Saint-Jean-d'Ardières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean.
Saint-Jean-d'Ardières
Le château de Pizay.
Le château de Pizay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Belleville
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Maire
Mandat
Serges Fessy
2014-2020
Code postal 69220
Code commune 69211
Démographie
Gentilé Saint-Jean-d'Ardiérois
Population
municipale
4 101 hab. (2014)
Densité 330 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 37″ nord, 4° 44′ 19″ est
Altitude Min. 172 m
Max. 245 m
Superficie 12,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Jean-d'Ardières

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Jean-d'Ardières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-d'Ardières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-d'Ardières
Liens
Site web mairie-saint-jean-dardieres.fr

Saint-Jean-d'Ardières est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle appartient à l'unité urbaine de Belleville, au nord de l'aire urbaine de Lyon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villié-Morgon Corcelles-en-Beaujolais Dracé Rose des vents
Cercié N Taponas
O    Saint-Jean-d'Ardières    E
S
Saint-Lager Belleville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En -34 avant J.C, Saint-Jean-d’Ardières de son premier nom Janus de Nardinamok (nommée ainsi par Athepomaros l’un des pères fondateurs de Tapulum Papulum) devint l’une des cités les plus influentes de la zone grâce à sa proximité avec Lugdunum. Plus tard, Theodesbromarros, fils d’Athepomaros, grand combattant gaulois, militarisa Janus de Nardinamok et un grand nombre de cités aux alentours (Comme Muntululum ou Tapulum Papulum) afin de ralentir l’envahisseur romain.

Aux alentours de 508 après J.C, lors de combat aux frontières du royaume des Burgondes, Janus de Nardinamok fut renommée Saint-Jean (Ce n’est que plus tard que les appellations tel que Saint-Jean-d’Ardières furent utilisées).

En 1332, les écrits rapportent que Saint-Jean-d’Ardières fut presque intégralement détruite (Seules les fondations du Château de Pizay furent laissées intactes) et que le Baron de Callar fut porté disparu. Le village fut de nouveau peuplé en 1334 soit 3 ans avant le début de la Guerre de Cent Ans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001   Serges Fessy sans étiquette Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 101 habitants, en augmentation de 29,74 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
638 591 800 983 1 057 1 091 1 104 1 134 1 186
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 212 1 241 1 348 1 343 1 302 1 210 1 172 1 142 1 226
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 200 1 243 1 211 1 006 1 029 1 026 1 058 1 144 1 234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 262 1 332 1 569 1 993 2 189 2 275 2 975 3 908 4 101
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La maison des Beaujolais offre un intéressant point de départ à une découverte du vignoble. Inaugurée en 1952, véritable nouveauté à une époque où les lieux de ce type étaient rares, elle est située le long de la nationale qui, jusqu'à l'ouverture de l'autoroute, voyait défiler les amateurs de soleil et de douceur méditerranéenne. Elle donne au visiteur un aperçu complet de l'ensemble des appellations beaujolaises et le guide dans ses achats.
  • Le château de Pizay date des XIVe et XVIIe siècles. Situé au milieu de 50 hectares de vignes, avec un jardin à la française, il abrite un hôtel et un SPA renommé.
  • La chapelle de Brouilly, appelée Notre-Dame-du-Raisin ou Madone de Brouilly, est une chapelle votive consacrée à la Vierge pour qu'elle détourne la grêle, les gelées et autres fléaux (oïdium) de la vigne. Depuis 1857, la Dame est l'objet chaque 8 septembre d'un pèlerinage.
  • L'aérodrome de Belleville, qui permet une activité essentiellement tournée vers l'ULM, se trouve sur la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :