Jean-Luc Barré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barré.
Jean-Luc Barré
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Luc Barré en 2014
Naissance (62 ans)
Villeneuve-sur-Lot Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Lauréat de la Fondation de la Vocation, du Grand prix catholique de littérature et du prix de la Biographie de l'Académie française (à deux reprises).

Jean-Luc Barré est un écrivain, historien et éditeur français né le 9 février 1957 à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille d’agriculteurs et d’artisans, Jean-Luc Barré a passé la majeure partie de sa jeunesse en province avant de s’installer à Paris à l'âge de vingt ans pour s’y consacrer à la recherche et à l’écriture. Sa vocation se révèle très tôt avec la publication d’un premier article d’histoire dans la revue Historia à l’âge de douze ans. Élève au collège Sainte-Catherine de Villeneuve-sur-Lot, puis étudiant à Toulouse, il obtient une licence et maîtrise d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse II – Le Mirail[réf. nécessaire].

En 1980, il intègre les éditions Plon où il fait ses débuts d’éditeur. Il s’occupe de la publication d’ouvrages de Jules Roy, d’Alain Decaux, de l’amiral Philippe de Gaulle et du maréchal de Lattre de Tassigny. En 1988 il publie une première biographie, Le Seigneur-chat, consacrée à Philippe Berthelot, unanimement saluée par la critique (d'Angelo Rinaldi et Bernard Frank à Pierre Assouline et Daniel Rondeau)[réf. nécessaire][1].

Il mène parallèlement des activités de journaliste, notamment au journal Ville de Paris, à l’Agence française de communication, avant de devenir producteur à France-Culture de 1988 à 1995. Il y consacre, entre autres, une série d'émissions sur le Quai d'Orsay et de portraits d'hommes et femmes d'influence, de Georges Boris à Philippe Lamour, de Jacques Maritain et Jacques Benoist-Méchin à Lucie Faure et Georges Albertini, dans le cadre de « Profils perdus ». Il collabore au Figaro littéraire et au Monde des livres.

Après avoir part à l'édition de ses Mémoires de Guerre dans la Bibliothèque de la Pléiade, il consacre en 2003 un premier livre au général de Gaulle, Devenir de Gaulle 1940-1943, fondé sur les archives, qu'il a été le premier historien à pouvoir exploiter[réf. nécessaire], du Fonds De Gaulle déposé aux Archives nationales de France.

Il publie en 2009 et 2010 une biographie de François Mauriac, saluée par la critique, de Bernard Pivot à Jean d'Ormesson, comme une œuvre magistrale[réf. nécessaire]. Cet ouvrage en deux volumes a suscité de vives controverses, avec Jean Lacouture entre autres, en raison de ses révélations sur l’homosexualité de l’écrivain[2].

Plume de Jacques Chirac, il participe à l’écriture des Mémoires de l’ancien président de la République, parus en 2009 et 2011 et vendus à ce jour à plus de 500 000 exemplaires[réf. nécessaire].

Membre du jury littéraire de la Fondation de la vocation, du prix littéraire de la Petite Maison depuis 2018 , il a fondé en 2015 le Prix Récamier du roman.

Lauréat de la Fondation de la Vocation (1982), il est membre du Who'who in France (2010) et fait partie depuis janvier 2014 du Cercle de l'Union Interalliée .

Éditeur[modifier | modifier le code]

Fondateur de la collection Témoignages pour l’Histoire aux Éditions Fayard, où il a publié, entre autres, des ouvrages de Raymond Barre, de Stéphane Hessel, de Pierre Lefranc, d'Adonis, de Georges Wilson, de Claude Lelouch, de Jack Lang, de Théo Klein et du cardinal Etchegaray, il est depuis 2008 le directeur de la collection Bouquins, succédant à Daniel Rondeau. Il y a publié, entre des dizaines d' autres titres, le volume Littératures de Vladimir Nabokov, l'édition complète des San Antonio de Frédéric Dard, l'intégrale Fantomas, l'œuvre érotique de Pierre Louÿs , le Bouquin des méchancetés, le Dossier Rebatet, le Journal intégral de Matthieu Galey , etc. Il a fait entrer dans cette même collection de grands intellectuels contemporains, philosophes, historiens ou chercheurs : Lucien Jerphagnon, Marc Fumaroli, Jean Delumeau, Alain Corbin, Hubert Reeves, Michel Winock, Jacques Julliard , Elisabeth Badinter , Erik Orsenna , Edgar Morin , Pierre Assouline , Michel Onfray , Michelle Perrot .

Chez Robert Laffont, il est aussi l'éditeur de Pierre Péan et Philippe Cohen, de Pierre Daix, François d'Orcival, Salah Stétié, Georges Malbrunot et Christian Chesnot, de Jean d'Ormesson, Jean-Marie Rouart, Béatrice Gurrey, Sorour Kasmaï, Jean-Louis Debré, Michèle Cotta , Carole Barjon, Serge Raffy ,Patrick Poivre d'Arvor , Brice Teinturier , Yasmine Ghata , Charles Consigny , Laurent Valdiguié , François Bazin , Erik Orsenna , Marcella Iacub , Patrick Stéfanini, Raffaël Enault, Ariane Chemin , Frédéric Martel , Didier Pourquery , Michel Onfray ... Il y a créé en septembre 2016 la collection « Mauvais Esprit » qu'il dirige.

En février 2019 , il est l'éditeur international du livre de Frédéric Martel " Sodoma , Une enquête au coeur du Vatican" , publié simultanément en huit langues et vingt pays .

Activité politique[modifier | modifier le code]

En 1989, il se présente aux élections municipales dans sa ville natale. Il sera adjoint au maire, chargé des affaires culturelles pendant deux mandats, de 1989 à 2001. Il lance une saison culturelle ambitieuse, crée, avec une équipe de passionnés, un festival de jazz réputé, qui accueillera entre autres Ray Charles et Miles Davis, ainsi que le « Salon des Livres du Sud ». Il prend enfin une part active dans la fondation du Musée de Gajac[réf. nécessaire].

Membre du RPR dès sa fondation en 1976 et jusqu’à la création du l’UMP en 2002, à laquelle il n’a pas adhéré, il a apporté son soutien à la candidature de François Hollande dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Dans un entretien au Parisien, le 17 avril 2012, il confirme l’intention du président Chirac de voter pour le candidat socialiste. En 2014, il apporte son soutien à la candidature d'Anne Hidalgo à la Mairie de Paris.

Biographies , essais , récits , roman[modifier | modifier le code]

  • Le Seigneur-chat, Philippe Berthelot 1866-1934 , biographie (Plon – 1988, réédition 1998)
  • Les Mendiants du ciel, Jacques et Raïssa Maritain , biographies croisées (Stock – 1995, réédition Fayard – 2009 et Perrin, collection « Tempus » – 2012). Prix de la biographie de l’Académie française et Grand prix catholique de littérature 1995 . traductions italienne et américaine.
  • Algérie, l’espoir fraternel , récit (Stock – 1997, réédition Fayard – 2010, sous le titre Tibhirine : une espérance à perte de vie). Prix Albert-Camus 1997
  • Devenir de Gaulle , biographie (Perrin – 2003, réédition Perrin, collection Tempus – 2011)
  • Dominique de Roux, le provocateur , biographie (Fayard – 2005, collection Tempus 2013)
  • Le Général et le journaliste – Jean Mauriac, conversations avec Jean-Luc Barré (Fayard – 2008)
  • François Mauriac - Biographie intime (tome 1, Fayard – 2009, tome 2, Fayard – 2010 ; Pluriel 2015). Prix des Éditeurs, Prix de la biographie du Point, prix de la biographie de l’Académie française, prix François Billetdoux (SCAM) 2011
  • Édition des Mémoires de Charles de Gaulle (Gallimard, collection « La Pléiade » – 2000, collaboration)
  • Mémoires de Jacques Chirac ( 2 volumes ) Chaque pas doit être un but, tome 1 (Éditions NIL – 2009) Le Temps présidentiel, tome 2 (Éditions NIL – 2011)
  • Dissimulations. La Véritable Affaire Cahuzac , récit (Fayard - 2016)
  • Le grand et le trop-court (Casterman mars 2017) en coll. avec Jean-Paul Krassinsky
  • Pervers , roman ( Grasset août 2018 )

Édition et préface[modifier | modifier le code]

  • L’Après-de Gaulle, de Jean Mauriac (Fayard – 2006)
  • Il faut partir, de Dominique de Roux (Fayard – 2007)
  • Journal et mémoires politiques, de François Mauriac (Laffont, collection « Bouquins » – 2008)
  • Lettres, notes et carnets, de Charles de Gaulle (Laffont, collection « Bouquins » – 2010)
  • Discours d’État, de Charles de Gaulle (Perrin – 2011)
  • Journal intégral, de Matthieu Galey ( Robert Laffont , Bouquins février 2017)

Références[modifier | modifier le code]

  • " Mauriac et les garçons " Nouvel Observateur 2 avril 2009
  • Bernard Pivot , " Matthieu Galey le démysticateur " JDD 5 février 2017
  • Jérôme Garcin " M. Galey, Le chevalier du fiel " L'Obs 2 février 2017

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Luc Barre. Le Seigneur-Chat. Philippe Berthelot, 1866-1934, Bariéty, Politique étrangère, Année 1990, Volume 55, Numéro 2, p. 448-450
  2. Mauriac et les garçons, bibliobs.nouvelobs.com, 20 mars 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]