Riverie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Rivery (homonymie).

Riverie
Riverie
Vue générale du village médiéval de Riverie
Blason de Riverie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Mornant
Intercommunalité CC du Pays mornantais
Maire
Mandat
Isabelle Brouillet
2014-2020
Code postal 69440
Code commune 69166
Démographie
Gentilé Rampogniaux
Population
municipale
309 hab. (2015 en augmentation de 8,8 % par rapport à 2010)
Densité 736 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 02″ nord, 4° 35′ 21″ est
Altitude Min. 613 m
Max. 731 m
Superficie 0,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Riverie

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Riverie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Riverie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Riverie

Riverie est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Avec une superficie de 42 hectares, Riverie est la plus petite commune du Rhône en superficie et la 12e plus petite de France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 9 kilomètres au sud-ouest de Mornant et 9 kilomètres à l’est de Larajasse[1]. Riverie fait partie des monts du Lyonnais, situés sur la bordure orientale du Massif central.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Il ne compte que deux communes limitrophes : Sainte-Catherine et Saint-Didier-sous-Riverie.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 6 lieux-dits administratifs répertoriés[2] : Le Bourg, la Grande Combe, le Chatel, le Versieu, les Cotes, les Roches.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Situé sur un éperon rocheux culminant à 734 mètres (Mont Muzard) au-dessus du plateau de Mornant, Riverie est une commune rurale de montagne qui occupe une position stratégique dominant le plateau lyonnais face à la vallée du Rhône et au massif du Pilat[3]. Elle est à proximité de la ligne de partage des eaux Océan Atlantique - Méditerranée.

Riverie-03.JPG

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau ne traverse Riverie. Seul, un bras du Petit Bozançon [5](non répertorié par Sandre) borde la commune au nord ouest[6].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

On accède à la commune par :

  • par la D 63, de Saint-Sorlin au nord est à 5,6 km ;
  • par la D 113, de Saint-André-la-Côte au nord à 4 km ;
  • par la D 2, de Sainte-Catherine à l’ouest à 1,6 km et Saint-Didier-sous-Riverie au sud est à 3 km.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes d’autocars du réseau Les cars du Rhône Sytral :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Beaurepaire[7].

habitants sont appelés les Rampogniaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.

De l’Antiquité au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Guillaume de Roussillon, seigneur de Riverie est envoyé en Terre Sainte en 1275 par le roi Philippe le Hardi. Il meurt dans cette expédition.

Riverie appartient ensuite aux ducs de Bourbon, comtes du Forez, puis à Claude Laurencin, un bourgeois de Lyon.

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La famille Laurencin vend la baronnie en 1570, à Antoine Camus, échevin, trésorier de France en la Généralité de Lyon. Le château est assiégé et détruit après son ralliement à Henri de Bourbon, héritier du trône de France. La baronnie est acquise en 1673 par les frères Bénéon, "marchands passementiers" à Saint-Symphorien-le-Château[Note 1], puis par leur neveu, Jean-Claude Grimod, secrétaire du Roi, en héritage[3]. En 1789, le baron de Riverie est François, Jean-Jacques Grimod de Bénéon. Il émigre en Suisse en 1791.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1802, Madame de Montherot, fille de François, Jean-Jacques Grimod de Bénéon, devenue veuve, vends ses biens et le château est morcelé entre sept propriétaires. La commune acquiert l'ensemble du corps central constituant le château entre 1880 et 1963.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Isabelle Brouillet    
1999 2008 Pierre Voutay    
1995 1999 Marcel Nouguier    
1981 1995 Pierre Vernay    
1966 1981 Jean Fayolle    
1945 1966 Aimé Billiemaz    
1943 1945 Marcel Pupier    
1927 1943 Antoine Chaumienne    
1922 1927 André Billiemaz    
1915 1922 Jean-Baptiste Pascal    
1910 1915 Jean-Marie Antoine Bruyas    
1908 1910 Antoine Vachez    
1904 1908 Pierre Fayolle    
1863 1904 Antoine Vachez    
1848 1863 Benoit Brouillet    
1846 1848 Jean-François Bruyas    
1843 1846 Pierre Vourlat    
1840 1843 Jean-Fleury Ville    
1832 1840 Simon Pascal    
1830 1832 Abraham Chatelard    
1815 1830 Jean-Marie Duport    
1806 1815 Abraham Chatelard    
1802 1806 Fleury Pupier    
1789 1802 Claude Tisson    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2015, la commune comptait 309 habitants[Note 2], en augmentation de 8,8 % par rapport à 2010 (Rhône : -73,84 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
376379420437541527482506517
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
446407404440432402361331320
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
310298271199189198181193179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
158200250191208267276277298
2015 - - - - - - - -
309--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture local et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • l'église de la Conversion-de-Saint-Paul ;
  • le château construit à la fin du XIe siècle, abrite aujourd'hui la mairie, l'école publique, la bibliothèque, des logements et la salle des fêtes ;
  • le Monument aux morts : Il s'agit d'une croix implantée au cimetière et datant de la fin du XIXe siècle qui a été réutilisée par la commune après la Première Guerre mondiale pour honorer les morts de 14-18. A noter qu'une plaque commémorative se trouve également dans l'église du village[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Riverie (Rhône).svg

La définition héraldique est :

d'azur à la fasce d'argent accompagnée de trois étoiles d'or.

(adopté en 1967)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est peu probable qu'il s'agisse de l'ancienne commune d'Eure-et-Loir.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]