Les Epesses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Les Épesses)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Épesses.
Page d’aide sur l’homonymie Les Épesses redirige ici.

Les Epesses
Les Epesses
L'église Notre-Dame-des-Collines.
Blason de Les Epesses
Blason
Les Epesses
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Les Herbiers
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-des-Herbiers
Maire
Mandat
Jean-Luc Godet
2014-2020
Code postal 85590
Code commune 85082
Démographie
Gentilé Spicéens
Population
municipale
2 812 hab. (2015 en augmentation de 6,35 % par rapport à 2010)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 02″ nord, 0° 53′ 56″ ouest
Altitude 182 m
Min. 118 m
Max. 254 m
Superficie 31,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Les Epesses

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Les Epesses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Epesses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Epesses
Liens
Site web Site officiel

Les Epesses (également nommée localement Les Épesses) est une commune française située dans le nord-est du département de la Vendée en région Pays de la Loire. Le village abrite le Puy du Fou (spectacle nocturne et parc à thème historique), deuxième parc de loisirs de France, élu plusieurs fois meilleur parc du monde aux États-Unis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal des Epesses s’étend sur 3 156 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 182 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 118 et 254 mètres[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Dès 884, on retrouve dans certains textes[Lesquels ?], l'existence d'une église Santa Maria de Spisis, mot latin signifiant "Epines" (fourrés) d'où par analogie le nom de « Les Épesses », et de ses habitants les Spicéens.

Cette première église était construite à l'emplacement de la nef centrale de l'église actuelle. C'était la propriété de l'abbaye bénédictine de Vezelay.

En 1050, un prieuré dépendant toujours de ces mêmes bénédictins de Vézelay, fut fondé au lieudit Bellevue - chemin du Priouté, dans le haut bourg des Épesses. Vers la fin du XVe siècle, il fut reconstruit pour les seigneurs du Puy-du-Fou et agrandi au XVIIe siècle.

Très vite, il se forme au XIIe et XIIIe siècles, à proximité de ce château, une agglomération appelée Bourg-Bérard, composée de laboureurs, d'artisans, ainsi que de serviteurs et de soldats du château.

Par la suite, les seigneurs du Puy-du-Fou voulurent éloigner cette population et firent construire (vers l'an 1400), à l'emplacement de l'actuelle cité des Épesses, près de la chapelle Saint-Jean et de l'église paroissiale en partie existante, un grand nombre d'habitations, pour y loger les habitants de Bourg-Berard.

Après la destruction du château médiéval, par les troupes anglaises, pendant la guerre de Cent Ans, vint la construction de l'actuel château Renaissance, ainsi que l'agrandissement de l'église des Épesses (1600-1620).

La période révolutionnaire connut de nombreuses exactions, pillages, et massacres, surtout en 1793/1794 avec le déferlement des colonnes infernales notamment la quatrième commandée par Turreau. Le 26 janvier 1793, une colonne vint spécialement de Cholet pour « révolutionner » la commune des Épesses.

Faits marquants :

  • le château fut incendié cette année-là, et seule l'aile gauche fut épargnée par le feu. L'église des Épesses ayant été déclarée Bien National (elle servait d'entrepôt) est restée intacte ;
  • Un des derniers combats des guerres de Vendée eut lieu, en novembre 1799, dans les bois entre Les Épesses et le Puy-du-Fou, et tourne à l'avantage des Vendéens.
  • Un prêtre réfractaire, l'abbé Chapelain, qui se cachait dans un arbre creux fut découvert et exécuté par les révolutionnaires. Un vitrail de l'église de Saint-Hilaire de Mortagne rappelle le souvenir de ce prêtre martyr.

L'histoire et l'évolution de la cité sont liées au château du Puy-du-Fou, situé sur la commune des Épesses, terre d'accueil du spectacle ciné-scénique, mondialement connu.

À quelques centaines de mètres de l'actuel château Renaissance, les vestiges d'un premier château fort médiéval sont toujours bien visibles et servent de décor à un spectacle du Grand Parc du Puy-du-Fou.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Marie Delahaye    
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
Jean-Luc Godet[3] Divers droite salarié de banque

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 2 812 habitants[Note 1], en augmentation de 6,35 % par rapport à 2010 (Vendée : +5,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5006159351 0231 4781 4411 4381 5701 683
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6551 7371 7571 7331 7541 9041 9532 0392 013
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9571 9271 9091 6571 6911 7071 6631 6541 762
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 8421 8761 9572 0162 1072 1102 4312 4772 523
2013 2015 - - - - - - -
2 7422 812-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, Les Épesses comptait 2 523 habitants (soit une augmentation de 20 % par rapport à 1999). La commune occupait le 4 010e rang au niveau national, alors qu'elle était au 4 366e en 1999, et le 64e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 21 %, 30 à 44 ans = 20,8 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 18,2 %) ;
  • 48,9 % de femmes (0 à 14 ans = 19,7 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 21,8 %).
Pyramide des âges à Les Épesses en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
6,2 
75 à 89 ans
9,4 
11,8 
60 à 74 ans
11,7 
19,9 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,1 
21,0 
15 à 29 ans
20,2 
19,9 
0 à 14 ans
19,7 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Soirées moules-frites - base de loisirs La Bretèche
  • Guy'ness Party - stade de la Colonne
  • Les Copines d'Anaïs - centre bourg

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Puy-du-Fou où se trouve le Château du Puy du Fou
  • L'église Notre-Dame-des-Collines (XVe) et sa crypte.
  • La chapelle Saint-Jean (environ Xe). Monument classé par les Beaux Arts.
  • La chapelle de la Colonne (XIXe).
  • Le domaine (la Sèvre Nantaise des Epesses)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé : au premier, parti de gueules à trois macles d'argent ordonnées 2 et 1 et d'or au double cœur vidé, couronné et croiseté de gueules ; au second, d'or au chêne de sinople. Blason créé par Alexis Gabard.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 32546 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Les Epesses », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Évolution et structure de la population
  9. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 13 mai 2011)