Château de Pizay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Pizay
Image illustrative de l'article Château de Pizay
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction XIe siècle
Propriétaire initial Famille de Marchamp
Propriétaire actuel Groupama
Destination actuelle Hôtel
Protection  Inscrit MH (1972, partiellement)[1]
Coordonnées 46° 08′ 17″ nord, 4° 42′ 02″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Commune Saint-Jean-d'Ardières

Géolocalisation sur la carte : Rhône

(Voir situation sur carte : Rhône)
Château de Pizay

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pizay

Le château de Pizay est une ancienne maison forte, fondé à la fin du XIVe siècle[2], qui se dresse, près d'un logis Renaissance, sur la commune de Saint-Jean-d'Ardières dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le château, situé dans le Beaujolais, figure parmi les plus anciens fiefs de la région.

Le château fait l’objet d’une inscription partielle au titre des monument historique par arrêté du [1]. Seuls les façades et toitures du donjon, de la tour ronde et de l'aile Henri III ainsi que l'escalier du donjon sont inscrits.

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Pizay est situé dans le département français du Rhône sur la commune de Saint-Jean-d'Ardières, à 2,5 kilomètres à l'ouest du bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Six familles ont occupé et possédé successivement le château de Pizay :

  • les Marchamp sont attestés dès 1070 en la personne de Gosmard de Pizay, qui a pris le nom de la terre. En 1374, Henri de Pizeys ou Pizay en est le seigneur, dans la mouvance des sieurs de Beaujeu ;
  • en 1420, à l'occasion du mariage d'Eléonore de Pizay, fille d'Henri, et de Jean de Nanton, le château passe à la famille des Nanton ;
  • en 1570, par le mariage de Claudine de Nanton avec Philibert de Sainte Colombe, le château est passé à la famille des Sainte Colombe qui prend le nom de Sainte Colombe Nanton ;
  • en 1722 François II Sabot, d'une famille marchande et consulaire de Lyon, achète le château à Claude de Sainte Colombe Nanton ;
  • la troisième épouse du fils de François II Sabot lègue le château à son petit neveu, Jean-Marie Sarrazin en 1831 ;
  • en 1883, à la mort de Jean-Marie Sarrazin, la propriété revient à Jean-Marie Berthet ;
  • en 1916, les fils de Jean-Marie Berthet le vendent à Alfred Pépin de Bonnerive.
  • La famille Pépin s'éteint vers 1940 et à leur Société des Domaines de Pizay et Morgon succède la société de vins et spiritueux Seagram, elle-même rachetée par la Société d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural (SAFER) de Rhône et Loire.
  • En 1981, la propriété est vendue au groupe d’assurances Mutasudest, devenu Groupama. Depuis 1981, la propriété appartient donc à la Société Civile d'Exploitation du Château de Pizay, filiale de la caisse régionale d'assurances agricoles Groupama Rhône-Alpes Auvergne, qui l'a aménagée en hôtel de luxe avec restaurant gastronomique et salles de séminaires.

Description[modifier | modifier le code]

Il subsiste de la maison forte médiévale : la Tour Tanay, « donjon » carré muni de quatre échauguettes d'angle édifiée vers 1030, une tour d'escalier circulaire et l'enceinte construite vers 1070, le tout près d'un logis Renaissance et d'une chapelle XIXe siècle.

Le jardin

En 1692 André Le Nôtre aurait donné au château son jardin à la française en installant 32 topiaires d'ifs sur l'échiquier du jardin. Subsistent de ce dessin aujourd'hui 8 ifs taillés en plateaux qui forment une marelle étoilée avec bassin central, quelques galeries de charmes et cabinets de verdures.

Le domaine viticole

Le Domaine du Château de Pizay exploite 75 hectares de vignes plantées dans plusieurs appellations : 26 hectares de Beaujolais rouge, 19 de Morgon, 18 de Brouilly Château Saint Lager, acquis en 1998 7 de Beaujolais blanc et enfin 5 de Régnié. Deux cépages sont présents : le gamay noir à jus blanc et le chardonnay[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château de Pizay », notice no PA00118043, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 1042.
  3. « Site officiel du domaine de Pizay », Site vins-chateaupizay.com (consulté en 25 dseptembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fonds de Pizay déposé aux Archives départementales du Rhône.
  • Émile Salomon, Les châteaux historiques du Lyonnais et du Beaujolais. Marseille : Laffitte,1979.
  • Mathieu Méras, Châteaux en Beaujolais. Annonay : Bétinas, 1981.
  • Marie-Louise Odin, « Le château de Pizay à Saint-Jean d’Ardières» dans Expansion Beaujolaise, n°42, 1984.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]