Vandal-cliche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vandal-cliche B
Vandal-cliche
Caractéristiques phénologiques
Floraison

Le vandal-cliche B est un cépage blanc québécois.

Origine[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Ce cultivar a été obtenu en 1989 par Joseph-O. Vandal et Mario Cliche à partir des cépages grands-parents aurore, chancellor, Prince of Wales et vitis riparia[1]

Aire géographique[modifier | modifier le code]

Le vignoble de Sainte-Pétronille fut le premier à en cultiver de manière commerciale. Depuis, il a été adopté par bon nombre de vignobles québécois[2] et sert notamment à l'élaboration de mistelles sur l'Île d'Orléans.

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

Le plant atteint à maturité une hauteur de 2 m et une largeur de 1 m. Il produit des grappes compactes de raisins blancs de grosseur moyenne.

Aptitudes[modifier | modifier le code]

Culturales[modifier | modifier le code]

Sa grande rusticité lui permet de résister au froid : jusqu'à -35 °C sans protection.

Sensibilité aux maladies[modifier | modifier le code]

Le vandal-cliche est sensible à de multiples maladies (dont le mildiou, le chancre et l'excoriose[3]), ce qui nécessite de le cultiver sur des sites venteux et ensoleillés.

Aptitudes œnologiques[modifier | modifier le code]

Le vandal-cliche est dit rustique et précoce, très productif (10 tonnes par acre[3]) et de belle maturité, ce qui le rend très adapté aux vignobles les plus septentrionaux.

Récolté avant maturité pour éviter le goût foxé, il produit d'excellents vins aux arômes de poire, de pomme et de melon[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La vigne Vandal-Cliche sur potagersdantan.wordpress.com, consulté le 9 septembre 2011.
  2. (en) Wineries using the Vandal Cliche Grape, consulté le 9 septembre 2011.
  3. a et b (en) Vandal Cliche Variety Information Page sur littlefatwino.com, consulté le 9 septembre 2011.
  4. Le vandal-cliche sur horticlick.com, consulté le 9 septembre 2011.