Système familial selon Emmanuel Todd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les systèmes familiaux désignent dans l’œuvre d’Emmanuel Todd les différentes formes de familles qu'il a identifiées dans le cadre de ses recherches en sciences humaines et sociales, selon la filiation intellectuelle de Frédéric Le Play, reprise à partir des années 1960 par certains historiens de la famille en Europe. Emmanuel Todd étudie l'influence des systèmes familiaux sur les grands mouvements de société en Europe et dans le monde: idéologies, systèmes politiques et économiques[1], religions. Le terme de « système familial », employé également en thérapie familiale systémique ainsi que par d'autres historiens de la famille (G. Augustins par exemple), n'est pas fixé dans l'œuvre de Todd, qui emploie également selon les ouvrages les termes suivants: « types », « formes », « structures » ou encore « modèles » familiaux.

Carte des systèmes familiaux en Europe d'après Emmanuel Todd

Définition[modifier | modifier le code]

Dans ses essais la Troisième Planète, la Nouvelle France et l'Invention de l'Europe, Emmanuel Todd différencie les systèmes familiaux principalement selon deux critères :

  1. le caractère intégré ou non de la famille, qui s'observe dans les rapports parents-enfants, et se manifeste en particulier par la cohabitation ou non de plus de deux générations.
  2. le caractère symétrique ou non de la famille, qui s'observe dans les rapports entre frères (et sœurs) et en particulier dans les coutumes successorales.

et un critère secondaire : le caractère exo- ou endogamique du mariage, c’est-à-dire l'existence de normes plus ou moins fortes concernant le choix du conjoint, qui peut se faire à l'extérieur ou à l'intérieur du groupe familial[2]. Ces critères lui permettent de cartographier les systèmes familiaux.

Emmanuel Todd complexifiera par la suite considérablement sa classification des systèmes familiaux dans son ouvrage l'Origine des systèmes familiaux, en introduisant les notions de patri/matri/bilocalité, de corésidence temporaire, de famille intégré, de famille avec proximité, et de cycle alpha de développement de la famille. Cela le conduira à définir 15 systèmes familiaux différents concernant l'Eurasie.

Critères principaux des systèmes familiaux[modifier | modifier le code]

Analyse du rapport entre parents et enfants[modifier | modifier le code]

Ce rapport peut être de nature autoritaire ou libérale[3] : Il mesure la force du lien attachant l'individu au groupe familial.

« Dans un contexte paysan traditionnel, un lien fort se manifestait par une fréquence élevée du nombre des ménages, associant sous un même toit trois générations : parents, enfants et petits-enfants. Un tel système doit être qualifié d'autoritaire parce qu'il pré-suppose, à certains stades du développement du groupe domestique, l'existence d'enfants adultes, mariés, ayant déjà procréé et restant néanmoins soumis à une autorité parentale. »

« Un lien faible entre parents et enfants, un attachement modéré de l'individu au groupe familial, entrainait à l'inverse un départ précoce des enfants, souvent antérieur au mariage. l'installation dans une vie conjugale impliquait la fondation d'un ménage autonome, associant au plus les parents et leurs enfants, en un noyau minimal. Ce type familial nucléaire peut donc être qualifié de libéral[4]. »

Analyse du rapport entre frères (et/ou sœurs)[modifier | modifier le code]

Ces rapports peuvent être de nature égalitaire ou non-égalitaire[5]. Les coutumes d'héritage indiquent la nature du rapport entre frères (et/ou sœurs).

« L'existence d'une règle de partage strictement symétrique révèle un système égalitaire. [...] À l'opposé, avec le principe de l'héritier unique, obligeant les enfants non choisis à l'émigration familiale, on peut parler d'un système inégalitaire. [...] Si les parents disposent librement de leurs biens, distribués par testament sans que la coutume impose des parts spécifiques, le système peut être qualifié de « non-égalitaire ». Il est proche de l'inégalité mais évoque aussi une certaine indéfinition de la relation entre frères (et/ou sœurs). »

Typologie des systèmes familiaux[modifier | modifier le code]

Les systèmes familiaux exogames[modifier | modifier le code]

L'application des deux principes d'autorité et d'égalité, pouvant chacun prendre deux valeurs opposées, engendre une typologie comptant quatre catégories :

Néanmoins, dans son essai sur les systèmes familiaux d'Europe Occidentale (pays hors du bloc communiste et appartenant aux sphères catholiques et protestantes)[6], Emmanuel Todd a identifié une cinquième catégorie, recensée aux zones frontières entre famille nucléaire égalitaire et famille souche : la famille souche incomplète (autoritaire et partiellement égalitaire), qu'il abandonnera par la suite, la remplaçant par la famille souche à corésidence temporaire[7].

Les quatre principaux types familiaux exogames représentent quatre façons différentes d’aborder la réalité, qui contribueront à l'apparition d'idéologies variées qui en seront le reflet. Le communisme s’implantera prioritairement là où la famille communautaire exogame est largement dominante, celle-ci étant réfractaire au libéralisme, comme en Russie. Le libéralisme politique et économique de type anglo-saxon se développera sur une structure de type familiale nucléaire absolue qui, de son côté, sera réfractaire au communisme, comme aux États-Unis. La notion de droits de l'homme naîtra dans une région de structure familiale nucléaire égalitaire, dans le bassin parisien. L’identité européenne représente une imbrication des différentes structures familiales exogames, ouvrant ainsi la quête de l’élément coordinateur qui intègre dans une structure unitaire quatre représentations différentes du monde. La France a la particularité d'être le seul pays au monde à connaître six systèmes familiaux différents dont deux dominants et opposés: la famille nucléaire égalitaire (au nord) et la famille souche (au sud).

Les systèmes familiaux endogames[modifier | modifier le code]

Lorsque la famille communautaire est associée à des pratiques endogamiques, elle donne deux nouvelles catégories possibles (deux variantes) :

La famille souche tolère un certain degré d'endogamie, sans remise en cause de son principe, tandis que les deux catégories de familles nucléaires, lorsqu'elles sont associées à des pratiques endogamiques, évoluent toutes deux vers une seule et dernière catégorie : la famille anomique, catégorie qu'Emmanuel Todd abandonnera par la suite[7].

Les systèmes familiaux africains[modifier | modifier le code]

Les systèmes familiaux africains regroupent un ensemble très riche de types familiaux. Ces derniers sont souvent pré-déterminés par des critères religieux ou culturels.

Effets des systèmes familiaux[modifier | modifier le code]

Les différences de valeurs entre systèmes familiaux expliquent de nombreuses disparités, le tableau suivant traite principalement de l'exemple de l'Europe occidentale.[6]

Famille : Nucléaire absolue Nucléaire égalitaire Souche Communautaire Endogame
Autorité, liberté liberté liberté autorité autorité solidarité entre frères

> autorité du père

Égalité indifférence à l'égalité égalité inégalité, hiérarchie égalité égalité
Religion protestantisme arminien

(anglicanisme ...)

catholicisme protestantisme > catholicisme harmonique

(jansénisme ...)

orthodoxie, catholicisme islam >

catholicisme

Autorité du prêtre assez faible assez forte assez faible
Prédestination prédestination libre arbitre prédestination
Déchristianisation dieu fragile mais pas contesté religion fragile religion solide dieu solide mais

rejet transcendance divine

Alphabétisation tardive tardive et fragile précoce et forte
Structure agraire

traditionnelle

fermage grande exploitation > propriété propriété métayage propriété
Enracinement faible faible ; fort (dans régions à propriété) très fort moyen très fort
Désindustrialisation précoce tardive résistance, conservatisme tardive
Travail des femmes assez important assez faible important faible
Machisme assez faible faible (France) ;

fort (pays méditerranéens)

fort fort très fort
Système politique instable ;

Angleterre : stable, faibles idéologies, groupes de pression

instable stable, maintien des forces stable, consensus

pas d'alternance

Partis de gauche

au XXe s.

travaillisme socialisme ; anarchistes social-démocratie communisme
Valeurs du socialisme forte conscience de classe ouvrière sans volonté de domination égalité ouvriers-bourgeois sans domination classe ouvrière dominante, acceptation des autres classes ouvriers égaux à tous, mais volonté de domination
Parti religieux réactionnel aucun républicanisme chrétien démocratie-chrétienne aucun
Nationalisme libéral-isolationisme libéral-militarisme ethno-centrisme fascisme
Vote extrême droite faible fort moyen à fort moyen
Écologie développée (sauf régions de grande exploitation) développée
Centralisation faible forte moyenne très forte
Langues régionales acceptées rejetées favorisées rejetées
Immigration droit à la différence, égalité, ghettos assimilation, égalité rejet, classe inférieure assimilation forcée
Criminalité moyenne (urbain) ;

faible (rural)

// forte aux États-Unis

moyenne (urbain) ;

faible (rural)

faible faible

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'illusion économique ( ou essai sur la stagnation des économies développées) par E. Todd, Gallimard 1998
  2. La troisième planète, 1983, Seuil
  3. E. Todd, L'illusion économique, Gallimard 1998, p. 32
  4. E. Todd, op.cit.
  5. E. Todd, op. cit.
  6. a et b L'Invention de l'Europe, 1990, Seuil
  7. a et b Emmanuel Todd, L'origine des systèmes familiaux, tome 1 : l'Eurasie, Gallimard, , 768 p. (ISBN 978-2070758425)