Tramway d'Alger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway d'Alger
(ar) ترامواي الجزائر
Image illustrative de l'article Tramway d'Alger
Logo du tramway d'Alger

Situation Drapeau de l'Algérie Wilaya d'Alger
Type Tramway
Entrée en service
Longueur du réseau 23,2 km[1]
Lignes 1
Stations 38[1]
Rames 48 Alstom Citadis
Fréquentation 60 000 / jour
Écartement des rails 1 435 mm
Exploitant Setram (Groupe RATP)
Réseaux connexes Métro d'Alger
Téléphériques d'Alger
Réseau de lignes de banlieue d'Alger

Image illustrative de l'article Tramway d'Alger
Carte du réseau

Le tramway d'Alger (en arabe : ترامواي الجزائر) est un système de transport en commun en site propre desservant l'agglomération d'Alger, capitale de l'Algérie. En 2015, il comprend une ligne de 23,2 km avec 38 stations reliant Les Fusillés et Dergana.

Un premier tronçon de 7,2 km, situé à l'est de la capitale, reliant Bordj el Kiffan à la Cité Mokhtar Zerhouni, a été mis en exploitation le . Il a été ensuite prolongé le à la station multimodale des Fusillés dans le centre-ville, offrant ainsi une interconnexion avec le métro. Un tronçon supplémentaire prolongeant la ligne de Bordj el Kiffan à l'est à Café Chergui a été inauguré le , avant un ultime prolongement de six stations supplémentaires jusqu'à Dergana ouvert au public le .

Le tramway d'Alger est exploité par la Setram, un groupement franco-algérois dirigé par RATP Dev, filiale du groupe RATP.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier réseau, les TA[modifier | modifier le code]

Tramway devant le Palais Consulaire et l'Amirauté
Un tramway à Alger vers 1926.

Dans le passé, Alger possédait plusieurs réseaux de tramways. Un premier réseau fut concédé dès 1898 à la Société des tramways algériens, une filiale de la société Thomson-Houston (dont émergera la future Alstom); il desservait Mustapha supérieur[réf. nécessaire].

Un autre réseau, concédé aux Chemins de fer sur routes d'Algérie (CFRA), s'étendait de Bab El-Oued à El-Harrach et passait en outre par Bab Azzoun et Belouizdad[2].

Un troisième réseau ne comprenant qu'une ligne était concédé à Société anonyme des Tramways et Messageries du Sahel[2].

Le mode tramway fut définitivement abandonné en [2].

Le retour du tramway[modifier | modifier le code]

La cérémonie de pose de la première pierre du tramway moderne a eu lieu le , en présence du président algérien, Abdelaziz Bouteflika[réf. souhaitée]. Le projet a été lancé et financé par l’État algérien.

Le ministère des transports a délégué la maîtrise d'ouvrage à l'Entreprise du métro d'Alger (EMA), qui elle était assistée par Systra et RATP Développement. Le contrat de réalisation a été remporté par le consortium international Mediterail formé par le français Alstom pour le système de transport et l'italien Todini et l'entreprise algérienne ETRHB Haddad pour le génie civil, aux dépens d'un groupement autour de l'allemand Siemens[3]. Le contrat entre l'EMA et Mediterail, portant sur un montant d'environ 356 millions d'euros, a été signé le [3],[4].

La première phase du projet de tramway comprenait une ligne de 16,2 km entre Hussein Dey (Les Fusillés) et Bordj El Kiffan, permettant de desservir une population de 500 000 habitants[4]. Son inauguration, initialement prévue pour 2009 mais reportée à plusieurs reprises, a finalement eu lieu le pour le premier tronçon de 7,2 km entre Bordj el Kiffan à la Cité Mokhtar Zerhouni et le pour le prolongement de 9 km jusqu'à la station multimodale des Fusillés dans le centre-ville[5].

Les principales difficultés rencontrées lors de phase chantier concernaient les procédures d'expropriation ainsi qu'à la déviation des réseaux d'eau, d'électricité, de gaz et de téléphone, les relevés fournis par les exploitants de ces réseaux s'étant avérés comme peu fiables[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le , un tronçon supplémentaire de 4,2 km et 5 stations à l'est de Bordj El Kiffan, poussant la ligne jusqu'à Café Chergui, est inaugurée en présence du ministre algérien des transports, Amar Ghoul[7]. La ligne atteint maintenant au total 20,4 km km et 32 stations.

Réseau actuel[modifier | modifier le code]

Née à la station multimodale des Fusillés située à Ruisseau, à la limité des communes de Belouizdad et Hussein Dey, la première et unique ligne du tramway d'Alger (16,2 km et 28 stations) traverse cette dernière tout en longueur à travers la rue de Tripoli avant de longer l'avenue Mohamed Bougara entre les communes de Mohammadia et El-Harrach. Elles'enfonce alors dans le quartier de Cinq Maisons et file en direction des Pins Maritimes après avoir bifurqué à travers Les Bananiers. Là, elle enjambe la rocade nord pour rejoindre Bab Ezzouar où elle dessert l'Université avant de remonter vers le nord via la Cité du 8 Mai 1945 pour arriver à Bordj el Kiffan.

Stations[modifier | modifier le code]

Passagers à bord d'une rame.
Le tramway d'Alger Avenue Bekri Bouguerra
    Stations Communes desservies Correspondance
    Ruisseau Hussein Dey
    Les Fusillés Hussein Dey (o) Métro
    Tripoli-Thaalibia Hussein Dey
    Tripoli-Mosquée Hussein Dey
    Tripoli-Hamadache Hussein Dey
    Tripoli-Maqqaria Hussein Dey (o) SNTF
    Caroubier Hussein Dey (o) SNTF
    La Glacière El-Harrach
    Pont El-Harrach El-Harrach
    Bellevue El-Harrach
    Bekri Bougerra El-Harrach
    Cinq Maisons Mohammadia
    Foire d'Alger Mohammadia
    Les Pins Mohammadia
    Tamaris Mohammadia
    Cité Mokhtar Zerhouni Mohammadia
    Cité Rabia Bab Ezzouar
    Université de Bab Ezzouar (USTHB) Bab Ezzouar
    Cité 5 juillet Bab Ezzouar
    Bab Ezzouar - Le Pont Bab Ezzouar
    Cité universitaire - CUB1 Bab Ezzouar
    Cité 8 mai 1945 Bab Ezzouar
    Clair Matin Bordj El Kiffan
    Bordj El Kiffan - Lycée Bordj El Kiffan
    Borfj El Kiffan - Centre Bordj El Kiffan
    Bordj El Kiffan - Polyclinique Bordj El Kiffan
    Mouhous Bordj El Kiffan
    Mimouni Hamoud Bordj El Kiffan
    Beni Merabet Bordj El Kiffan
    Beni Merrad Bordj El Kiffan
    Sidi Dris Bordj El Kiffan
    Ben Zergua Bordj El Kiffan
    Café Chergui Bordj El Bahri
    Faculté Biomédicale Bordj El Bahri
    Dergana Cité Bordj El Bahri
    Dergana Centre Bordj El Bahri

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le tramway d'Alger circule, tous les jours, de 5 heures à minuit avec une rame toutes les sept minutes aux heures de pointe[8].

Dans un premier temps, l'exploitation était assurée par l’entreprise algérienne ETUSA. C'est elle qui avait été finalement choisie par le ministère des transports et l'Entreprise du métro d'Alger (EMA) pour remplacer Keolis[9]. Ce dernier s'est vu évincé de ce marché à la suite de différends juridico-financiers, alors qu'il avait signé un contrat d'exploitation de 10 ans en [10].

Le , le Groupe RATP annonce avoir obtenu l'exploitation et la maintenance de tous les projets de tramways algériens, y compris le tramway d'Alger, dans le cadre d'une coentreprise[11]. RATP Dev dirige cette société commune, la « Société d'exploitation des tramways » (Setram), dont elle est actionnaire à 49 %, aux côtés de l'ETUSA (36 %) et de l'Entreprise du métro d'Alger (EMA, 15 %)[11],[12],[13],[14]. Depuis le , cette coentreprise est chargée de l’exploitation, de la préparation à l’exploitation, ainsi que de l’entretien et de la maintenance des réseaux de tramway en Algérie[11],[15]. Pour Alger, le contrat ne porte toutefois pas sur la maintenance, qui elle est directement assurée par Alstom, fournisseur des rames, pour une durée de 10 ans[16].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Rame Alstom Citadis du tramway d'Alger.

Le tramway d'Alger est équipé de 48 rames du type Citadis 402 construites par Alstom[17]. Sept d'entre elles ont été mises en service lors du prolongement de Bordj el Kiffan à l'est à Café Chergui le [7]. Les rames d'une longueur d'environ 42 mètres sont dotées d'une climatisation et de vitres teintées ainsi que d'un système d'information voyageurs en arabe et en français. Le plancher bas intégral assure la pleine accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

Leur conception esthétique a été réalisée par l'agence RCP Design Global pour le concept général, les tissus, les ambiances intérieures et l'habillage extérieur des rames. La livrée des rames est personnalisée en bleu et blanc[18],[19].

Atelier[modifier | modifier le code]

Le site de dépôt et de maintenance du tramway d'Alger est situé à Bordj el Kiffan.

Tarification[modifier | modifier le code]

Le , une réforme tarifaire met fin au système zonale et introduit l'unification du prix du ticket unitaire sur toute la ligne à 40 dinars ce qui représente une baisse sensible pour les utilisateurs de l'ancienne zone 3, mais un doublement du prix pour les utilisateurs à l'intérieur de l'ancienne zone 1[20]. Un carnet de 10 tickets est désormais disponible à 320 dinars, l'abonnement mensuel Tawassol Classic à 1 500 dinars[20]. Sont également introduits deux nouvelles formules d'abonnement : l'abonnement Tawassol Junior pour les moins de 25 ans à 990 dinars par mois (-34% sur le plein tarif) et l'abonnement Tawassol Senior pour les plus de 60 ans à 830 dinars (-45% sur le plein tarif)[20]. Cette réforme tarifaire est vise à répondre aux doléances des utilisateurs jugeant les tarifs trop élevés[21].

Auparavant, les tarifs varièrent entre 20 et 50 dinars pour le ticket unique en fonction de trois zones, avec des possibilités d'abonnements[8],[22]. Depuis le , une tarification intégrée tramway/métro est mise en place avec un ticket unique « plus » à 70 dinars, un carnet de 10 voyages à 600 dinars et un abonnement mensuel à 2 500 dinars[23].

Les abonnements sont proposés sous la forme d’une carte sans contact, personnalisée et rechargeable[23].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Passagers par jour[modifier | modifier le code]

En 2011, lors du lancement du tramway d'Alger, allant de Bordj El Kiffen aux Fusillés, totalise un linéaire de 16,2 Km, 28 stations et 08 pôles d'échanges, sa mise en exploitation permettra à terme le transport de 6800 personnes /heure, soit une moyenne de 185 000 voyageurs par jour.

Au cours du premier mois, on recense entre 10 000 et 15 000 usagers quotidiens [24].

En , une fréquentation moyenne de 50 000 à 75 000 voyageurs par jour, ou 1,8 million par mois, est annoncée[25].

Passagers annuels[modifier | modifier le code]

Entre et , environ 7 millions de voyageurs ont été transportés sur le tronçon entre Bordj El Kiffan et la cité Mokhtar Zerhouni[26].

Le tramway a transporté 14,4 millions de passagers en 2015 [27]

Stations les plus fréquentées[modifier | modifier le code]

Projets de développement[modifier | modifier le code]

Pose de rails à la sortie est de Bordj El Kiffan.

Des extensions ultérieures de la ligne existante sont envisagées à l'ouest : un prolongement de 4,6 km depuis les Fusillés vers le lieu-dit La Côte (Bir Mourad Raïs) où la future gare routière d'Alger sera construite puis une seconde phase vers Draria, au départ de Bir Mourad Raïs[7],[28].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean Arrivetz: Les Transports d'Alger, Revue Chemins de Fer Régionaux et Urbains no 210, p. 3 à 16, 1988

Marie Gil & Bernard Pleutin: Alger 1892-1962, Les Transports Urbains, Éditions Sutton 2013

Philippe-Enrico Attal: Tramways et Métros d'Alger d'hier à aujourd'hui, Revue Historail no 34 p. 54 à 69, juillet 2015

Notes et référence[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Alger inaugure le dernier tronçon de sa ligne de tramway », sur busetcar.com, (consulté le 6 juillet 2015)
  2. a, b et c Jean Arrivetz le tramway d'Alger CF Régionaux et Urbains
  3. a et b « Ali Haddad », sur jeuneafrique.com, (consulté le 5 décembre 2012)
  4. a et b « Une ligne de tramway à Alger », sur saphirnews.com, (consulté le 5 décembre 2012)
  5. « Un second tronçon de tram à Alger », sur lefigaro.fr, (consulté le 29 novembre 2012)
  6. « Un tramway nommé dérive », sur lesoirdalgerie.com, (consulté le 5 décembre 2012)
  7. a, b et c (en) « Alger tramway extends east », sur railwaygazette.com, (consulté le 13 mai 2014)
  8. a et b « Ouverture d'un deuxième tronçon du tramway d'Alger », sur tsa-algerie.com, (consulté le 18 juin 2012)
  9. « L’Etusa hérite du tramway d’Alger », sur algerie360.com, (consulté le 30 mai 2012)
  10. « Tramway d’Alger : Keolis évincé du marché, le projet toujours en chantier », sur dna-algerie.com, (consulté le 30 mai 2012)
  11. a, b et c [PDF] « RATP Dev se renforce en Algérie et se voit confier l’exploitation et la maintenance des futurs projets de tramway algériens, en partenariat avec l’EMA et l’ETUSA », sur ratp.fr, (consulté le 30 mai 2012)
  12. « RATP Dev va exploiter le tramway d'Alger », sur mobilicites.com, (consulté le 31 mai 2012)
  13. Initialement, la répartition entre les partenaires algériens était différente (30 % EMA et 21 % ETUSA).
  14. « Où sont les 120 contrôleurs de la SETRAM ? », sur elwatan.com, (consulté le 6 novembre 2012)
  15. « L'exploitation confiée à la société algéro-française SETRAM : La mise en service commerciale du tramway pour début mai 2013 », sur vitaminedz.com, (consulté le 28 novembre 2012)
  16. « Le tramway Citadis d’Alstom entre en service commercial à Alger », sur alstom.com, (consulté le 30 mai 2012)
  17. « Alstom a livré les premières rames du tramway Citadis de Constantine », sur alstom.com, (consulté le 31 mai 2012)
  18. Alstom, « Tramway d’Alger : le client EMA, en visite à la Rochelle, satisfait de la maquette », (consulté le 5 mai 2011)
  19. « La maquette du Citadis arrive à Alger », Le Rail Maghreb, no 1,‎ (lire en ligne)
  20. a, b et c « Algérie : quels sont les nouveaux tarifs du tramway et Métro d'Alger ? », sur maghrebnaute.com, (consulté le 29 mai 2014)
  21. « Réductions sur les tarifs du métro et tramway », sur leconews.com, (consulté le 29 mai 2014)
  22. Zone 1 de Ruisseau à La Glacière, zone 2 de Pont El-Harrach à Les Pins, zone 3 de Tamaris à Café Chergui.
  23. a et b « Tramway-métro : Mise en vente de titres communs de transport à partir du 2 juillet », sur news80.com, (consulté le 21 juin 2012)
  24. « Une nouvelle offre de transport pour la capitale », sur [1], (consulté en )
  25. « Le tramway Bordj El Kiffan-Dergana en service fin 2014 », sur latribune-dz.com, (consulté le 15 juillet 2014)
  26. « L’Algérie finance sur fonds propres un plan Tramway et Téléphérique de 6 milliards $ », sur agenceecofin.com, (consulté le 30 août 2012)
  27. « Statistiques voyageur », sur www.metroalger-dz.com,
  28. Yacine K., « Six milliards de dollars pour des projets de tramway en Algérie », sur Le Matin Algérie, (consulté le 25 juillet 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]