Saint-Valérien (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Valérien.

Saint-Valérien
Saint-Valérien (Québec)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Bas-Saint-Laurent
Subdivision régionale Rimouski-Neigette
Statut municipal Municipalité de paroisse
Maire
Mandat
Robert Savoie
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Valérienois, oise
Population 816 hab. ()
Densité 5,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 00″ nord, 68° 40′ 00″ ouest
Superficie 14 492 ha = 144,92 km2
Divers
Code géographique 2410060
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Valérien

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Valérien

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir la carte administrative de la zone Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
Saint-Valérien

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir la carte topographique de la zone Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
Saint-Valérien
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Saint-Valérien est une municipalité de paroisse de la province de Québec, au Canada, située dans la municipalité régionale de comté de Rimouski-Neigette au Bas-Saint-Laurent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Valérien est nommée en l'honneur de Valérien de Rome, un martyr[1]. La mission portait le nom de Saint-Tiburce avant celui de Saint-Valérien[1]. Tiburce était le frère de Valérien[1]. De plus, Cécile de Rome, dont la paroisse de Le Bic, Saint-Cécile-du-Bic, est nommée en l'honneur, était l'épouse de Valérien[1].

Les gentilés sont appelés Valérienois et Valérienoises[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Valérien est situé sur le versant sud du fleuve Saint-Laurent à 300 km au nord-est de Québec et à 400 km au sud-ouest de Gaspé. Les villes importantes près de Saint-Valérien sont Rimouski à 20 km au nord-est et Rivière-du-Loup à 95 km au sud-ouest. Saint-Valérien est situé à 15 km au sud-est du parc national du Bic. Le territoire de Saint-Valérien couvre une superficie de 149,69 km2[2]. Le territoire est accidenté et son altitude atteint 200 m[1].

La municipalité de paroisse de Saint-Valérien fait partie de la municipalité régionale de comté (MRC) de Rimouski-Neigette dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent[2].

Le territoire de Saint-Valérien comporte de nombreux lacs dont les lacs à Foin, Côté, Vaseux, à la Truite et de la Casette[1]. La rivière Rimouski et la petite rivière Rimouski traversent le territoire de Saint-Valérien[1].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rimouski Rose des vents
Saint-Fabien N
O    Saint-Valérien    E
S
Saint-Eugène-de-Ladrière Saint-Narcisse-de-Rimouski

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
830862835893816
Distribution de l'âge en 2006

Selon Statistiques Canada, la population de Saint-Valérien était de 835 habitants en 2006[3]. La tendance démographique des dernières années suit celle de l'Est du Québec, c'est-à-dire une décroissance. En effet, en 2001, la population était de 862 habitants[3]. Ce qui correspond à un taux de décroissance de 3,1 % en cinq ans[3]. L'âge médian de la population est de 41 ans[3].

Le nombre total de logements privés du village est de 424[3]. Cependant, seulement 311 de ces logements sont occupés par des résidents permanents[3]. La majorité des logements de Saint-Valérien sont des maisons individuelles[3]. Le village comporte une épicerie en son entre ainsi qu'un dépanneur[4] dans sa section orientale.

Statistiques Canada ne recense aucun immigrant à Saint-Valérien[3]. 97,6 % de la population de Saint-Valérien a le français en tant que langue maternelle ; le reste a l'anglais[3]. 9 % de la population maitrise les deux langues officielles du Canada[3]. 1,3 % de la population parle seulement anglais[3]. 1,8 % de la population a une identité autochtone[3].

Le taux de chômage dans la municipalité était de 9,6 % en 2006[3]. Le revenu médian des Valérienois est de 18 541 $[3].

41,2 % de la population de 15 ans et plus de Saint-Valérien n'a aucun diplôme d'éducation[3]. 44,1 % de cette population n'a que le diplôme d'études secondaires ou professionnelles[3]. 3,7 % de cette population a un diplôme de niveau universitaire[3]. Tous les habitants de Saint-Valérien ont effectué leurs études à l'intérieur du Canada[3]. Le principal domaine d'études des Valérienois est « l'architecture, le génie et les services connexes »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des familles en provenance de Saint-Thomas-de-Montmagny s'établissent dans la région entre 1840 et 1843[1]. En août 1863, déjà les résidents du rang A Duquesne demandent la permission de bâtir une chapelle sur le rang A Duquesne (rang 6) affirmant qu'ils sont trop éloignés de l`église de Sainte-Cécile-du-Bic pour assister à la messe le dimanche, particulièrement l`hiver. La mission catholique de Saint-Valérien, autrefois connue sous le nom de Saint-Tiburce, est véritablement établie à partir de 1872[1]. La paroisse est érigée canoniquement et créée officiellement civilement en 1885 par détachement de la paroisse de Saint-Cécile-du-Bic[1]. En fait, la paroisse est créée à partir des 4e et 5e rangs du Bic. Ainsi, la paroisse du Bic perd alors environ 800 résidents au profit de Saint-Valérien.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

  •  : Proclamation officielle de la paroisse de Saint-Valérien;
  • Septembre 1886 : L`abbé Jules Julien Amiot devient le premier curé de la paroisse de Saint-Valérien;
  • 29 octobre 1886 : La première messe est célébrée à Saint-Valérien par l`abbé Jules Amiot;
  • 1888] : Très grosse tempête de neige et de vents violents au début du mois mars;
  • 1888 : Adoption du règlement interdisant la vente de bières;
  •  : Léon Hudon est le premier natif de Saint-Valérien à être ordonné prêtre;
  • Hiver 1960 : Les chemins sont maintenant ouverts toute l'année;
  •  : Adoption du règlement 34 permettant la vente de bière dans les deux épiceries;
  •  : Bénédiction apostolique du pape Jean-Paul II accordée aux paroissiens;
  • 1985 : Fête du 100e anniversaire de la paroisse;
  • 2009 : Première « Fête au village », une initiative de la Corporation de développement de la municipalité;
  • 18 au 25 juillet 2010 : Semaine intensive des Fêtes du 125e anniversaire de la paroisse;
  • 24 juillet 2010 : Parade dans le village de Saint-Valérien, messe des retrouvailles et souper des retrouvailles.

Personnalités importantes[modifier | modifier le code]

L'abbé Jules Julien Amiot fut le premier curé de la paroisse de Saint-Valérien.

Jean Moisan fut le premier maire de la municipalité de Saint-Valérien.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé d'un maire de six conseillers élus à tous les quatre ans[2].

Mandat Fonction Nom[2]
2013 - 2017 Maire Robert Savoie
Conseillers
#1 Alain Lachapelle
#2 Jasmin Michaud
#3 Ghislain Blais
#4 Patrique Côté
#5 Jovette Taillefer
#6 Jean-François Beaulieu


Saint-Valérien
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Marcella Fournier Voir
2005 Ghislain St-Pierre Voir
2009 Michel Morissette Voir
n/d Robert Savoie n/d
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

De plus, Marie-Paule Cimon est la directrice-générale et la secrétaire-trésorière de la municipalité[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Saint-Valérien dans Fiche descriptive de la Commission de toponymie du Québec, page consultée le 22 décembre 2010
  2. a b c d e et f Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Saint-Valérien », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 19 février 2011)
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s « Saint-Valérien », sur Statistique Canada (consulté le 7 octobre 2018)
  4. Un dépanneur est une sorte d'épicerie de quartier au Québec.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]