Tramway d'Oran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tramway d'Oran
ترامواي وهران
Image illustrative de l’article Tramway d'Oran

Situation Drapeau de l'Algérie Oran
Type Tramway
Entrée en service
Longueur du réseau 18,7 km
Lignes 1
Stations 32
Rames 30 Alstom Citadis
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire Entreprise Métro d'Alger (EMA)
Exploitant Setram
(RATP Dev / ETUSA / EMA)

Image illustrative de l’article Tramway d'Oran
Plan de la première ligne.

Le tramway d'Oran est un système de transport en commun en site propre desservant l'agglomération d'Oran, deuxième ville d'Algérie. Un premier tronçon de 18,7 km et 32 stations, reliant Sidi Maârouf à Es Senia, est en service depuis le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tramway est introduit à Oran en 1898. Le réseau comptera six lignes avant d'être suspendu et de disparaître, en 1950, pour des raisons essentiellement économiques[1].

En 2006, les études de faisabilité du nouveau tramway d’Oran sont confiées à Ingérop. Les études d’avant-projet ont ensuite été menées par le groupement de bureau d’études Ensistrans. En 2009, les travaux ont débuté sous la conduite du groupement Tramnour (Isolux, Corsan et Alstom)[1].

La mise en service commerciale d'un premier tronçon de 18,7 km et 32 stations, retardée à plusieurs reprises, est intervenue le après une inauguration officielle le par le Ministre des transports algérien, Amar Tou, et le Wali d'Oran, Abdelmalek Boudiaf[2].

La construction de la première ligne s'est accompagnée de plusieurs aménagements urbains, principalement au niveau de la Place du 1er novembre, au rond-point USTO et à Sidi Maârouf, ainsi que de la plantation d’espaces verts aux abords du tracé, notamment dans la zone d’Haï Sabah[1],[3]. Le coût du projet est estimé à environ 400 millions d'euros[4].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

En 2018, le tramway d'Oran comprend une seule ligne comprenant 18,7 km de voies et 32 stations. Cette ligne dessert notamment : Sidi Maârouf, Haï Sabah, le campus de l'Université des sciences et de la technologie (USTO), le carrefour des 3 Cliniques, le palais de justice, Dar El Beïda, le quartier plateau Saint-Michel, le centre-ville d'Oran (place du 1er novembre), M’dina El Djadida, Boulanger et Es Senia.

Stations[modifier | modifier le code]

les Stations sont énumérées de la périphérie Ouest vers périphérie Est:

Station Ibn Badis.
Rame du Tramway oran.
      Station Commune Zone reseau relation
  ?   Es Sénia terminus Es Sénia
  ?   Es Sénia Sud Es Sénia
  ?   Es Sénia Centre Es Sénia
  ?   Moulay Abdelkader Es Sénia
  ?   IGMO Université Docteur TALEB Oran
  ?   Cité Volontaire ENSET Oran
  ?   Lycée les Palmiers Oran
  ?   Jardin Othmania Oran
  ?   Cité Universitaire - Hai el Badr Oran
  ?   Sureté de la Wilaya - BD ANP Oran
  ?   Plais des sports Oran
  ?   Ghaouti - Dar el Hayat Oran
  ?   M'dine el Djadida Oran
  ?   Houha Tlemcen Oran
  ?   Place Mokrani Oran
  ?   Place 1er novembre Oran
  ?   Emir Abd el Kader Oran
  ?   Gare SNTF Oran
  ?   Bd Colonel A Benabderezzak Oran
  ?   les Freres Moulay Oran
  ?   Maalem Bentayeb Oran
  ?   Les castors Oran
  ?   Mosquée Ibn Badis Oran
  ?   Plais de la Justice Oran
  ?   Carrefours le 3 Cliniques Oran
  ?   Cité USTO Oran
  ?   Hôpital 1er novembre Oran
  ?   Université USTO Oran
  ?   USTO- Bifurcation - BD Pépinière Oran
  ?   Cite El Yasmine Bir El Djir
  ?   Hai Esabah Bir El Djir
  ?   Gare Routière Sidi Maarouf - Terminus Bir El Djir

Exploitation[modifier | modifier le code]

Contrat[modifier | modifier le code]

Le , le groupe RATP annonce avoir obtenu l'exploitation et la maintenance de tous les projets de tramways algériens, y compris le tramway d'Oran, dans le cadre d'une coentreprise (sauf la maintenance pour Alger)[5]. RATP Dev dirige cette société commune, la « Société d'exploitation des tramways » (Setram), dont elle est actionnaire à 49 %, aux côtés de l'ETUSA (36 %) et de l'Entreprise Métro d'Alger (EMA, 15 %)[5],[6],[7],[8]. Comme c'est le cas pour les autres réseaux de tramway en Algérie, la Setram est chargée de l’exploitation, de la préparation à l’exploitation, ainsi que de l’entretien et de la maintenance du tramway d'Oran[1],[9].

630 emplois sont affectés à l'exploitation commerciale, repartis sur quatre branches : la conduite, l’organisation, l’encadrement et la programmation du trafic, la maîtrise des technologies du tramway et des systèmes de conduite électronique, l’information des voyageurs et la communication avec le réseau de ce transport[10].

Offre de service[modifier | modifier le code]

Le tramway d'Oran circule de 5 heures à 23 heures, avec une rame toutes les quatre minutes en heures de pointe[1].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Pendant les essais, en mars 2013.

Le tramway d'Oran est équipé de 30 rames du type Citadis 302 construites par Alstom dans son usine de Santa Perpètua de Mogoda, en Espagne[3],[11]. La livraison des rames a été finalisée à l'automne 2011[11]. Les rames d'une capacité de 325 places (72 places assises et 253 debout) sont dotées d'une climatisation et de vitres teintées ainsi que d'un système d'information voyageurs en arabe et en français. Le plancher bas intégral assure la pleine accessibilité aux personnes à mobilité réduite[1].

Quatre rames Citadis assemblées par Cital à Annaba, sont livrées en octobre 2015[12].

Tarification[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Projets de développement[modifier | modifier le code]

Plusieurs extensions du tramway sont d’ores et déjà prévues [1]:

  • une extension au nord entre la gare routière Hatab et Benarba sur 8,6 km comprenant 12 stations et
  • deux extensions en fourche : l’une de la Senia (terminus actuel) vers l’aéroport d’Oran sur 5 km, l’autre de la station USTO jusqu’à Bir El Djir sur 16,5 km. Ces deux extensions comprendront 28 stations au total.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g [PDF] « Dossier de presse RATP - le tramway d'Oran », sur ratp.fr, (consulté le 30 juillet 2013)
  2. (en) « Oran tramway opens », sur railwaygazette.com, (consulté le 14 juin 2013)
  3. a et b « Premiers couacs du projet de tramway d'Oran », sur latribune-online.com, (consulté le 31 mai 2012)
  4. « Tramway d’Oran : Dernière ligne droite », sur elmoudjahid.com, (consulté le 31 mai 2012)
  5. a et b [PDF] « RATP Dev se renforce en Algérie et se voit confier l’exploitation et la maintenance des futurs projets de tramway algériens, en partenariat avec l’EMA et l’ETUSA », sur ratp.fr, (consulté le 30 mai 2012)
  6. « RATP Dev va exploiter le tramway d'Alger », sur mobilicites.com, (consulté le 31 mai 2012)
  7. Initialement, la répartition entre les partenaires algériens était différente (30 % EMA et 21 % ETUSA).
  8. « Où sont les 120 contrôleurs de la SETRAM ? », sur elwatan.com, (consulté le 6 novembre 2012)
  9. « L'exploitation confiée à la société algéro-française SETRAM : La mise en service commerciale du tramway pour début mai 2013 », sur vitaminedz.com, (consulté le 28 novembre 2012)
  10. « L'exploitation confiée à la société algéro-française SETRAM : La mise en service commerciale du tramway pour début mai 2013 », sur vitaminedz.com, (consulté le 28 novembre 2012)
  11. a et b « Alstom a livré les premières rames du tramway Citadis de Constantine », sur alstom.com, (consulté le 3 juin 2012)
  12. A. Allia et B. Badis, « Sortie, hier, de la première rame de tramway Cital : 14 unités seront livrées à Constantine et à Oran ce mois-ci », Liberté (Algérie),‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]