Famille nucléaire absolue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La « famille nucléaire absolue » caractérise un système familial dans lequel les relations entre parents et enfants sont de type libéral et les relations entre frères de type non égalitaire[1]. Elle est foncièrement libérale. Elle n'est par principe ni vraiment égalitaire, ni franchement inégalitaire (même si les enfants bénéficient en général d’un traitement égalitaire). On retrouve donc principalement l'adhésion forte à des valeurs de liberté et le constat d'une certaine forme d'indifférence à la notion d’égalité.

Valeurs portées par la « famille nucléaire absolue »[modifier | modifier le code]

Ce système familial a été défini par Emmanuel Todd dans ses travaux portant sur les systèmes familiaux et leur influence sur les idéologies et les systèmes politiques ou économiques dans le monde.

Valeurs religieuses[modifier | modifier le code]

À l'image de l’anglicanisme, la « famille nucléaire absolue » rejette la hiérarchie cléricale, comme dans tout système réformé. Si les hommes restent inégaux devant le salut, l’autorité divine est amoindrie pour laisser davantage de liberté et de libre-arbitre.

Valeurs politiques[modifier | modifier le code]

La « famille nucléaire absolue » favorise l’isolationnisme, pour ne pas être entachée des impuretés des autres peuples ; ou le messianisme, afin d’imposer son modèle à travers le monde.

Valeurs économiques[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, les pays anglo-saxons ont engagé une déréglementation bancaire et financière limitant les prérogatives de l’État tout en affaiblissant les systèmes de protection sociale et d’éducation. Cela conduit à un État régalien (libéralisme) ou au social-libéralisme.

Implantation[modifier | modifier le code]

Selon Emmanuel Todd, la famille nucléaire absolue a un poids d'un peu moins de 10 % de la population mondiale et un peu plus de 10 % de la population en Europe (selon des chiffres de 1983)[2].

Ce type de système familial est fortement présent au Danemark, aux Pays-Bas, dans le sud de la Norvège, dans le nord-ouest de la France (nord des Pays de la Loire et est de la Bretagne), en Grande-Bretagne (Angleterre) et dans le monde anglo-saxon en général : États-Unis, Canada, Australie, etc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Todd : L’Invention de L’Europe, 1990, Le Seuil
  2. La Troisième Planète : Structures familiales et système idéologiques - Emmanuel Todd, Le Seuil 1983