Saint-Gineis-en-Coiron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Gineis-en-Coiron
Balmes de Montbrun : maison troglodytique
Balmes de Montbrun : maison troglodytique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Le Teil
Intercommunalité Communauté de communes Berg et Coiron
Maire
Mandat
Jean-François Crozier
2014-2020
Code postal 07580
Code commune 07242
Démographie
Population
municipale
114 hab. (2014)
Densité 8,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 01″ nord, 4° 32′ 02″ est
Altitude Min. 386 m – Max. 775 m
Superficie 13,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Gineis-en-Coiron

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Gineis-en-Coiron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gineis-en-Coiron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gineis-en-Coiron

Saint-Gineis-en-Coiron ou Saint-Gineys-en-Coiron, est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Gineis-en-Coiron est limitrophe de cinq communes[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Rose des vents
Darbres N Berzème
O    Saint-Gineis-en-Coiron    E
S
Mirabel Saint-Jean-le-Centenier Saint-Pons

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[2] :

  • total des produits de fonctionnement : 124 000 , soit 1 107 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 66 000 , soit 591 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 40 000 , soit 360 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 200 000 , soit 1 784 par habitant.
  • endettement : 15 000 , soit 135 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 14,34 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 13,13 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 86,11 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 81,15 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 19,56 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 en cours
(au 24 avril 2014)
Jean-François Crozier[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 114 habitants, en augmentation de 12,87 % par rapport à 2009 (Ardèche : 2,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266 145 154 175 204 206 239 210 195
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
192 406 378 346 355 373 385 350 343
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
329 324 319 240 222 200 186 184 141
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
139 121 101 78 70 96 97 112 114
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église romane du village
  • Le site des Balmes de Montbrun, grand village troglodytique creusé autour d'un château dans un ancien cratère volcanique[8].
  • La chapelle troglodyte Sainte-Catherine Balmes de Montbrun[9].
  • L'église du village du XIIe siècle, inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[10].
  • Le monument aux morts[11].
  • De nombreux sentiers[12] traversant les prairies et les forêts au milieu des élevages d'ovins, de bovins et de caprins.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • les Beaumes
  • la Blachette
  • Champ Redon
  • Lybra
  • Bas Montbrun
  • Haut Montbrun
  • le Sengle Haut

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]