George du Maurier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Du Maurier.
George du Maurier
George Louis Palmella Busson Du Maurier by George Louis Palmella Busson Du Maurier.jpg

Autoportrait.

Naissance
Décès
Nationalités
Activités
Enfants

George Louis Palmella Busson du Maurier ( à Paris - à Hampstead) est un écrivain et illustrateur britannique, né français. Il a notamment écrit les romans Peter Ibbetson et Trilby qui fait apparaître le célèbre personnage de Svengali.

Biographie[modifier | modifier le code]

True Humility de George du Maurier.
Dessin paru dans Punch en novembre 1895.

Fils de Louis-Mathurin Busson du Maurier et d'Ellen Clarke, fille de Mary Anne Clarke, courtisane de la Régence, il croyait que son grand-parent était un aristocrate qui avait émigré en Angleterre en 1789, fuyant la France révolutionnaire en abandonnant de vastes domaines en France. En réalité, ce dernier, souffleur de verre de son état, et spéculateur amateur, avait dû s’enfuir pour échapper à des accusations de fraude[1]. En 1802, après avoir ajouté « du Maurier » à son nom de famille, il était retourné en France où il avait abandonné femme et enfants[2].

Après avoir étudié les beaux-arts à Paris dans le studio de Charles Gleyre, il part pour Anvers, où il perd l'usage de l’œil gauche[3], ce qui l'oblige à renoncer à sa vocation de peintre. Alors qu'il se trouve à Düsseldorf pour consulter un ophtalmologue, il rencontre Emma Wightwick, qu'il épouse peu après à Londres en 1863[4]. Devenu collaborateur du magazine satirique Punch en 1865, il y dessine deux caricatures par semaine. Sa plus célèbre caricature, intitulée True Humility (« La vraie humilité »), est à l'origine d'une expression devenue proverbiale en anglais, « It's like the curate's egg » (« C'est comme l'œuf de vicaire »), qui peut se traduire par « Il y a du bon et du mauvais. » C'est l'histoire d'un vicaire invité à prendre son petit déjeuner chez l'évêque, lequel s'écrie soudain : « Oh, mais on vous a donné un œuf pourri ! » Ce à quoi le vicaire répond : « Mais pas du tout ! Certaines parties sont très bonnes[5]. »

En 1878, croyant illustrer une nouvelle invention d'Edison, le téléphonoscope, il invente sans le savoir le concept de la télévision et celui de la vidéo-conférence.

Sa vue se détériorant, George du Maurier est contraint de quitter Punch en 1891. Il s'installe à Hampstead où, encouragé notamment par Henry James, il se met à écrire.

Il meurt peu après, en 1896. Il est inhumé au cimetière Saint-John de la paroisse de Hampstead, à Londres.

George du Maurier est très présent, en tant que son meilleur ami, dans le roman de David Lodge consacré à Henry James, Author, Author.

George du Maurier est le père de l'acteur Gerald du Maurier et le grand-père de Daphne du Maurier ainsi que des fils de Sylvia Llewelyn Davies, qui inspirèrent le roman Peter Pan de J. M. Barrie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Portrait de George du Maurier par Leslie Ward.

George du Maurier est l'auteur de trois romans, illustrés par ses soins, qui mêlent le réel au merveilleux : Peter Ibbetson (1891), Trilby (1894) et Le Martien (1897). Trilby, raconte l'histoire d'une modèle pour artistes très pauvre, qui, sous l'influence hypnotique de Svengali, un musicien génial et maléfique, entre en transe et devient momentanément une chanteuse de talent. Le roman connut un succès tel qu'il donna son nom à divers produits, en particulier à un chapeau, le « trilby », inventé à l'occasion d'une adaptation du roman pour la scène. L'intrigue de Trilby inspira en partie Le Fantôme de l'Opéra de Gaston Leroux. Il y caricature également, sous les traits de Joe Sisley, le peintre Whistler, qui fit un procès à du Maurier et le remporta[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sa petite-fille Daphne du Maurier a évoqué cette histoire dans son roman Les Souffleurs de verre, paru en 1963.
  2. (en) Nina Auerbach, Daphne Du Maurier, Haunted Heiress, University of Pennsylvania Press, 2002, 192 p. (ISBN 978-0-81221-836-7), p. 30.
  3. Il a rapporté cet épisode de sa vie en détail dans son roman Le Martien.
  4. (en) Philippe Lanthony, Art & Ophthalmology : The Impact of Eye Diseases on Painters, Kugler Publications, 2009, 269 p. (ISBN 978-9-06299-460-1), p. 206.
  5. (en) Kieran Egan, Getting it Wrong from the Beginning : Our Progressivist Inheritance from Herbert Spencer, John Dewey, and Jean Piaget, Yale University Press, 2004, 204 p., (ISBN 978-0-30010-510-0), p. 22.
  6. (en) Fales Library, Reading Wilde : Querying Spaces, NYU Press, 1995, 92 p. (ISBN 978-0-81472-601-3), p. 46.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « George du Maurier » (voir la liste des auteurs).
  • (en) Nina Auerbach, Daphne Du Maurier, Haunted Heiress, University of Pennsylvania Press, 2002, 192 p. (ISBN 978-0-81221-836-7).
  • (en) Kieran Egan, Getting it Wrong from the Beginning : Our Progressivist Inheritance from Herbert Spencer, John Dewey, and Jean Piaget, Yale University Press, 2004, 204 p., (ISBN 978-0-30010-510-0), p. 22.
  • (en) Philippe Lanthony, Art & Ophthalmology : The Impact of Eye Diseases on Painters, Kugler Publications, 2009, 269 p. (ISBN 978-9-06299-460-1).
  • (en) Fales Library, Reading Wilde : Querying Spaces, NYU Press, 1995, 92 p. (ISBN 978-0-81472-601-3), p. 46.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :