Traditions des antiennes « Ô » de l'Avent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enluminure O. Le O des antiennes est en réalité un Oméga.

On a appelé jusqu'à la fin du Moyen Âge, « stations » les distributions d'aliments, en nature, puis en argent. Ces distributions avaient lieu jusqu'à deux fois par jour, à Paris durant la période des Oleries [1],[2] Les antiennes de l'Avent ou « grandes O » étaient l'occasion de réjouissances de fin de jeûne de l'avent et avant même la fête de Noël on se laissait envahir par la joie, dans les églises comme dans les monastères. On offrait des comestibles, des friandises ou des cadeaux comme dans les distributions appelées de stations. Ces distributions sont faites en temps de Noël pour fêter l'incarnation de Dieu le Fils, l'incarnation du Verbe, en la seconde personne de la Trinité et sa matérialité d'un Dieu fait homme, chair et petit bébé, et non plus principe spirituel incompréhensible, intangible ;Elles marquent la fin du jeûne de l'avent et font sans doute partie des œuvres de miséricorde.

Traditions anciennes[modifier | modifier le code]

Fin du Carême de l'Avent[modifier | modifier le code]

C'est aussi la marque de la fin du Carême de l'Avent, entre l'oie de la Saint Martin et Noël !

Calendrier de l'Avent
Liturgie catholique Date Ordinaire des repas Surnom populaire
Fête de la Saint-Martin 11 novembre Oie de la St Martin « Bacchus »
Carême de l'Avent Jeûne, abstinence Quarante jours « Petit Carême »
Antiennes Ô de l'Avent (Vêpres) De sept à neuf, ou douze jours, depuis la sainte Barbara (4 décembre), la Saint Nicolas (six décembre) ou encore la Sainte Lucie (12 décembre) : généralement, du 17 décembre jusqu'au 23 décembre Collation (vin, pitance), gâteaux « OO »
Noël Nuit du 24 au 25 et journée du 25 décembre Repas de Noël Noël, Nativité

Une procession[modifier | modifier le code]

On faisait une procession en sortant de l'église jusqu'au réfectoire, on servait une collation qui rappelait la bénédiction du vin à Noël, une boisson (liqueur ou vin) qu'on buvait avec celui qui avait entonné l'Ô, comme l'évêque ou le grand-chantre. Ceci signifiait que l'avènement de Jésus-Christ et sa venue sur la terre, fêtée pendant l'Avent et à Noël, avait étanché la soif des anciens et des prophètes de la venue du Messie… enfin né[3] !

On buvait cette boisson au son des cloches.

Une collation de carême[modifier | modifier le code]

Fritz Wagner Ein guter Schluck.

La collatio ou biberes (du latin bibo, « boire ») était le petit repas pris avant les vêpres. Cette « collation » est le nom du repas monastique pris durant les jeûnes et les carêmes : d'après Louis de Thomassin, ce nom vient qu'au réfectoire après avoir bu et juste avant Complies, les moines lisaient selon le conseil de saint Benoît, les « Conférences » de Jean Cassien appelées également « Collations »[4]. Le terme collatio n'apparait qu'après le XIIe siècle. Ce fut vraisemblablement dans le Chapitre Géneral des abbés et des moines en 817 tenu à Aix la Chapelle par les ordres de l'Empereur Louis le Débonnaire, que fut faite cette extension de la liberté de boire aux jours de jeûne après la réfection du soir, avant Complies, c'est-à-dire exactement l'époque à laquelle apparaissent les antiennes Ô : l'an 800 symbolisé par un oméga, Ω. L'Avent s'appellait alors également « Jeûne de Noël» « Carême de Noël» ou « Carême de l'Avent » ou encore « Carême de saint Philippe (apôtre) », « Carême de Moïse » en Arménie, il était destiné à purifier l'âme avant la Fête de la Nativité et durait quarante jours comme le rapporte le témoignages le plus ancien de son existence, celui d'Anastase le Sinaïte[5]. Il était aussi sévère que le Grand Carême chez certains religieux, les Bénédictins et les Prémontrés se contentaient de trois onces de pain et quelques verres de vin. En plusieurs endroits, monastères et chapitres, ces antiennes ne se chantaient pas à l'église, mais à la salle capitulaire ou au réfectoire, où l'on se rendait solennellement à l'issue des Vêpres. Le nom de «carême de l'Aven » autrefois appelé dans toute l'Europe chrétienne, « petit carême », ou « carême de Saint-Martin», parce qu'à partir de la fête saint Martin, le 11 novembre, il fallait plus de jeûne jusqu'à la Nativité, trois jeûnes par semaine, institué par l'évêque Perpet de Tours[6] : puis, le Concile de Tours en 567 ordonne de jeûner tous les jours de décembre, sans exception, mais le Concile de Mâcon en 581 diminue le temps du Carême en décembre, pour en excepter les dimanches, et ce temps au fil des siècles, diminua encore. Il durait donc primitivement quarante jours, six semaines précises, temps d 'épreuve, surtout dans les monastères où se pratiquaient des saignées, minutiones ou diminutiones, dont la dernière se faisait justement, juste avant le début de ce Carême, et les deux choses affaiblissaient beaucoup les moines. On mangeait donc une oie à la Saint-Martin, saint lié au vin « (Bacchus) » : ces réjouissances cessaient avec le Carême jeûne de quarante jours : réduit de six à cinq semaines, puis à quatre, d'où les « quatre » dimanches de l'Avent, dans les missels mozarabes, en Espagne, Dominice ante Adventum (mot alors synonyme de Noël, Nativité, Nativitas, Natalis, et qui signifiait « venue du Seigneur » : Adventus Domini) et aussi, lors des « antiennes Ô », peut-être pour remettre en forme et revigorer les fidèles affaiblis, avant Noël : durant la collation, terme réservé aux jours de jeûne, on buvait du vin en l'honneur de la venue du Sauveur, et naissance de Jésus-Christ. Les Antiennes Ô étaient donc l'occasion d'une collation plus solennelle. La première des antiennes O de l'avent était « O Sapientia » : La sagesse a bâti sa maison, Elle a taillé ses sept colonnes. Elle a égorgé ses victimes, mêlé son vin, Et dressé sa table. '(Livre des Proverbes, 9:1-6) Lors des antiennes Ô, on donnait donc surtout à boire aux moines, du bon vin, un triple coup de vin, blanc, rouge ou rosé, un pichet, un pot, un gallon de vin, ou dans une coupe. Cela se retrouvait dans toutes les abbayes en France et en Angleterre : on montait parfois le boire chez le prieur.

Du vin, et des distributions de sucreries : l' « O sucré » des « Oleries »[modifier | modifier le code]

Répartition des Ô[modifier | modifier le code]

À l'occasion de l'époque où elles se chantaient, on faisait dans les couvents et les monastères, de la même manière que dans les villes et les églises, des distributions extraordinaires de vin, de pâtisseries, de dragées et d'épices auxquelles on donnait le nom d'Ô. Aussi rien de plus commun, dans les anciens comptes de couvents, que ces articles : pour l'Ô de l'Abbé, du Prieur, du Sénéchal en Angleterre[7] , qui entonnaient le plus souvent l'hymne de la divine sagesse, qui leur donnait autorité, O Sapientia, du segrétain, O du cellérier, gardien des clefs du cellier, (O Clavis David), O du jardinier, dont les légumes étaient des radices, (En Angleterre et en France, entonnait O Radix Jessé)[8] etc. Ainsi donc dans s monastères chaque moine chargé de responsabilités entonnait une antienne différente, dans l'Abbaye de Fleury l'abbé entonnait O Sapientia, le cellérier O clavis David, le jardinier O radix Jessé et dans la cathédrale de Rouen elles étaient aussi réparties entre l'archidiacre du Vexin (O oriens), le Chancelier (O Sapientia), le Trésorier (O clavis David) [9] : à l'abbaye de Saint-Magloire à chacune des OO de O Sapientia et O Clavis David la première et la quatrième des antiennes de l'Avent chantées respectivement, selon le rituel de Paris, les 12 et 18 décembre ainsi que l'O de O Virgo Virginum, l'abbaye devra, « bonne pitance et bon vin ». À chaque endroit correspondait une coutume ce qui créait une originalité pour chaque lieu de culte.

Les fêtes des collations et distributions[modifier | modifier le code]

« Dans les monastères voici de longues années, les différents moines offraient des gâteries supplémentaires durant ces jours précédant l'anniversaire du Christ. Le jardinier donnait à la communauté certains de ses plus beaux fruits séchés ou en conserve, le 19 décembre, après avoir invoqué le Christ: « Ô rejeton d'Israël, viens nous délivrer et tarde pas. » Le cellérier sortait ses clefs pour offrir son meilleur vin, après avoir entonné : «  Ô Clef de David, venez, venez, venez nous sauver ». Enfin, le 23 décembre, l'abbé donnait un cadeau supplémentaire à ses frères. Les comptes des dépenses des abbayes révèlent une liste d'aliments consommés spécialement le jour de l' Ô de l'abbé » (Florence Berger) [10]. Ces distributions de friandises, de confitures, étaient effectuées dans les abbayes au nom du prieur (« O du prieur », O prioris) ou de toute personne ayant entonné l'Ô (O du sous-prieur, O du segretain, O du jardinier etc.) ou de toute personne ayant entonné l'Ô ou dans les églises et tout le peuple accourait : chaque religieux était tenu de faire une « petite fête » pour ses confrères, le jour où il entonnait l'O, à ses frais. En 1649 on trouve mention de cent livres dépensées pour l'Ô de Mgr Henri de Bourbon-Verneuil, évêque de Metz[11]. On distribuait durant les « Grandes Ô » un petit gâteau avec du vin, on donnait double ration au doyen et cela s'appellait « manger les Ô » [12] comme on disait « aller à l'Ô », « sonner l'Ô », « entonner l'Ô ». Le nom des pâtisseries diffère selon les régions : flans, tourte, craquelin normands et échaudés, , gaufres, nieulles, oublies, gâches, garots[13], dragée] (petits fours)[14]. Les pâtisseries choisies devaient rappeler le pain (craquelin, garot, tourte), le sucre était utilisé avec la confiture (électuaires) en pharmacie [15] : le tout devait réconforter, sans inciter à la gourmandise , un péché capital (« gula ») pour ne pas scandaliser, comme on le rappela dans la ville de Bordeaux : un ancien concile de Constantinople du VIIe siècle défendait même la distribution de gâteaux à Noël. On distribuait donc un dessert, « du vin et des épices », c'est-à-dire, une collation accompagnée de confitures, le mot épices ayant à l'époque, le sens de des « dragées », de petits fours.

Quelques villes de France[modifier | modifier le code]

  • À Avranches l'évêque Jean Boucart, qui était chanoine et archidiacre d'Avranches quand il fut élu, en l'an 1453, assembla alors son chapitre : il fut convenu de plusieurs règlements consignés dans un manuscrit : l'évêque était tenu envers les chanoines à une redevance de bon vin et de « gaasches ou eschaudez et garots » dans le temps de l'antienne O Virgo Virginum. C'était l'ancienne coutume et il serait désavantageux , disait le chapitre, que par l'incurie des écrivains , on vint à oublier les anciens usages , c'est pourquoi nous les avons mis par écrit.
  • À Bordeaux : « pour réprimer le scandale qui se produit lorsque l'on chante les antiennes O : et quia nimia crapula erat in comiciis, et ad refrenandum tantam gulam, il est décidé qu'on ne mangera que du pain, craquelins et dragee et non des viandes, gâteaux et autres aliments » [16] : correspondance avec un ancien concile de Constantinople du VIIe siècle qui défendait de donner des gâteaux à Noël sous prétexte des couches de la Sainte Vierge, qui n'a pas accouché comme toutes les femmes mais d'une manière ineffable (puisque son Fils était le Fils de Dieu).
  • À Dijon : selon un auteur, on y distribuait aussi des « flans de roisons », qui auraient été des sortes de gâteaux et de tartes bourguignonnes, nommées ainsi pour « flans d'oraison » à cette occasion, et ceci, régals et repas, était bien souvent perçu par les religieux comme un droit ou une taxe (comme par le chantre auquel on offrait un pourboire pour avoir entonné l'O) plus qu'une fête ou une célébration conviviale[17].
  • À Limoges : voici décrite cette cérémonie et la collation du chapitre de la cathédrale Saint-Etienne de Limoges [18] « On ne voit pas qu'il y ait aucun revenu attaché à sa souchantrerie, si ce n'est celuy de sa prébende, si ce n'est quelque peu de chose qu'il a pour faire ce qu'on appelle un O, qu'il donne comme l'évêque, le doyen et le chantre, mais d'une autre espèce et en un autre temps : les trois premiers [ont] leurs O avant Noël, à O Sapientia, O Adonay et O Radix. Ils donnent des cornetz d'épices, des petits gâteaux, des pâtes d'amidon qui devraient être de sucre, avec l'impression de leurs armes, et deux poires ; et après vespres, tous Messieurs et tous leurs officiers d'église vont au chapitre ou on leur fait collation qui consiste en un morceau de pain et de tribus vinis : un verre de vin blanc, un de clairet et un de rouge ; le souchantre donne la même collation le dimanche de la septuagésime, mais au lieu d'épices, à chacun un mourceau de tourte ou pain bis, sur lequel est une tranche de jambon, une tranche de langue de bœuf et une tranche de fromage avec une feuille de laurier, le tout attaché ensemble avec une épine ou épingle de bois. » [19] (1709)[20]
  • À Rennes : dans un cérémonial de l'église de Rennes du XVe siècle il est précisé que « celui qui doit l'O leur doit bailler des bons et grans vins, puis en après bonnes et fines confeflures (confitures), bonnes et fines dragées, neilles, gaufres et pain et puis après le bon vin. » [21] « On compte huit Ooz à Rennes, autant à Dol, à Saint-Brieuc, à Redon où ils s'accompagnent de distribution de vin, de dragées (petits fours) ou d'autres friandises. »[22]
  • À Rouen : la dernière des antiennes était O Virgo Virginum et à Rouen , on servait du « clairet » : le clairet, assez longtemps en faveur, était comme l'hypocras, une liqueur où il entrait du vin d'Espagne ou du vin de Tainte, du miel et des épices : « Le jour précédent la vegille de Noel que Monseigneur a accoutumé de célébrer le O de O Virgo Virginum en la grant salle du manoir archiépiscopal de Rouen, après que les vespres de l’église de Rouen sont dictes, les chanoines et tous ceulx qui portent l'habbit de l'église conviennent en ladicte salle où ils chantent : O Virgo Virginum et boivent chacun deux fois de vin et une fois de claré avec le mestier des oublies. » [23]
  • À Quimperlé : en Bretagne à l'Abbaye Sainte-Croix de Quimperlé, le repas des « OO » comme de trois autres fêtes, Épiphanie, Saint-Martin, et lundi gras (« Bacchus, Crêpes, réauté, et OO ») , se faisait à la lumière des chandelles ou d'un pot de suif appelé « morvoux », aux frais des habitants de Quimperlé avec le « droit de morvoux», durant l'espace de temps entre la fin des vêpres et le couvre-feu, dans l'abbaye. Le récit de la coutume de ce droit féodal montre bien que l'expression « OO » (« paravant la feste de Noël ») désignait autant les « antiennes O » que les festivités associées: « lesquels abbé et religieux en chapitre, ont connu avoir changé ledit droit de morvoux, en autre servitude; c'est à sçavoir que lesdits consorts pour ils, leurs hoirs, successeurs, et cause ayant demeurent quittes envers l'abbé et religieux de tenir le morvoux, en la forme déclarée, doivent aux heures, etc., bailler douze chandelles de suif blanc, les allumer et tenir allumées en un ou deux chandeliers que les abbé et religieux doivent bailler, en la manière qu'ils fournissoient ledit morvoux, en ladite salle, ou ailleurs en réelle abbaye, où lesdits religieux souperont, ou feront lesdits 00, Bacchus, reauté et crespes. Ils allumeront en premier lieu les chandelles entières, et seront allumées à l'heure que ledit morvoux devoit estre allumé. » [24]
  • À Paris (Abbaye St Victor, Saint Germain-des-Prés, etc.) on recevait bonne pitance et bon vin. Chaque religieux entonnant les antiennes, envoyait une chopine de vin à celui qui lui succédait sur ses deniers. » [25] L'archevêque se rendait en procession à la cathédrale, le dernier jour chanter l'antienne O Virgo Virginum, précédé de torches, sur un chemin parsemé de fouarre, jusqu'au chapitre. Jean Grancolas rapporte la coutume pour les chanoines parisiens (avant le XVIIe siècle où les distributions se firent en argent) de verser du vin dans une grande coupe en argent vermeil : ils y buvaient ensuite tour à tour selon l'ordre où ils disaient les antiennes à la lueur de deux torches. À l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés et en la paroisse de l'église Saint-Gervais, la distribution de pains de sucre et de confitures par les marchands de vin le jour de la fête de « Notre-Dame de l'Ô » (le 18 décembre, second jour des antiennes) portait le surnom de « O sucré » ou « eau sucrée » : « Les marchands de vin faisaient chanter tous les ans les O de Noël en grande pompe, quelques jours avant la fête ; et, si le prévôt des marchands, les échevins, le procureur du roi, le greffier et les autres officiers de la ville y assistaient, on leur donnait des confitures, des pains de sucre et des dragées. Ces O se nommaient les O sucrés. - Comme dans la suite on ne donna plus de dragées, mais seulement quelques livres de cire, on les appela les O cirés » [26]

En Angleterre[modifier | modifier le code]

  • En Angleterre, cette tradition est également suivie dans les cathédrales à Westminster par exemple comme dans les monastères et abbayes et, on a gardé mémoire de collation de vin et d'ale, de figues et de raisin, offerte par un maître des novices. De nombreux ouvrages sur le jardinage en Angleterre font mémoire de l ' « O du Jardinier », qui à Westminster quittait à la hâte ses bottes et sa cape pour venir entonner son Ô.
    Article détaillé : Les « Ô » en Angleterre.

La tradition de produire et de vendre du vin (rouge, blanc, rosé) et des confitures et autres sucreries (bonbons) confiseries (nougat, massepains) subsiste dans la plupart des abbayes de moines bénédictins, trappistes, cisterciens, sans être cependant liée à la période liturgique de l'Avent proprement dite. Plus tard ces distributions de sucreries furent remplacées par quelques livres de bougie.

Eduard von Grützner Mönch.jpg

À l'Abbaye de Montivilliers, la coutume était, outre la distribution d'argent par la sacristine aux religieuses et à l'abbesse, au chapelain et aux diacre, d'améliorer l'ordinaire des dames du réfectoire par « deux pots-de-vin et une épaule de mouton », autrement dit, un gigot de mouton[27] Abbaye de Jumièges, le jardinier devait fournir les épices, le jour de l'antienne Ô radix Jessé et le prieur fournir la pitance, le jour de l'antienne ô Adonaï[28]. Ces distributions, régals et repas, s’appelaient « Ô » pendant l'Avent et « de fructu  », à Noël.Parfois ces distributions étaient faites en aumônes à titre posthume, comme le testament d'un noble parti guerroyer le montre : le donne après sa mort, plusieurs setiers de blé aux pauvres, le jour où sera chantée l’antienne O Sapientia. L'O portait en raison de cette coutume de la redevance, quelquefois le nom du lieu où elles étaient chantées Il y avait à Paris, une des neuf antiennes des 0 de Noël appelée l'O d'Andrésy, comme il y en avait une dite de |Vitry dans le diocèse de Corbeil, grâce au doyen Milon[29]. Quelquefois, le chant de l'antienne était exécuté par un enfant, qu'on récompensait ensuite. « L'abbé Marchai, vicaire de Gonesse, nous apprend, à ce sujet, une particularité intéressante : « Nous avons vu, dit-il, dans une maison de Gonesse, une image représentant saint Michel terrassant le démon, et qui est une récompense accordée au jeune Étienne Cheyrolat, pour avoir chanté dans l'église de Saint-Nicolas, le 22 décembre 1783, l'antienne O Rex gentium. Le petit bonhomme n'était âgé, est il dit sur la gravure, que de trois ans et demi. » [30]

Les comptes des abbayes[modifier | modifier le code]

lles avaient lieu dans toute la France et les archives des comptes des monastères, abbayes, églises cathédrales et des chapitres en ont tous gardé quelques traces.D'une part elles étaient rétribuées par un pourboire donné à celui qui entonnait l'antienne, d'autre part faisait aussi l'objet de distribution d'argent plutôt que de vin après le XVIe siècle d'où peut être le mécontentement de Rabelais. En Collégiale Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers, « les écoliers avaient, ces quelques repas ou distributions particulières appellés les OO de Noël. Le cellérier devait en faire trois sur les redevances du chantre, du sous-chantre et du maître-école. En 1625, ces O furent payés par le receveur à raison de 7 livres 10 sous pour chaque dignitaire, 4 livres pour le premier grand hebdomadier, 3 livres pour les chanoines, et 30 sous pour les petits hebdomadiers. Les officiers du bas chœur et les coûtres devaient en profiter » [31] À Poissy, deux livres ou 30 sols pour les dignitaires, et chanoines qui assistaient à la cérémonie, le 11 décembre 1686. À la Notre-Dame de Paris : Les distributions dites antiennes, antiphonœ, sont rapportées dans le Cartulaire de Notre-Dame, à la suite des stations; elles avaient lieu deux fois par jour pendant les neuf jours avant Noël, et tiraient leur nom des antiennes appelées O, qui se chantent dans le même temps. Elles étaient au nombre de dix-huit, et faites en argent, avec addition, au moins dans certains cas, de pain et de vin. Deux, savoir la première et la dernière, étaient à la charge de l'évêque, et les seize autres à la charge du doyen du chapitre, de l'Hôtel-Dieu, des douze prévôts et des prébendiers d'Épône et de L'Hay et Chevilly[32].Elles étaient financées par des bienfaiteurs, ou par les redevances des chapitres[33]. Un exemple de distributions en argent: Le chapitre de Notre-Dame avait près de lui, pour son service et pour l'exercice de sa juridiction ou de son autorité, un certain nombre de sergents divisés en deux classes : les grands sergents ou les sergents ordinaires, mentionnés au nombre de onze, dans un titre du « Livre des Serments », et les petits sergents, minores servientes, qui recevaient un denier chacun à chacune des neuf antiennes de Noël, en sus de ce qu'ils recevaient aux stations. Le chanoine des stations était préposé aux comptes, deux antiennes étaient offertes par l'évêque et les autres par le doyen et les prévôts[32],[34]

« Sonner l'O »[modifier | modifier le code]

Dans certaines Abbayes, aujourd'hui encore ces antiennes O sont entonnées par l'Abbesse ou l'Abbé puis chantées « extra stallum » (« Hors des stalles », ce qui donne une certaine solennité) par tous. Dans les cathédrales et abbatiales existait également la coutume de sonner la cloche du monastère pendant qu'on les chantait[35]. À Paris, en Flandres, partout, on sonnait autrefois la cloche pendant le Magnificat de l'O comme signal pour ceux qui voulaient y assister et de nos jours à Notre-Dame de Paris, retentit le plenum nord.

Attente de la fête de Noël[modifier | modifier le code]

Les chandelles, bougies, cierges, torches, « morvoux de suif », donnaient aux OO nocturnes de l'Avent un caractère festif aussi bien religieux que profane : le feu donnait une dimension sacrée à la fête mais servait aussi tout simplement d'éclairage nocturne vespéral. L'éclairage nocturne de la collation monastique vespérale, comme le montre « le droit de morvoux » (pot de suif) aux frais des habitants de Quimperlé, ou même façon encore à Rennes comme en témoigne un ancien manuscrit écrit par Jehan de Beaumont, de St Pierre de Rennes, en 1415 au XVe siècle.

Historiquement on plaçait durant tout le temps où l'on disait les neuf antiennes Ô, sur le tabernacle ou sur l'autel un cercle de métal poli, déviant un peu de la ligne perpendiculaire. Sur les parois intérieures de ce cercle étaient ménagées plusieurs lances ou chevilles, sur lesquelles on implantait des cierges allumés, un par jour, comme les quatre cierges de l'Avent, jusqu'à ce que la totalité des antiennes soient chantées. Ces bougies et ces flammes faisaient de Noël une « fête des lumières », bien avant l'invention des Couronnes de l'Avent mais symbolisait surtout comme les bougies de l'Avent l'Attente de la fête de Noël par tous les chrétiens, l'Église, le clergé, les paroissiens, et surtout, par les enfants. Ces cierges et ces flammes symbolisaient également la parole des prophètes comprise dans les antiennes|[36]|. Cette attente et cette obscurité a été formalisée dans l'architecture sacrée chrétienne qui originellement la tenait pour principe (Cf: Architecture chrétienne du Moyen Âge et Chœur (architecture)). De même l'expression par la voix humaine (et les instruments de musique) définit le principe du changement de monde, une fois le Tympan (architecture) du Portail et son Gable (architecture) en forme de A majuscule franchis. La lumière rentre par la Rosace (architecture)[37]. (Voir illustration de la Rose mystique). Il est a noter que l'occulus dans l'architecture musulmane suit le même principe. Le Saint-Sacrement était exposé au centre de ce cercle rayonnant[38]. Cette coutume est remplacée aujourd'hui[39] par les quatre bougies de l'Avent d'un symbolisme identique à celui des antiennes Ô[40]. Au XVIe siècle un récit nous rapporte que durant le chant des antiennes, à Sens, on approchait de l'aigle du lutrin ou de l'ambon deux croix d'argent avec deux torches embrasées, pour les éclairer afin d'accroitre la joie liée au culte divin[41]. Un vers transmis Raoul de Rouvray montre le lien entre la fête de la Sainte Lucie celle de Nichaise et les bougies de l'avent des antiennes Ô : « Tu dona festum Nichasi Luce sequente, Dici festum nisi Luce sua, Nam sua decet « O » festum Luce referetur » : « La fête de Nichaise suit celle de Lucie. Pas de fête dit-on sans Lumière. En effet il convient de relier les O à la fête de sa Lumière ».

Un repas de noces[modifier | modifier le code]

Le « régime de santé » de Frère Léonard[modifier | modifier le code]

Un livre de diététique[42], le « régime de santé » du Frère Léonard de Saint-Jacques, nous apprend exactement quel était le menu conseillé pour chaque jour de l'année liturgique, en particulier pendant les dimanches de l'avent et pendant les antiennes Ô. (... à traduire)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Kastn, Parémiologie musicale de la langue française ou explication des proverbes.
  • Florence Berger, Cooking for Christ, National Catholic Rural Life Conference, 1949.
  • Geneviève Xhayet , Une diététique monastique liégeoise du XIVe siècle. Le Régime de santé du frère Léonard de Saint-Jacques "Bibliothèque de l'école des chartes, Année 2007 Volume 165, Numéro 2, p. 373-414. [lire en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'étymologie de ce terme, un hapax d'une charte citée par Du Cange, reste inconnue (Arnold van Gennep , Manuel de folklore français contemporain (vol 2) : le termes « drolia » et « drôleries » signifiant autrefois, « pourboire » en savoyard (Désormaux, Un ancien terme de droit féodal survivant en patois savoyard, drouille, drouli, La revue savoisienne, 1919) ainsi que « friandises », rappellent ces termes de « olla » et « oleries » employé pour les Ô puisqu'on y distribuait des sucreries et de l'argent, sans que rien ne montre aucun lien étymologique, sinon que le terme « Oleries », correspond peut-être à une forme de droit féodal sur les antienne « O ».
  2. Robert Gane, Le Chapitre de Notre-Dame de Paris au XIVe siècle, « Le temporel du corps canonial », page 78.
  3. Dom Edmond Martène.
  4. Louis de Thomassin, Traite des jeûnes de l'Église, divisé en deux parties.
  5. R. P. dom Joseph de L'Isle, Histoire dogmatique et morale du jeûne, p. 150.
  6. Grégoire de Tours, Histoire ecclésiastique des Francs, [lire en ligne]
  7. Eleanor Searle, Barbara Ross, The Cellarers' Rolls of Battle Abbey : 1275-1513, Volume 65, Sussex Record Society, 1967, p. 20
  8. Elisabeth B. MacDougall, Paul Meyvaert, Medieval Gardens, p. 30 [lire en ligne].Teresa McLean, Medieval English Gardens, p. 40-41 [lire en ligne]
  9. P.Pommeray, Histoire de la Cathédrale de Rouen. Et une note dans Histoire de la ville de Rouen par le P. Ignace indique que lechancelier de la cathédrale avait la charge de faire dire l'antienne de Noël O Sapientia et de faire les frais de cette cérémonie (O du Chancelier).
  10. Florence Berger, Cooking for the Christ, 1949 Cité par Jennifer Gregory Miller O Come ! The Antiphons
  11. [1] Introduction à la réforme de l'Abbaye de Saint Maur, notes.
  12. Arnold van Gennep , Manuel de folklore français contemporain, p. 2846.
  13. Garots et oublies et www.cotemanche.fr : garot
  14. En grec ancien, le mot τράγημα / trágêma (tragemata en latin) signifie « friandise », et désigne un mets servi à la fin du repas, en guise de dessert.
  15. Liliane Plouvier, L'introduction du sucre en pharmacie, Revue d'histoire de la pharmacie, Année 1999, Volume 87, Numéro 322 , p. 199-216 [lire en ligne] et « Aux origines de la confiserie » Horizons maghrébins, Numéros 54 à 57. Université de Toulouse-Le Mirail, 2006. et voir aussi le site oldcook
  16. Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Inventaire des fonds de l'archevêché et du chapitre métropolitain de Bordeaux (nos. 1-920)
  17. Mémoires de lʹAcadémie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, volume13 : Le Clergé en Bourgogne page 36-38. Un religieux réclame devant nombreux témoins, « ... certaings « droits et profits » pour son Ô, son désydero, de fructu, et aussi les flans de roisons » « Messire Vincent d'Aiserey, prebstre, chanoine de Saint-Estienne de Dijon, fermier et recteur de l'église de Nostre-Dame de Dijon, cognoit que, comme à cause de ladite ferme et régime d'icelle cure de Notre-Dame, il doige et soit tenuz de faire et administrer ad ses despens aux prebstres et clercs desservens en ladite église, chascun anz sept maingiez appelez digne, ad certains jours, bien honorables et suffisans, et avec ce lor doige certaings droits et proffis pour son O son sy dedero, son de fructu et auxi les flans de roisons, ainsy est que par accort et paccion expresse, au jour duy et présentement faicte par ledit recteur et clercs desservans en ladite église, c'est assavoir Mess.OEude de Bretigney, Hugues de Mirebel, Phelebert Lenginie, Jehan Girart, de Selongey, Jaques le Noir, Jehan Evrart, Hugues Perrot, Jehan Quarré et Andrié Martin, prebstre desservants en ladite église ad ce présens, eulx facent fors pour les autres absents, etc.
  18. Gilles Le Duc, prêtre de Limoges, L'état du clergé et du diocèse de Limoges dans Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, 1846.
  19. Gilles Le Duc, L'état du clergé et du diocèse de Limoges.
  20. épine d'aubépine ou épine-vinette sans son écorce.
  21. Mélanges d'Histoire & d'Archéologie bretonne, Rennes, 1855, I, p. 27-28. «[servir]... honestement des bons et des grans vins et suffisans que len puet en trouver en la ville et appartenances. Et à leur venue, doivent estre serviz de vin, puis en après de bonnes et fines confectures et ensevantement de vin. Et en après raisonnable distance, len leur doit bailler et les en servir bonnes et fines dragées et confeetures puis après le bon vin Et au service de l' O et de cestes choses pourrait len bien qui voudroit leur bailler neilles et gauffres et pain que a esté bien accoustumé à faire plu sours foiz E qui plus reverentement le fait il fait plus son honour et le honour de liglise. Et durant chacun 0 le colége de liglise doit paciennement et reverente ment se contenir il doit chanter dignes hymnes et chans diglise tant de Noël que dautres chans diglise. Et au départir de chacun O, il appartient bien et est raisonnable chose accoustumée, que les gens du Cueur facent compaignie et honnour ès Seigneurs de liglise c'est-à-dire aux chanoines à sen aler o eulx à lours hosteulx et demorce et pour le honour de liglise. » [lire en ligne]
  22. Jean-Pierre Leguay, Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 318
  23. Plus de détails sur les vins de fête : [lire en ligne] note no 1
  24. Histoire de l'abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé par Dom Placide Le Duc, publiée pour la 1re fois d'après le manuscrit de l'auteur, suivie de pièces justificatives et accompagnée de notes par R.-F. Le Mer, pages 363 et suivantes.
  25. Revue du monde, ancien et nouveau , Volume 157, p. 578
  26. Collin de Plancy, Dictionnaire féodal, ou Recherches et anecdotes sur les dimes et les droits , page 106, « Obit ».
  27. Cahiers Léopold Delisle, Volume 48, page 122.
  28. Histoire de l'abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges de Julien Loth, par un religieux bénédiction de la congrégation de St. Maur.
  29. « ce serait en vertu de l'échange qui a pů être fait de la « station » ou repas, que le Doyen Milon avoit institué, que la troisième Antienne des O de Noël, à savoir O radix Jessé, l'une des trois où il y avait distribution des choses manducables, et elle a été appelée l' « Antienne de Vitry » de même qu'il y avait l'Antienne d'Andresy. » Abbé Lebeuf, Histoire du Diocèse de Paris, Tome 12
  30. « Les O de Noël », La Semaine d'Albi lien=[2] }
  31. Mémoires De La Société des Antiquaires de lOuest, 1856
  32. a et b Cartulaire de l'église Notre-Dame de Paris, vol. 1.
  33. Robert Gane, Le Chapitre de Notre-Dame de Paris au XIVe siècle, « Le temporel du corps canonial », page 78.
  34. Robert Gane, Claudine Billot, Le Chapitre de Notre-Dame de Paris au XIVe siècle.
  35. [3] Lettre circulaire du Président de la Commission liturgique O.Cist. aux Monastères de l'Ordre avent 2002.
  36. « Nous avons un témoignage plus sûr que cette vision du Thabor, ce sont les paroles des prophètes, auxquelles vous faites bien de vous attacher comme au flambeau qui brille dans un lieu obscur. (2e épître de saint Pierre, 1:19).» Commentée par Jean de la Croix dans la Montée du Carmel, live 2 chapitre XIV.
  37. « L'ensemble du vocabulaire descriptif architectural a été redéfini au Moyen Âge.(En substance) » Jean-Marie Pérouse de Montclos Architecture. Méthode et vocabulaire, éd. du patrimoine, Paris, 7e éd. 2009.
  38. La coutume de cierges allumés chaque jour pendant cette octave et celle de l'Avent, rappelle également soit la ménorah, soit la fête de Hanoukka, comme le rappelle Allen Cabaniss, fête qui se célèbre au même moment chez les Juifs, « fête des lumières » également, mais aussi la date hivernale de Noël à laquelle on se réchauffait et s'éclairait de nuit, grâce aux flammes du feu ou des bougies. Dans les évangiles, Jésus, en hiver, pendant cette fête de la Dédicace se place « sous le portique de Salomon » pour affirmer qu'il est bien, le Lumière, la « Sagesse » incarnée (celle proclamée par Salomon) et surtout, le Messie attendu à ceux qui lui demandèrent : « C'était l'hiver. Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon. » (Évangile selon saint Jean 10:22-23)
  39. « Temps liturgique précédant la fête de Noël. Quatre dimanches de l’Avent. Ce temps de préparation à la célébration de la naissance de Jésus est marqué par la symbolique de l’attente et du désir. Une tradition de l’Avent utilise la symbolique des bougies au long des quatre dimanches. Premier dimanche la bougie symbolise le pardon à Adam et Eve, Deuxième dimanche la bougie symbolise la foi des Patriarches, en la Terre Promise. Troisième dimanche la bougie symbolise la joie de David, célébrant l’Alliance avec Dieu. Quatrième dimanche la bougie symbolise l’enseignement des Prophètes, annonçant un règne de paix et de justice. Avent : début de l’année liturgique. » Source: Église catholique en France, http://www.eglise.catholique.fr/
  40. Dom Guéranger http://www.abbaye-saint-benoit.ch/gueranger/anneliturgique/avent/061.htm
  41. et tunc ad aquilam deferentur duæ cruces argenteæ cum duabus taedis accensis, ad majorem jubilationem et divini cultus augmentationem.
  42. Geneviève Xayet et Léonard de Saint-Jacques, « Une diététique monastique liégeoise au XVIe siècle : le « régime de santé » du Frère Léonard de Saint-Jacques », Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, Librairie Droz, vol. 41, no Tome 165,‎ , p. 411 (lire en ligne).