à Essen et Duisbourg. Le précédent siège social se situait à Düsseldorf.

ThyssenKrupp emploie plus de 180 000 personnes et se structure en cinq branches : Aciers, Automobiles, Ascenseurs, Technologies, Services.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le précédent siège à Düsseldorf

En , Friedrich Krupp AG Hoesch-Krupp, basé à Essen, tente de prendre le contrôle de Thyssen AG, sis à Düsseldorf, sans succès, suite à une fuite d'information d'une des banques impliquées dans la potentielle transaction. S'ensuit une vague de protestations et de manifestations du personnel de Thyssen AG, qui mènent notamment près de 30 000 employés devant le siège de la Deutsche Bank à Francfort. Krupp et Thyssen décident alors d'entamer des négociations en vue d'une fusion, décidée en et réalisée en .

En , le groupe Arcelor lance une OPA agressive sur la société canadienne Dofasco. Pour contrer cette offensive, ThyssenKrupp est intervenu en lançant une offre d'achat amicale de 3,5 milliards d'euros, représentant une prime de 9,8 % par rapport à l'offre hostile d'Arcelor[4],[5]. Le deal se boucle fin à 4,6 milliards $[6].

Le , la Commission européenne a condamné les quatre principaux fabricants mondiaux d'ascenseurs (ThyssenKrupp, Kone, Otis et Schindler) pour avoir pris part à une entente illicite sur le marché des ascenseurs et des escaliers mécaniques, qui viole les règles de la concurrence inscrites dans les traités européens. ThyssenKrupp a été condamnée à verser une amende de 479 millions d'euros au budget européen[7].

En novembre 2013, ThyssenKrupp vend ses activités américaines à une offre commune d'ArcelorMittal et de Nippon Steel & Sumitomo Metal pour près de 200 milliards de yen soit 1,97 milliards de dollars[8].

En juin 2014, ThyssenKrupp vend un chantier naval dédié aux sous-marins situé en Suède à Saab pour 50 millions d'euro[9].

En décembre 2014, ThyssenKrupp acquiert l'entreprise de maintenances d'élévateurs Lift & Engineering Services pour un montant inconnu[10].

En 2015, licenciement boursier de 258 personnes sur le site d'Angers (France).

Filiales[modifier | modifier le code]

Aciérie Companhia Siderúrgica do Atlântico à Santa Cruz (Rio de Janeiro).

Chiffres d'affaires[modifier | modifier le code]

Chiffre d'affaires de ThyssenKrupp Ascenseurs de 2007 à 2011[11]:

Date 31/12/2007 31/12/2008 31/12/2009 31/12/2010 31/12/2011
CA 340 217 035 € 380 911 874 € 406 335 317 € 376 099 000 € 366 578 462 €
Résultat net 36 663 493 € 44 546 158 € 41 761 873 € 34 523 000 € 31 553 009 €

Controverses[modifier | modifier le code]

Le procès de six responsables de ThyssenKrupp pour homicide volontaire s'est ouvert le . Cela fait suite à l'explosion d'un laminoir à Turin le qui avait entraîné la mort de sept ouvriers brûlés vifs[12]. En , la justice italienne a condamné Harald Espenhahn, directeur général de la branche acier du groupe, à 16 ans et demi de prison, après l'avoir reconnu coupable de la mort des sept ouvriers. Cinq autres cadres du groupe ont été condamnés à des peines allant de 10 à 13 ans[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]